Guide complet de la santé et la vaccination au Vietnam

Vaccin Vietnam : Quels vaccins obligatoires pour le vietnam ? Vaccinations, paludisme, médicaments, retrouvez ici tous les préparatifs de santé nécessaires pour un voyage tranquille.

vaccin vietnam

Contenu de l'article

vaccins vietnam

Santé au Vietnam

Les problèmes de santé et la qualité des services médicaux varien énormément selon les lieux où vous rendez et la manière dont vous voyagez au Vietnam. Si la plupart des grandes villes sont désormais bien développés, les zones rurales présentent quelques risques et ne disposent pas toujours d’infrastructures médicales adéquates. Bien qu’elles entraînent rarement de graves affection chez les voyageurs, les  maladies infectieuses sont les plus redoutées par les étrangers qui visitent des pays tropicaux. Les pathologies préalables au voyage, telles que les maladies cardiaques, et les accidents (nomtamment de la circulation) menacent pourtant plus fortement les vacanciers.

Tomber malade n’est cependant pas rare. Il est très important au Vietnam de prêter attention à son alimentation, de partir en ayant des vaccinations à jour et de prendre quelques précautions élémentaires (comme se laver les mains régulièrement). Il est possible d’éviter les maladies les plus courantes avec un peu de bon sens, ou de les traiter avec les médicaments de base que contiennent les bonnes trousses à pharmacie.

Les conseils donnés ici sont d’ordre général et ne se substituent pas aux avis de professionnels de la médecine tropicale.

6 choses de santé à ne pas manquer avant de partir au Vietnam

Assurances au Vietnam

Il est conseillé de souscrire une police d’assurance qui vous couvrira en cas d’annulation de votre voyage, de vol, de perte de vos affaires, de maladie ou encore d’accident. Les assurances internationales pour étudiants sont en général d’un bon rapport qualité/prix. Lisez avec la plus grande attention les clauses en petits caractères: c’est là que se cachent les restrictions.

Vérifiez notamment que les “sports à risques”, comme la plongée, la moto ou même la randonnée ne sont pas exclus de votre contrat, ou encore que le rapatriement médical d’urgence, en ambulance ou en avion, est couvert. De même, le fait d’acquérir un véhicule dans un autre pays ne signifie pas nécessairement que vous serez protégé par votre propre assurance.

Vous pouvez contracter une assurance qui réglera directement les hôpitaux et les médecins, vous évitant ainsi d’avancer des sommes qui ne vous seront remboursées qu’à votre retour. Dans ce cas, conservez avec vous tous les documents nécessaires.

Attention! Avant de souscrire une police d’assurance, vérifiez bien que vous ne bénéficiez pas déjà d’une assistance par votre assurance automobile. C’est bien souvent le cas.

Quelques conseils de la santé

Assurez-vous que vous êtes en bonne santé avant de partir. Si vous partez pour un long voyage, faites contrôler l’état de vos dents.

Si vous suivez un traitement de façon régulière, n’oubliez pas votre ordonnance (avec le nom du principe actif plutôt que la marque du médicament, afin de pouvoir trouver un équivalent local, le cas échéant). De plus, l’ordonnance vous permettra de prouver que vos médicaments vous sont légalement prescrit, des médicaments vous sont légalement prescrits, des médicaments en vente libre dans certains pays ne l’étant pas dans d’autres.

Attention aux dates limites d’utilisation et aux conditions de stockage, parfois mauvaises. Il arrive également que l’on trouve, dans des pays en développement, des produits interdits en Occident.

Vaccins au Vietnam

De quel vaccin ai-je besoin pour voyager au Vietnam?

Seul le vaccin contre la fièvre jaune est rendu obligatoire par le Règlement sanitaire international. Le certificat de vaccination ne sera exigé que des voyageurs en provenance d’une zone où sévit la fièvre jaune dans une période de six jours avant l’entrée au Vietnam.

Plus vous vous éloignez des circuits classiques, plus il faut prendre vos précautions. Il est importantde faire la différence entre les vaccins recommandés lorsque l’on voyage dans certains pays, et ceux obligatoires. Par précaution, faites le point avec un médecin avant votre départ et inscrivez vos vaccinations dans un carnet international de vaccination (à vous procurer auprès de votre medecin ou d’un centre).

Planifiez vos vaccinatinons à l’avance (au moins six semaines avant le départ), car certaines demandent des rappels ou sont incompatibles entre elles. Même si vous avez été vacciné contre plusieurs maladies dans votre enfance, votre médecin vous recommandera peut-être des rappels contre le tétanos ou la poliomyélite, maladies qui existent toujours dans de nombreux pays en développement. Les vaccins ont des durées d’efficacité très variables; certains sont contre-indiqués pour les femmes enceintes.

Voici les coordonées de quelques centres de vaccination à Paris:

Hôtel-Dieu- Vaccins obligatoires en France: centre gratuit de l’Assistance publique (01-42-34-84-84; 1 parvis Notre-Dame, 75004 Paris). Vaccins pour les voyageurs (non obligatoires): centre payant (01-45-82-50-00; 15-17 rue Charles-Bertheau, 750130 Paris).

Assistance publique voyages, service payant de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (01-42-16-01-03; 47 bd de d’Hôpital, 75013 paris).

Institut Pasteur (0890-710-811; 209 rue de Vaugirard, 75015 Paris, pasteur.fr, rubrique Santé).

Air France, centre de vaccination (01-43-17-22-00; 148 rue de l’Université, 75007 Paris).

Il existe de nombreux centres en province, en général liés à un hôpital ou à un service de santé municipal. Pour plus de renseignements sur les vaccination recommandées pour se rendre au Vietnam, vous pouvez contacter l’équipe internationale de médecins du Familly Medical Practice à Hanoi et à Ho Chi Minh-Ville. Ils vous fourniront les toutes dernières informations sur les vaccinations, l’évolution de la malaria et de la dengue, ainsi que des conseils médicaux d’ordre général concernant le Vietnam.

Vaccinations recommandées

Voici les vaccinations conseillées pour un voyage en Asie du Sud-Est:

  • Diphtérie et tétanos – fortement préconisés.
  • Hépatites A et B – il existe un vaccin combiné hépatite A et B qui s’administre en trois injections. La durée effective de ce vaccin ne sera pas connue avant quelques années.
  • Polio – en 2002, aucun pays du Sud-Est asiatique n’a recensé de cas de poliomyélite. Touttefois, ce vaccin reste conseillé, que vous voyagiez ou non. Une injection suffit à protéger un individu pour 10 ans.
  • Typhoïde – recommandé si vous voyagez dans des conditions d’hygiène médiocres.
  • Varicelle – parlez-en avec votre médecin si vous n’avez jamais contracté la varicelle.

Vaccins pour les voyages au long cours

Cettes vaccinations sont recommandées pour les voyageurs qui séjournent plus d’un mois dans la région ou qui prévoient un voyage dans des zones isolées:

  • Encéphalite japonaise – maladie virale longtemps endémique en Asie tropicale. De récentes épidémies ont éclaté pendant la saison des pluies en Thaïlande du Nord et au Vietnam. Un moustique nocturne est responsible de sa transmission, surtout dans les zones rurakes près des élevages de cochons ou des rizières, car les porcs et certains oiseaux nichant dans les rizières servent de réservoirs au virus. Les personnes les plus en danger sont celles qui doivent passer de longues périodes en zone rurale pendant la saison des pluies (juilet-octobre). Si c’est votre cas, il faudra peut-être vous faire vacciner.
  • Méningite – le vaccin est efficace pendant 4 ans. Renseignez-vous avant votre départ sur les éventuelles épidémies.
  • Rage – trois injections sont nécessaires pour une vaccination préventive, qui ne dispense pas de la nécessité d’un traitement antirabique immédiatement après un contact avec un animal enragé ou don’t le comportement peut paraître suspect. Parlez-en avec votre médecin.
  • Tuberculose – cette maladie ne présente pasde grand danger pour le voyageur. Les enfants de moins de 12 ans sont plus exposés que les adultes. Ils est donc conseillé de les faire vacciner s’ils voyagent dans des régions où la maladie est endémique.

Trousse médicale de voyage

Veillez à emporter avec vous une petite trousse à pharmacie (transportez-la en soute) contenant quelques produits indispensables. Certains ne sont délivrés que sur ordonnance (à emporter impérativement avec soi).

  • Des antibiotiques, à utiliser uniquement aux doses et aux périodes prescrites, même si vous avez l’impression d’être guéri avant. Chaque antibiotique soigne une affection précise: ne les utilisez pas au hasard. Cessez immédiatement le traitement en cas de réactions graves
  • Un antidiarrhéique et un réhydratant, en cas de forte diarrhée, surtout si vous voyagez avec des enfants
  • Un antihistaminique en cas de rhumes, allergies, pipûres d’insectes, mal des transports – évitez de boire de l’alcool
  • Un antisetique ou un désinfectant pour les coupures, les égratignures superficielles et les brûlures, ainsi que des pansements gras pour les brûlures
  • De l’aspirine ou du paracétamol (douleurs, fièvre)
  • Une bande Velpeau et des pansements pour les petites blessures
  • Une paire de lunettes de secours (si vous portez des lunettes ou des lentiles de contact) et la copie de votre ordonnance
  • Un produit contre les moustiques, un écran total, une pommade pour soigner les piqûres et les coupures et des comprimés pour stériliser l’eau
  • Une paire de ciseaux à bouts ronds, une pince à épiler et un thermomètre à alcool
  • Des préservatifs

Sites Internet de la santé

Il existe de très bons sites Internet consacrés à la santé en voyage. Avant de partir, vous pouzves consulter les conseils en ligne du ministère des Affaires étrangères français ou le site très complet du ministère de la Santé. Les ressortissants canadien peuvent aussi consulter le site de l’Agence de santé publique du Canada (santevoyage.gc.ca).

Sur les maladies rares, vous pouvez vous informer sur le site www.orpha.net, consitué d’une encyclopédie en ligne rédigée par des experts européens. Vous trouverez par ailleurs plusieurs liens sur le site de Lonely Planet, à la rubrique Ressources.

Lectures complémentaires

Un guide sur la santé peut s’avérer utile. Les Maladie en voyage, du Dr Éric Caumes et Voyages internationaux et santé, de l’Organisation mondiale de la santé, sont d’excellentes références.

Les risques pendant le voyage au Vietnam

Risques au Vietnam

Mal des transports

Pour réduire les risques d’avoid le mal des transports, mangez légèrement avant et pendant le voyage. Si vous êtes sujet à ces malaises, essayez de trouver un siège dans une partie du véhicule où les oscillations sont moindres: près de l’aile dans un avion, au centre sur un bateau et dans un bus. Évitez de lire et de fumer. Tout médicament doit être pris avant le départ; une fois que vous vous sentez mal, il est trop tard.

Thrombose veineuse profonde

Les trajets en avion, principalement du fait d’une immobilité prolongée, peuvent favoriser la formation de caillots sanguins dans les jambes (thrombose veineuse profonde ou TVP). Le risque est d’autant plus élevé que le vol est plus long. Ces caillots se résorbent le plus souvent sans autre incident, mais il peut arriver qu’ils se rompent et migrent à travers les vaisseaux sanguins jusqu’aux poumons, risquant alors de provoquer de graves complications.

Généralement, le principal, symptôme est un gonflement ou une douleur du pied, de la cheville ou du mollet d’un seul côté, mais pas toujours. La migration d’un caillot vers les poumons peut se traduire par une douleur à la poitrine et des difficultés respiratoires. Tout voyageur qui remarque l’un de ces symptômes doit aussitôt réclamer une assitance médicale.

Pour prévenir le développement de thrombose veineuse profonde durant un vol long-courrier, buvez en abondance des boissons non alcoolisées, évitez de fumer (aussi bien avant qu’après le vol), pratiquez des compressions isométrique sur les muscles des jambes (c’est-à-dire faites jouer les muscles de vos jambes lorsque vous êtes assis) et levezvous de temps à autre pour marcher dans la cabine. Vous pouvez également  prévoir des bas de contention.

Affections liées à l’environnement

Les risques liés à l’alimentation

Le risque de diarrhée s’accentue lorsque l’on mange dans les restaurants. Pour vous en protéger, préférez ne manger que des plats cuinisés le jour même, et évitez autant que possible les fruits de mer (parce qu’ils sont crus), ainsi que la nourriture qui semble être restée longtemps en exposition. Pelez les fruits, faites cuire les légumes et laissez tremper la salade dans de l’eau iodée pendant au moins 20 minutes. Choisissez les restaurants les plus fréquentés, avec une clientèle variée.

Coup de chaleur

Cet état grave, parfois mortel, survient quand le mécanisme de régulation thermique du corps ne fonctionne plus: la température s’élève alors de façon dangereuse. De longues périodes d’exposition à des températures élevées peuvent vous rendre vulnérable au coup de chaleur. Évitez l’alcool et les activités fatigantes lorsque vous arrivez dans un pays à climat chaud.

Symptômes: malaise général, transpiration faible ou inexistante et forte fièvre (39 à 41oC). Là où la transpiration a cessé, la peau devient rouge. La personne qui souffre d’un coup de chaleur est atteinte d’une céphalée lancinante et éprouve des difficultés à coordonner ses mouvements; elle peut aussi donner des signes de confusion mentale ou d’agressivité. Enfin, elle délire et est en proie à des convulsions. Il faut absolument hospitaliser le malade. En attendant les secours, installez-le à l’ombre, ôtez-lui ses vêtements, couvrez-le d’un drap ou d’une serviette mouillés et éventez-le continuellement.

Coup de soleil

Sous les tropiques, les coups de soleil sont plus fréquents, même par temps couvert. Utilisez un écran solaire et pensez à couvrir les endroits qui sont habituellement protégés, les pieds par exemple. Si les chapeaux fournissent une bonne protection, n’hésitez pas à appliquer également un écran total sur le nez et les lèvres. Les lunettes de soleil s’avèrent souvent indispensables.

Risques des méduses

Les méduses du Sud-Est asiatique ne sont, pour la plupart, pas dangereuses. Toutefois, la preuve du pouvoir urticant de leurs tentacules n’est plus à faire. Les premiers secours en cas de popûre par une méduse consistent à verser du vinaigre sur l’androit touché pour neutraliser le venin. Ne frottez surtout pas la zone blessée avec du sable ou de l’eau.

Prenez des analgésiques et consultez immédiatement un médecin si vous vous sentez mal à la suite d’une pipûre. Enfin, mieux vaut prévenir que guérir: les conseils des habitants vous éviteront de vous baigner dans des eaux réputées pour être infestées de méduses.

Boire de l’eau sans danger

La règle d’or est simple: méfiez-vous de l’eau. Les glaçons peuvent également être dangereux. Si vous n’êtes par sûr à 100% que l’eau ne présente aucun danger, imaginez le pire. Cependant, nombre de glaçons du Vietnam proviennent d’usines construites par les Français – ils sont donc aussi sûrs que l’eau minérale. Pour éviter d’être contaminé, suivez les conseils suivants:

  • Ne buvez jamais d’eau du robinnet.
  • Les eaux minérales sont généralement sûres, mais vérifiez que les capsules sont intactes au moment de l’achat.
  • Faire bouillir l’eau est le meilleur moyen pour la purifier.
  • Le meilleur purificateur chimique est l’iode. Toutefois, il ne doit pas être consommé par les femmes enceintes ou les personnes souffrant d’affections de la thyroïde.
  • Les filtres à eau peuvent éliminer les virus. Assurez-vous que votre filtre contient une barrière chimique, iodée par exemple, et qu’il présente des pores de moins de quatre microns.

Morsure et pipûres d’insectes

La punaise des lits ne transporte pas de maladies, mais sa morsure entraîne forte démangeaison. Elle vit dans les petites fentes des meubles et des murs, où elle attend la nuit pour venir se repaître de votre sang. La morsure se traite avec un antihistaminique. Vous pouvez aussi tenter de la prévenir en dormant dans votre propre drap sac (ou “sac à viande”).

Les poux se logent en diverses parties du corps, mais plus généralement dans les cheveux et les poils pubiens. Ils se transmettent par contact rapproché entre deux personnes; les poux de corps peuvent également provenir de draps non lavés. Il est difficile de s’en débarraser (plusieurs applications d’un shampooing antippoux ou, dans le cacs de poux de corps, de crèmes adaptées). Les poux du pubis (phtiriase) se transmettent en général lors de rapports sexuels.

Les tiques s’attrapent souvent lors de marches dans des zones rurales. On les retrouve en général derrière les oreilles, sur le ventre et sous les aisselles. Consultez un médecin si, à la suite d’une morsure de tique, vous êtes sujet à des rougeurs (à l’endroit de la morsire ou ailleurs), à de la fièvre ou à des douleurs musculaires. La doxycycline prévient les maladies transmises par les tiques.

Les sangsues, présentes dans les régions de forêts humides, ne transmettent pas de maladie, mais leurs morsures entraîent d’importantes démangeaisons qui peuvent durer des semaines et s’infecter facilement. Aussi, mieux vaut prévenir toute infection en appliquant un antiseptique à base d’iode sur la plaie.

Les pipûres de guêpes ou d’abeilles ne sont vraiment dangereuses que pour les personnes allergiques. Si tel est votre cas, gardez toujours sur vous une seringue d’adrénaline en cas d’urgence. Pour les autres, le problème vient surtout de la douleur – appliquez de la glace sur la pipûre et prenez des analgésiques.

Parasites

Fréquents chez les populations du Vietnam, ils sont en revanche rares chez les voyageurs. Il y a deux règles à respecter pour les éviter: porter des chaussures et éviter de manger cru, notamment le poisson, le porc et les légumes. Nombre de parasites peuvent également s’attrager par la peau en marchant pieds nus, comme le strongyle, l’ankylostome ou la lavra migrans cutanée.

Pollution

La pollution, due notamment aux gaz d’échappement, pose un problème croissant dans la plupart des grandes villes du pays. Si vous souffrez de graves problèmes respiratoires et vous rendez dans des centres urbains polllués, parlez de votre voyage à votre médecon traitant avant votre départ.

Cette pollution provoque également des difficultés respiratoires mineures telles que sinusite, gorge sèche et yeux irrités. Si vous êtes très gêné par la pollution, mettez-vous au vert quelques jours.

Problèmes de peau

Les infections fongiques sont courantes dans les climats humides. Elles apparaissent souvent sur les parties du crop les moins “aérées” et se caractérisent par une tache rouge qui grossit lentement, souvent accompagnée de démangeaissons. Le traitement consiste à garder la peau sèche, à éviter les frottements et à utiliser une crème antifongique comme le clotrimazole ou la lamisil.

La teigne (qui est un champignon et non un parasite animal) est également fréquente. Elle se caractérise par l’apparition de petites tâches légèrement colorées, souvent sur le dos, la poitrine et les épaules. Quelle que soit l’infection, consultez un médecin.

Les coupures et les égratignures s’infectent très facilement dans les climats chauds et humides. Aussi convient-il de surveiller attentivement toute blessure, aussi petite soit-elle, pour éviter toute complication. Lavez immédiatement toute blessure à l’eau claire et traitez-la avec un antiseptique. N’hésitez pas à voir un médecin si des signes d’infection apparaissent (rougeur et douleur croissantes). Les plongeurs et les surfeurs feront particulièrement attention aux coupures de corail, car elles s’infectent très facilement.

Risques des serpents

Le Vietnam compte plusieurs espèces de serpents, dont certains sont venimeux. Portez toujours bottes, chaussettes et pantalons longs pour marcher dans la végétation à risque. Ne hasardez pas la main dans les trous et les anfractuosités, et faites attention lorsque vous ramassez du bois pour faire du feu.

Les morsures de serpent ne provoquent pas instantanément la mort, et il existe généralement des antivenins. Il faut calmer la victime, lui interdire de bouger, bander étroitement le membre comme pour une foulure et l’immobiliser avec une attelle. Trouvez ensuite un médecin, et essayez de lui apporter le serpent mort. N’essayez en aucun cas d’attraper le serpent s’il y a le moindre risque qu’il pique à nouveau. On sait désormais qu’il ne faut absolument pas sucer le venin ou poser un garrot. Les sérums antivenins ne sont disponibles que dans les plus grandes villes.

Risques de voyager avec des enfants

Santé au Vietnam

Les personnes voyageant avec des enfants doivent pouvoir soigner des afffections mineures, et savoir quand avoid recours aux services médicaux. Bien avant le départ, assurez-vous que les vaccinations des enfants sont à jour, et sachez que certains vaccins ne conviennent pas aux enfants de moins d’un an.

Dans les zones chaudes et humides, la moindre égratignure peut s’infecter. Toute blessure doit être parfaitement nettoyée et tenue au sec. attention à la nourriture et à l’eau présentant un risque de contamination. Pensez à emporter des poudres réhydratantes à utiliser avec de l’eau bouillie si votre enfant est sujet à des vomissements ou à des diarrhées. Demandez conseil à votre médecin.

Afin d’éviter les risques de rage ou d’autres maladies, les enfants doivent être tenus à l’écart des chiens et des mammifères en général. Les morsures, griffures ou coups de langue d’un animal à sang chaud et à fourrure doivent être immédiatement et soigneusement nettoyés. S’il y a un risque, même infime, que l’animal soit contaminé, il convient de chercher immédiatement une assistance médicale.

Santé au féminin

Les femmes enceintes doivent impérativement consulter un médecin avant de partir. Le deuxième trimestre (entre 16 et 28 semaines) est la meilleure période pour voyager, car c’est à cette époque que les futures mères se sentent généralement le mieux, et que les risques de problèmes le mieux, et que les risques de problèmes liés à la grossesse sont les plus faibles.

En effet, la plupart des fausses couches ont lieu au cours du premier trimestre et il existe des risques de complications (tension, travail prématuré…) durant le troisième. Mieux vaut également partir accompagnée.

Gardez toujours sur vous une liste des bonnes infrastructures médicales disponibles sur place, où vous pourrez bénéficier des mêmes soins prénataux que chez vous. Évitez les zones rurales en raison du manque de moyens de transports efficaces et d’infrastructures médicales. Enfin, et surtout, veillez à ce que votre assurance couvre tous les risques liés à la grossesse à l’étranger, notamment le travail prématuré.

Le paludisme entraîne des risques très élevés en période de grossesse. Aussi, l’OMS recommande aux femmes enceintes de ne pas se rendre dans les zones où sévit un paludisme résistant à la chloroquine. Aucun des traitements antipaludiques n’est complètement sûr pour les femmes enceintes.

La déshydratation est le risque principal lié à toute diarrhée. Chez les femmes enceintes, cela peut conduire à une mauvaise irrigation en sang du placenta. En outre, nombre d’antidiarrhéiques sont déconseillés durant la grossesse.

Les zones urbaines du Sud-Est asiatique sont en général correctement pourvue en médicaments et produits sanitaires. Toutefois, l’offre en contraceptifs est limitée et mieux vaut donc prendre ses précautions avant de partir. La chaleur, l’humidité est les  antibiotiques peuvent entraîner le développement de mysoses, qui se traitent à l’aide de crèmes et d’ovules antifongiques tels que le clotrimazole.

Emporter une simple plaquette de fluconazole constitue une alternative pratique. De même, les infections urinaires peuvent être aggravées par la déshydratation ou les longs trajets en bus sans arrêt pour aller aux toilettes. Prévoyez donc les antibiotiques nécessaires.

Maladies infectieuses au Vietnam

Bilharziozes

Les bilharzioses sont des maladies dues à des vers qui vivent dans les vaisseaux sanguins et dont les femelles viennent pondre leurs oeufs à travers la paroi des intestins ou de la vessie.

On se contamine en se baignant dans les eaux douces (rivières, ruisseaux, lacs et retenues de barrage) où vivent les mollusques qui hébergent la forme larvaire des bilharzies. Juste après le bain infestant, on peut noter des picotements ou une légère éruption cutanée à l’endroit où le parasite est passé à travers la peau. Quatre à douze semaines plus tard, apparaissent une fièvre et des manifestations allergiques. En phase chronique, les symptômes principaux sont des douleurs abdominales et une diarrhée, ou la présence de sang dans les urines.

Si par mégarde ou par accident, vous vous baignez dans une eau infectée (même les eaux douces profondes peuvent être infestées), séchez-vous vite et séchez aussi vos vêtements. Consultez un médecin si vous êtes inquiet. Les premiers symptômes de la bilharziose peuvent être confondus avec ceux du paludisme ou de la typhoïde.

Grippe A/H1N1

Les  autorités vietnamiennes ont signalé en juin 2009 les premiers cas de grippe A/H1N1(aucun décès). Lors de leur entrée au Vietnam, les ressortissants étrangers doivent compléter, avec des informations précises, une déclaration sur leur état de santé distribuée par les compagnies aériennes ou les organismes vietnamiens de contrôle épidémiologique. Ils sont soumis à un contrôle de température dans les postes frontaliers internationaux.

Pour des renseignements au jour le jour et des recommandations sanitaires, consultez les sites du ministère des Affaires étrangères (www.grippeaviaire.gouv.fr) et de l’Institut de veille sanitaire (INVS; www.invs.sante.fr)

Dengue

Il n’existe pas de traitement prophylactique contre cette maladie propagée par les moustiques. Poussée de fièvre, maux de tête, douleurs articulaires et musculaires précèdent une éruption cutanée sur le tronc qui s’étend ensuite aux membres quis au visage. Au bout de quelques jours, la fièvre régresse, et la convalescence commence. Les complications fraves sont rares.

Encéphalite japonaise

Rare chez les voyageurs, l’encéphalite japonaise touche au moins 50 000 personnes d’Asie du Sud-Est chaque année. Cette maladie virale est transmise par les moustiques. La plupart des cas apparaissent dans les zones rurales et la vaccination est justifiée pour les voyageurs qui veulent passer plus d’un mois hors des villes. Il n’existe ancun traitement. Un tiers des personnes atteintes en meurt et un second tiers subit des dommages cérébraux irréversibles.

Filariose

Cette maladie parasitaire, transmise par les piqûres de moustique, est facilement contractée par la population locale, mais affecte rarement les voyageurs. Éviter de se faire piquer par les moustiques est le meilleur moyen de se protéger.

Grippe

Présente toute l’année dans les tropiques, la grippe a des symptômes reconnaissables: température élevée, courbatures, nez qui coule, toux et gorge irritée. Elle peut s’avérer dangereuse chez les personnes de plus de 65 ans et celles qui ont des problèmes de santé, tels que des maladies cardiaques ou du diabète. Il est conseillé à cette population de se faire vacciner. Il n’y aucun traitement particulier, il faut seulement se reposer et prendre du paracétamol.

Hépatite A

Répandue dans toute la région, cette maladie se contracte par l’eau et la nourriture. Elle attaque le foie et provoque une jaunisse, des nausées et une léthargie. Il n’existe aucun traitement médical: il faut simplement du temps pour que le foie redevienne sain. Tous les voyageurs se rendant au Vietnam devraient se faire vacciner.

Hépatite B

Seule maladie sexuellement transmissible pour laquelle il existe un vancin préventif, l’hépatite B se propage par les liquides biologiques – et donc, en particulier, lors de rapports sexuels.

Dans certaines zones d’Asie du Sud-Est, près de 20% de la population est porteuse de cette affection sans le savoir. À long terme, l’hépatite B peut provoquer, notamment, cirrhose et cancer du foie.

Hépatite E

Moins fréquente que l’hépatite A, l’hépatite E se transmet de la même manière (l’eau et la nourriture). Leurs symptômes sont similaires. Elle peut être dangereuse pour les femmes enceintes en mettant en danger la vie de l’enfant et de la mère. Il n’existe actuellement aucun vaccin. Il est possible de la prévenir en faisant attention à ce que l’on mange et boit.

MST

L’herpès, les condylomes vénériens (verrues), la syphilis, la blennorragie et l’infection à chlamydiae sont des maladies sexuellement transmissibles (MST). Les préservatifs peuvent prévenir la blennorragie et l’infection à chlamydiae, mais ils ne protègent pas des verrues et de l’herpès. Si après un rapport sexuel, vous souffrez d’éruptions, de cloques, de pertes anormales ou de douleurs lors de la miction, prenez immédiatement rendez-vous chez le médecin. Si vous avez eu des relations pendant votre voyage, faites un bilan à votre retour.

L’utilisation de préservatifs est le moyen le plus efficace pour se protéger des MST. Des préservatifs sont en vente dans tout le Vietnam. Lorsque vous en achetez, assurez-vous que le paquet n’est pas resté au soleil, car le caoutchouc pourrait être détérioré.

Paludisme au Vietnam

Paludisme Vietnam

En dépit de la dangerosité et de son caractère, la paludisme, ou malaria, est très mal connu. Avant de partir en voyage, renseignez-vous auprès de professionnels qui vous informeront sur les risques que comporte votre voyage.

Dans la plupart des régions du Vietnam, notamment les zones urbaines et balnéaires, il existe peu de risques, voire aucun, de contracter la maladie. Dans la plupart des zones rurales, revanche, la probabilité d’être contaminé est bien plus importante que le risque de subir les effets indésirables des médicaments. Les voyageurs qui veulent explorer des régions où la maladie est endémique, comme les provinces de Ca Mau et de Bac Lieu, ainsi que la campagne méridionale, doivent prendre l’avis d’un médecin.

Le paludisme est transmis par un moustique, l’anophèle, dont la femelle pique surtout la nuit, entre le coucher et le lever du soleil. Il survient généralement dans le mois suivant le retour de la zone d’endémie. Symptômes: maus de tête, fièvre et troubles digestifs. Non traité, il peut avoid des suites graves, parfois mortelles. Il existe différentes espèces de paludisme, dont celui à Plasmodium falciparum pour lequel le traitement devient de plus en plus difficile à mesure que la résistance du parasite aux médicaments fagne en intensité.

Les médicaments antipaludiques n’empêchent pas la contamination, mais ils suppriment les symptômes de la maladie. Tout voyageur attein de fièvre ou montrant les symptômes de la grippe doit se faire examiner. Il suffit d’une analyse de sang pour établir le diagnostic. Contrairement à certaines croyances, une crise de paludisme ne signifie pas que l’on est touché à vie.

Prévention du paludisme

Paludisme au Vietnam

Paludisme au Vietnam

Le soir, dès le coucher du soleil, quand les moustiques sont en pleine activité, couvrez vos bras et surtout vos chevilles, mettez de la crème antimoustique. Les moustiques sont parfois attirés par le parfum ou l’après-sarage.

En dehors du port de vêtements longs, l’utilisation d’insecticides (diffuseurs électriques, bombes insecticides, tortillons fumigènes) ou de répulsifs sur les parties découvertes du corps est à recommander. La durée d’action de ces répulsifs est généralement de 3 à 6 heures. Les mousiquaires constituent en outre une protection efficace, à condition qu’elles soient imprégnées d’insecticide (non nocif pour l’homme). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise fortement ce mode de prévention. De plus, ces moustiquaires sont radicales contre tout insecte à sang froid et permettent d’éloigner serpents et scorpions.

Il existe désormais des moustiquaires imprégnées synthétiques, très légères (environ 35 g), que l’on peut trouver en pharmacie. À titre indicatif, vous pouvez vous en procurer par correspondance auprès du Service médical international (SMI; 01-30-05-05-40, fax 01-30-05-05-41; 29 avenue de la Gare, Coignières, BP 125, 78312 Maurepas Cedex.

Notez enfin que, d’une manière générale, le risque de contamination est plus élevé en zone rurale et pendant la saison de pluies.

Rage

Rage Vietnam

Très répandue, cette maladie est transmise par un animal contaminé: chien, signe et chat principalement. Morsures, griffures ou même simples coups de langue d’un mammifère doivent être nettoyés immédiatement et à fond. Frottez avec du savon et de l’eau courante, puis nettoyez avec de l’alcool. S’il y a le moindre risque que l’animal soit contaminé, allez immédiatement voir un médecin. Même si l’animal n’est pas enragé, toutes les morsures doivent être surveillées de près pour éviter les risques d’infection et de ténanos. Un vaccin antirabique est désormais désormais disponible. Il faut y songer si vous pensez explorer des grottes (les morsures de chauves-souris peuvent être dangereuses) ou travailler avec des animaux. Cependant, la vaccination préventive ne dispense pas de la nécessité d’un traitement antirabique immédiatement après un contact avec un animal enragé ou don’t le comportement peut paraître suspect.

Rougeole

La rougeole reste un problème dans certaines régions du Vietnam. Cette maladie infectieuse hautement contagieuse se transmet par les sécrétions du nez et de la gorge. La majorité des personnes nées avant 1966 sont immunisées contre la maladie, car elles l’ont contractée dans leur enfance. La rougeole se caractérise par une forte fièvre et des éruptions cutanées. Le maladie peut s’accompagner de complications telles qu’une pneumonie ou une encéphalite telles qu’une pneumonie ou une encéphalite. Il n’existe aucun traitement spécifique

Tuberculose

Les vacanciers attrapent rarement la tuberculose au Vietnam. Toutefois, les médecin, les travailleurs humanitaires et les voyageurs en longs séjours, qui ont des contacts importants avec la population locale, doivent prendre des précautions. La vaccination ne se fait généralement que sur les enfants de moins de 5 ans. Il est conseillé aux adultes à risque de pratiquer des tests tuberculiniques avant et après le voyage. Les principaux symptômes sont la fièvre, la toux, la perte de poids, les sueurs noctunes et la fatigue.

Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection du tube digestif. La vaccination n’est pas entièrement efficace et l’infection est particulièrement dangereuse.

Premiers symptômes: les mêmes que ceux d’un mauvais rhume ou d’une grippe, mal de tête et de gorge, fièvre qui augmente régulièrement pour atteindre 40oC ou plus. Le pouls est souvent lent par rapport à la température élevée et ralentit à mesure que la fièvre augmente. Ces symptômes peuvent être accompagnés de vomissements, de diarrhée ou de constipation.

La deuxième semaine, quelques petite taches rose peuvent apparaître sue le corps. Autres symptômes: tremblement, délire, faiblesse, perte de poids et déshydratation.

S’il n’y a pas d’autres complications, la fièvre et les autres symptômes disparaissent peu à peu la troisième semaine. Cependant, un suivi médical est indispensable, car les complications sont fréquentes, en particulier la pneumonie (infection aiguë des poumons) et la péritonite (éclatement de l’appendice). De plus, la typhoïde est très contagieuse. Mieux vaut garder le malade dans une pièce fraîche et veiller à ce qu’il ne se déshydrate pas.

Typhus et rickettsioses

Les rickettsioses sont des maladies transmises soit par des acariens (dont les tiques), soit par des poux. La plus connue est le typhus. Elle commence comme un mauvais rhume, suivi de fièvre, de frissons, de migraines, de douleurs musculaires et d’une éruption cutanée. Une plaie douloureuse se forme autour de la pipûre et les ganglions lymphatiques voisins sont enflés et douloureux.

Le typhus des broussailles est transmis par des acariens. On le rencontre principalement en Asie. Soyez prudent si vous faites de la randonnée dans des zones rurales du Vietnam.

HIV/sida

Les chiffres officiels portant sur le nombre de personnes infectées par le HIV ou atteintes du sida au Vietnam sont vagues et, malheureusement, en constante augmentation. Bien que les campagnes de sensibilisation au problème du HIV et du sida soient partout présentes, la lignes officielle est d’affirmer que seuls les prostituées et les toxicomanes sont menacés par l’infection. Les préservatifs sont en vente dans tout le pays.

Diarrhée

Le changement de nourriture, d’eau ou de climat suffit à la provoquer; si elle est causée par des aliments ou de l’eau contaminés, le problème est plus grave. En dépit de toutes vos précautions, vous aurez peut-être la “turista”, mais quelques visites aux toilettes sans aucun autre symptôme n’ont rien d’alarmant.

La déshydratation est le danger principal lié à toute diarrhée, particulièrement chez les enfants. Ainsi, le premier traitement consiste à boire beaucoup: idéalement, il faut mélanger huit cuillerées à café de sucre et une de sel dans un litre d’eau. Sinon, du thé noir léger, avec peu de sucre, des boissons gazeuses qu’on laisse se dégazéifier et qu’on dulue à 50% avec de l’eau purifiée sont à recommander.

En cas de forte diarrhée, il faut prendre une solution réhydratante pour remplacer les sels minéraux. Quand vous irez mieux, continuez à manger légèrement. Les antibiotiques peuvent être utiles dans le traitement de diarrhées très fortes, en particulier si elles sont accompagnées de nausées, de vomissements, de crampes d’estomac ou d’une fièvre légère. Trois jours de traitement sont généralement suffisants, et on constate normalement une amélioration dans les 24 heures. Toutefois, lorsque la diarrhée persiste au-delà de 48 heures, ou sùil y a présence de sang dans les selles, il est préférable de consulter un médecin.

Dysenterie amibienne

Très rare chez les voyageurs, la dysenterie n’est souvent pas diagnostiquée par les laboratoires peu équipés de l’Asie du Sud-Est. les symptômes sont similaires à ceux de la diarrhée: les malades se senten mal, ont de la fièvre et souffrent de diarrhées sanguinolentes. Si vous remarquez la présence de sang dans vos selles, rendez-vous dans un centre médical de bonne qualité. La traitement repose sur la prise de deux médicaments: le tinidazole ou le metronidazole, utilisés pour lutter contre les parasites, suivi d’un antiamibien de contact qui agit contre le kyste de l’amibe. Sans traitement, des abcès du foie ou de l’intestin peuvent apparaître.

Giardiase

Ce parasite intestinal est présent dans l’eau souillée ou dans les aliments souillés par l’eau. Symptômes: crampes d’estomac, nausées, estomac ballonné, selles très liquides et nauséabondes, et gaz fréquents. La giardiase peut n’pparaître que plusieurs semaines après la contamination. Les symptômes peuvent disparaître pendant quelques jours puis réapparaître, et cela pendant plusieurs semaines.

Services médicaux au Vietnam

Les grandes avancées économiques réalisées récemment se sont accompagnées de progrès sur le plan médical. De sérieuses difficultés persistent toutefois dans les campagnes. Les étrangers qui règlent les soins en devises fortes auront plus de chance d’être bien soignés, mais les dollars ne peuvent pas faire apparaître, comme par magie, le matéril nécessaire à une analyse de sang ou à une radiographie si le dispensaire local n’en dispose pas.

Si vous tombez malade en pleine campagne, rejoignez rapidement Ho Chi Minh-Ville ou Hanoi. Si votre état nécessite une intervention chirugicale ou un traitement intensif, n’hésitez pas à vous envoler pour Bangkok, Hong Kong ou à vous faire rapatrier.

Au Vietnam, les hôpitaux gouvernementaux sont rudimentaires et surfréquentés. Les établissement doivent obtenir une autorisation pour soigner les étrangers et, pour l’instant, seuls quelques-uns l’ont reçue. Dirigez-vous en premier lieu vers les cliniques privées de Hanoi et de Ho Chi Minh-Ville. Les médecins peuvent organiser un rapatriement si nécessaire. Vous trouverez les coordonnées des meilleurs centres médicaux dans les chapitres concernant Ho Chi Minh-Ville et Hanoi, seules villes où les normes sanitaires peuvent être comparées à celles des pays occidentaux.

L’automédication ne doit être pratiquée qu’en cas de problème mineur (comme la diarrhée), à condition que vous disposiez des médicaments appropriés et que vous ne puissiez pas vous rendre dans une clinique recommandée. Si vous pensez être atteint d’une maladie grave, notamment le paludisme, rendez-vous sans perdre de temps dans l’hôpital de qualité le plus proche pour vous faire soigner. Se faire suivre par un médecin est toujours plus sûr.

Il est déconseillé d’acheter des médicaments en vente libre, car il n’est pas rare de tomber sur des produits contrefaits, mal conservés ou périmés. Vérifiez la date de péremption sur toutes les boîtes de médicaments que vous vous procurez. Si vous suivez un traitement particulier, emportez une réserve suffisante avec vous.

Médecine traditionnelle au Vietnam

Nombre de pratiques médicales traditionnelles sont encore très en vogue au Vietnam, notamment la médecine par les plantes, en grande partie la medecine par importée de Chine et parfois: si vous souhaitez recourir aux plantes médicinales, il est hors de question de partiquer l’automédication; consultez un spécialiste. Vous en trouvez dans toutes les grandes communautés chinoises, notamment à Ho Chi Minh-Ville, à Hanoi et à Hoian.

Une visite chez un médecin traditionnel risque de vous apprendre des choses insoupçonnées sur votre corps. Ainsi, vous découvrirez par exemple que vous avez un pouls “filant” ou “fuylant”. Les médecins traditionnels ont identifié plus de 30 sortes de pouls: vide, lent, irrégulier… ou même régulièrement irrégulier! Un examen de la langue permet aussi de déterminer si elle est glissante, sèche, pâle, grasse… Passés tous ces examens, vent l’heure du diagnostic, durant lequel vous apprendrez, par exemple, que votre pouls fuyant et votre langue rouge et grasse sont des symptômes évidents de “chaleur humide”. Pas de panique, cependant, votre médecin ne manquera pas de vous prescrire les plantes appropriées à votre cas.

La moxibustion est l’un des traitements les plus pratiqués. Elle consiste à faire brûler à fleur de peau des moxas, petites boules d’herbes ressamblant un peu à du coton. Une méthode légèrement différente est de placer les herbes sur une feuille de gingembre avant de l’allumer. L’idée est de créer le maximum de chaleur sans brûler le patient. La méthode est censée soulager grandement certaines affections telles que l’arthrite.

On voit fréquemment des Vietnamiens couverts de longues marques rouges sur le cou, le front ou le dos. Loin d’être une affreuse maladie de peau, se sont en fait les traces d’un traitement appelé cao gio, littéralement “gratter le vent”. Dans la médecine traditionnelle vietnamienne, de nombreuses maladies sont attribuées à un “vent pernicieux”, dont on peut se débarrasser en s’appliquant de l’huile d’eucalyptus ou du baume du tigre, puis en grattant la peau avec une cuillère, une pièce de monnaie, etc. Le résultat est loin d’être esthétique, mais les gens qui pratiquent cette technique affirment que c’est un remède souver souverain contre le rhume, la fatigue, la migraine et autres petits maux. Reste à savoir si le remède n’est pas pire que le mal.

La pose de ventouses en bambou ou en verre, le giac hoi, est un autre moyen de combattre les mauvaises brises. Un petit morceau de coton imbibé d’alcool est brièvement introduit dans la ventouse pour en chasser l’air. Au fur et à mesure que la ventouse refroidit, un vide partiel se crée, laissant de vilaines, mais iniffensives,marques rouges sur la peau, qui disparaissent au bout de quelques jours.

L’acupuncture est une technique dont l’efficacité a été reconnue dans plusieurs cas. Des interventions chirurgicales importantes ont ainsi été pratiquées (notamment au niveau de la tête) avec l’acupuncture pour seule anesthésie, en faisant passer (grâce à des piles) un courant de faible intensité à travers les aiguilles.

Lorsqu’elle est bien pratiquée, l’oération est indolore. Le principal est de savoir exactement où planter les aiguilles. Les acupuncteurs ont relevé plus de 2 000 points d’application, dont seuls 150 sont couramment utilisés. On ignore toutefois quel est le mécanisme exact de l’acupuncture. Les praticiens parlent d’énergie vitale circulant le long de méridiens qui relient chaque point d’acupuncture à une glande, une articulation ou un organe particuliers. Le point d’acupuncture est parfois très éloigné de la partie du corps qui est traitée.

Dans cette région du monde où les risques de contamination parle sida sont très importants, les aiguilles non stérilisées posent un énorme problème de sécurité. Aussi, si vous envisagez de suivre un traitement lors de votre voyage au Vietnam, mieux vaut acheter vous-même vos aiguilles à l’avance.

Hôpitaux, cliniques au Vietnam

Permanence téléphonique de premiers secours: 115

Hôpitaux, cliniques à Hanoi

Hôpital franco Vietnam Hanoi

International SOS: centre d'urgence 24 heures sur 24 et équipes d'urgence médicale

Adresse : 51 Xuan Dieu (derrière le Fraser Suites) Vietnam, Quảng An, Tây Hồ

Tel: (04) 39340555, (04) 340666

Voir la carte ici

Hôpital français: clinique d'urgence ouverte 24 heures sur 24

Adresse: No1 Phương Mai, Đống Đa, Hanoï, Vietnam

Tel: +84 24 3577 1100

Voir la carte ici

Pratique médicale de la famille de Hanoi

Adresse : 298 / Rue Kim Ma, Complexe Van Phuc, District de Ba Dinh, Hanoi

Tél: +84 24 3843 0748

Voir la carte ici

Hôpital municipal de Saint-Paul: urgence 24 heures sur 24

Adresse: 12 Chu Van An, Hanoi

Tel: (04) 84 37 231

Voir la carte ici

Clinique dentaire internationale Serenity Hanoi

Adresse : 19 Nguyễn Trường Tộ, Nguyễn Trung Trực, District de Ba Dinh, Hanoi

Tél: 1900 7140 # 1

Voir la carte ici

Hôpitaux, cliniques à Lao Cai

Hôpital de la province de Lao Cai

Adresse : B8 route de  Chiềng On, Bình Minh, Lào Cai

Tel: +84 90 349 11 42

Voir la carte ici

Hôpitaux, cliniques à Ho Chi Minh-Ville

Victoria International Healthcare Clinic

Victoria International Healthcare Clinic

Victoria International Healthcare Clinic

Adresse : 79 Dien Bien Phu, Da Kao, District 1, Hô Chi Minh-Ville

Tel: (08) 3910 4545

Hôpital Franco Vietnam

Adresse : 6 Nguyen Luang Bang St, District 7, Hô Chi Minh-Ville

Tel: (08) 5411 3333

Voir la carte ici

Centre de diagnostic médical

Adresse : 254 Hoa Hao, District 10, Hô Chi Minh-Ville

Tel: (08) 3834 9593

Voir la carte ici

Clinique dentaire internationale de Westcoast

Adresse : 27 Nguyen Trung Truc, District 1, Hô Chi Minh-Ville

Tel: (08) 3825 6999

Voir la carte ici

Hôpitaux, cliniques à Da Nang

Hôpital familial

Adresse : 71 Nguyễn Hữu Thọ, Hòa Thuận Tây, Hải Châu, Đà Nẵng

Tel: +84 236 3632 111

Voir la carte ici

Hôpital Hoan My Da Nang

Hôpital Hoan My Da Nang

Hôpital Hoan My Da Nang

Adresse : 161 Nguyễn Văn Linh, Thạc Gián, Đà Nẵng

Tel: +84 236 3509 808

Voir la carte ici

Hôpital général de Da Nang

Adresse : 124 Hải Phòng, Thạch Thang, Đà Nẵng

Hotline: 096523181

Voir la carte ici

Hôpital Da Nang C

Adresse : 122 Hải Phòng, Thạch Thang, Đà Nẵng, Vietnam

Tel: +84 236 3821 480

Voir la carte ici

Nous espèrons que les informations de notre article sont utiles pour la préparation de votre voyage au Vietnam. Si vous avez des questions ou des conseils utiles, n'hésitez pas à laisser des messages ci-dessous. Nous serons heureux d'avoir de vos nouvelles.

Mots- clefs sur google: vaccin vietnam, vaccins vietnam, vaccin pour le vietnam, vaccination vietnam, vietnam vaccins, vaccin vietnam obligatoire, vietnam vaccination, vietnam paludisme, vaccins pour le vietnam, voyage vietnam vaccins, institut pasteur vietnam, institut pasteur vaccin, vietnam vaccin, vaccins obligatoires vietnam, quel vaccin pour le vietnam, vaccin pour vietnam, vaccin voyage vietnam, vaccin vietnam pasteur, vaccin obligatoire vietnam, quels vaccins pour le vietnam, vaccination pour le vietnam, paludisme vietnam, vietnam santé, santé vietnam...

Vaccin Vietnam – Quels vaccins obligatoires pour le vietnam? Paludisme?
4.7 (94.29%) 7 votes

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *