Agence de voyage Vietnam

Histoire du Cambodge

Histoire du Cambodge : Guide complet et 8 choses à savoir absolument

Personne ne sait avec certitude depuis combien de temps les gens vivent dans ce qui est aujourd’hui le Cambodge, car les études sur sa préhistoire sont peu développées. Une datation au carbone-l4 d’une grotte du nord-ouest du Cambodge suggère que des personnes utilisant des outils en pierre ont vécu dans la grotte dès 4000 av. J.-C., et le riz est cultivé sur le sol cambodgien depuis bien avant le 1er siècle de notre ère. Les premiers Cambodgiens sont probablement arrivés bien avant ces deux dates. Ils ont probablement migré depuis le nord, bien que l’on ne sache rien de leur langue ou de leur mode de vie.

Histoire du Cambodge : Guide complet et 8 choses à savoir absolument

Au début du 1er siècle de notre ère, les commerçants chinois ont commencé à signaler l’existence de royaumes intérieurs et côtiers au Cambodge. Ces royaumes devaient déjà beaucoup à la culture indienne, qui leur a fourni des alphabets, des formes d’art, des styles architecturaux, des religions (hindouisme et bouddhisme) et un système de classes stratifié. Les croyances locales qui soulignaient l’importance des esprits ancestraux ont coexisté avec les religions indiennes et restent puissantes aujourd’hui.

1. Histoire du Cambodge : Le royaume khmer (Funan)

Le royaume khmer (Funan)

Les premiers auteurs chinois faisaient référence à un royaume du Cambodge qu’ils appelaient Funan. Les découvertes archéologiques modernes fournissent la preuve d’une société commerciale centrée sur le delta du Mékong, qui a prospéré du Ier siècle au VIe siècle.

Parmi ces découvertes figurent les fouilles d’une ville portuaire du 1er siècle, située dans la région d’Oc-Eo, dans ce qui est aujourd’hui le sud du Vietnam. Desservie par un réseau de canaux, la ville était un important lien commercial entre l’Inde et la Chine. Des fouilles en cours dans le sud du Cambodge ont révélé l’existence d’une autre ville importante près du village actuel d’Angkor Borei.

Un groupe de royaumes de l’intérieur, connus des Chinois sous le nom de Zhenla, a prospéré aux 6e et 7e siècles, du sud du Cambodge au sud du Laos. Les premières inscriptions en pierre en langue khmère et les premiers temples hindous en brique et en pierre au Cambodge datent de la période Zhenla.

2. Histoire du Cambodge : L’époque d’Angkor

L'époque d'Angkor

Les visages géants sculptés sur le temple Bayon du complexe d’Angkor Thum, dans le nord-ouest du Cambodge, représentent à la fois le Bouddha et le roi Jayavarman VII (qui a régné entre 1130 et 1219). Bien qu’il s’agisse d’un temple bouddhiste, Angkor Thum a été modelé sur le grand complexe de temples hindous d’Angkor Wat.

Au début du IXe siècle, un prince khmer (de l’ethnie cambodgienne) est revenu au Cambodge de l’étranger. Il est probablement arrivé de Java ou de Sumatra, où il avait été retenu en otage par des rois insulaires qui avaient pris le contrôle de certaines parties du continent sud-est asiatique.

Au cours d’une série de cérémonies organisées sur différents sites, le prince s’est déclaré souverain d’un nouveau royaume indépendant, qui a unifié plusieurs principautés locales. Son royaume a fini par être centré près de l’actuel Siemreab, dans le nord-ouest du Cambodge. Le prince, connu de ses successeurs sous le nom de Jayavarman II, a inauguré un culte honorant le dieu hindou Shiva en tant que devaraja (terme sanskrit signifiant « dieu-roi »). Ce culte, qui légitimait le règne du roi en le liant à Shiva, a perduré à la cour du Cambodge pendant plus de deux cents ans.

Entre le début du IXe siècle et le début du XVe siècle, 26 monarques ont régné successivement sur le royaume khmer (connu sous le nom d’Angkor, nom moderne de sa capitale).

Les successeurs de Jayavarman II ont construit les grands temples qui font la renommée d’Angkor.

Les historiens ont daté de cette époque plus de mille sites de temples et plus de mille inscriptions sur pierre (la plupart sur les murs des temples).

Parmi les rois bâtisseurs khmers, on peut citer Suyavarman II, qui a construit le temple connu sous le nom d’Angkor Wat au milieu du XIIe siècle, et Jayavarman VII, qui a construit le temple Bayon à Angkor Thum et plusieurs autres grands temples bouddhistes un demi-siècle plus tard. Jayavarman VII, fervent bouddhiste, a également construit des hôpitaux et des maisons de repos le long des routes qui sillonnaient le royaume. Cependant, la plupart des monarques semblent avoir été plus préoccupés par l’étalage et l’accroissement de leur pouvoir que par le bien-être de leurs sujets.

Ancienne cité d’Angkor Cette carte montre le tracé de l’ancienne cité d’Angkor, capitale du royaume khmer cambodgien du IXe siècle au XVe siècle. Les immenses temples de pierre de la ville étaient à la fois des centres civiques et des symboles religieux du cosmos hindou. Les historiens pensent que le réseau de canaux et de barays (réservoirs) d’Angkor était utilisé pour l’irrigation.

À son apogée, au XIIe siècle, le royaume khmer englobait (outre le Cambodge actuel) des parties du Vietnam, du Laos, de la Thaïlande, du Myanmar (ancienne Birmanie) et de la péninsule malaise actuels. La Thaïlande et le Laos abritent encore des ruines et des inscriptions khmères. Les rois d’Angkor recevaient un tribut de royaumes plus petits au nord, à l’est et à l’ouest, et faisaient du commerce avec la Chine.

La capitale était le centre d’un impressionnant réseau de réservoirs et de canaux qui, selon les historiens, fournissaient l’eau nécessaire à l’irrigation. De nombreux historiens pensent que les récoltes abondantes rendues possibles par l’irrigation permettaient de faire vivre une population nombreuse dont la main-d’œuvre pouvait être mise à contribution pour construire les temples des rois et mener leurs guerres.

Les temples massifs, les vastes routes et ouvrages hydrauliques, et les inscriptions confiantes donnent une illusion de stabilité qui est mise à mal par le fait que de nombreux rois khmers ont accédé au trône en conquérant leurs prédécesseurs. Les inscriptions indiquent que le royaume a fréquemment souffert de rébellions et d’invasions étrangères.

Les historiens n’ont pas été en mesure d’expliquer complètement le déclin du royaume khmer aux 13e et 14e siècles. Cependant, il a probablement été associé à la montée en puissance des puissants royaumes thaïlandais qui avaient autrefois payé tribut à Angkor, et aux pertes de population consécutives à une série de guerres avec ces royaumes.

Un autre facteur a pu être l’introduction du bouddhisme Theravada, qui enseignait que chacun pouvait atteindre l’illumination par une conduite méritoire et la méditation. Ces idées égalitaires ont sapé la structure hiérarchique de la société cambodgienne et le pouvoir des grandes familles hindoues. Après une invasion thaïlandaise en 1431, ce qui restait de l’élite cambodgienne s’est déplacé vers le sud-est, dans les environs de Phnom Penh.

3. Histoire du Cambodge : Cambodge Âge sombre

Cambodge Âge sombre

Cette carte de l’Asie du Sud-Est au milieu du 16e siècle montre les principaux centres de pouvoir de la région avant l’arrivée des Européens. Pendant cette période, ces royaumes étaient constamment en guerre. Le royaume d’Ayutthaya (Thaïlande moderne) finit par s’étendre au nord et à l’est, absorbant une grande partie de Lan Na et Lan Xang (Laos moderne). Le Dai Viet (Vietnam moderne) s’est étendu vers le sud, s’emparant du territoire restant du Royaume de Champa et de l’extrémité sud du Royaume de Lovek (Cambodge moderne). Le Toungoo est devenu le Myanmar moderne.

Les quatre siècles d’histoire du Cambodge qui ont suivi l’abandon d’Angkor sont peu documentés, et les historiens n’en connaissent donc que les grandes lignes. Le Cambodge a conservé sa langue et son identité culturelle malgré les fréquentes invasions du puissant royaume thaïlandais d’Ayutthaya et les incursions des forces vietnamiennes.

En effet, pendant une grande partie de cette période, le Cambodge était un royaume commercial relativement prospère dont la capitale était Lovek, près de l’actuel Phnom Penh. Les visiteurs européens ont écrit sur la piété bouddhiste des habitants du royaume de Lovek. Pendant cette période, les Cambodgiens ont composé la plus importante œuvre littéraire du pays, le Reamker (basé sur le mythe indien du Ramayana).

À la fin du XVIIIe siècle, une guerre civile au Viêt Nam et les troubles consécutifs à l’invasion d’Ayutthaya par les Birmans se sont propagés au Cambodge et ont dévasté la région. Au début du XIXe siècle, les dynasties nouvellement établies au Vietnam et en Thaïlande se sont disputées le contrôle de la cour cambodgienne. La guerre qui s’ensuit, à partir des années 1830, est sur le point de détruire le Cambodge.

4. La règle française

La règle française au cambodge

Phnom Penh, telle que planifiée par les Français, ressemblait à une ville de province française. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la France avait commencé à étendre sa pénétration coloniale en Indochine (péninsule située entre l’Inde et la Chine). En 1863, la France a accepté l’invitation du roi du Cambodge à imposer un protectorat sur son royaume gravement affaibli, empêchant ainsi le démembrement du pays par la Thaïlande et le Vietnam.

Pendant les 90 années suivantes, la France a régné sur le Cambodge. En théorie, l’administration française est indirecte, mais en pratique, la parole des fonctionnaires français est définitive sur tous les sujets importants, y compris le choix des rois du Cambodge.

Les Français ont laissé en place les institutions cambodgiennes, y compris la monarchie, et ont progressivement développé une fonction publique cambodgienne, organisée selon les principes français. L’administration française néglige l’éducation mais construit des routes, des installations portuaires et d’autres travaux publics. Phnom Penh, telle que planifiée par les Français, ressemblait à une ville de province française.

Les Français investissent relativement peu dans l’économie cambodgienne par rapport à celle du Vietnam, qui est également sous contrôle français. Cependant, ils ont développé des plantations de caoutchouc dans l’est du Cambodge, et le royaume a exporté des quantités considérables de riz sous leur règne.

Les Français ont également restauré le complexe des temples d’Angkor et déchiffré les inscriptions angkoriennes, ce qui a permis aux Cambodgiens d’avoir une idée claire de leur héritage médiéval et a suscité leur fierté pour le passé du Cambodge. Comme la France n’a pas perturbé la monarchie, le bouddhisme et les rythmes de la vie rurale, le sentiment antifrançais a été lent à se développer.

Le roi Sihanouk, grâce à d’habiles manœuvres, a réussi à obtenir l’indépendance du Cambodge de manière pacifique en 1953. Au cours de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), les forces japonaises sont entrées en Indochine française, mais ont laissé en place l’administration française conforme.

Au bord de la défaite en 1945, les Japonais ont écarté leurs collaborateurs français et installé un gouvernement cambodgien nominalement indépendant sous la direction du jeune roi récemment couronné, Norodom Sihanouk. La France a réimposé son protectorat au début de 1946, mais a permis aux Cambodgiens de rédiger une constitution et de former des partis politiques.

Peu de temps après, des combats ont éclaté dans toute l’Indochine, alors que des groupes nationalistes, dont certains avaient une idéologie communiste, luttaient pour obtenir l’indépendance vis-à-vis de la France. La plupart des combats se déroulent au Vietnam, dans un conflit connu sous le nom de première guerre d’Indochine (1946-1954). Au Cambodge, les forces de guérilla communistes alliées aux communistes vietnamiens ont pris le contrôle d’une grande partie du pays.

Toutefois, le roi Sihanouk, grâce à d’habiles manœuvres, réussit à obtenir pacifiquement l’indépendance du Cambodge en 1953, quelques mois avant le Vietnam. Les accords de Genève de 1954, qui ont marqué la fin de la première guerre d’Indochine, ont reconnu le gouvernement de Sihanouk comme la seule autorité légitime du Cambodge.

5. Histoire du Cambodge : L’État moderne

Histoire du Cambodge : L'État moderne

La campagne pour l’indépendance de Sihanouk a aiguisé ses compétences politiques et accru ses ambitions. En 1955, il abdique le trône en faveur de son père pour poursuivre une carrière politique à plein temps, libéré des contraintes constitutionnelles de la monarchie.

Dans le but de démanteler les partis politiques cambodgiens naissants, Sihanouk inaugure un mouvement politique national connu sous le nom de Sangkum Reastr Niyum (Communauté socialiste du peuple), dont les membres ne sont pas autorisés à appartenir à un autre groupe politique. Le Sangkum a remporté tous les sièges lors des élections nationales de 1955, bénéficiant de la popularité de Sihanouk et de la brutalité de la police dans de nombreux bureaux de vote.

Sihanouk a occupé le poste de premier ministre du Cambodge jusqu’en 1960, année où son père est décédé et où il a été nommé chef de l’État. Sihanouk est resté très populaire auprès de la population mais s’est montré brutal envers ses opposants.

À la fin des années 1950, la guerre froide (période de tension entre les États-Unis et leurs alliés et l’Union des républiques socialistes soviétiques, ou URSS, et ses alliés) s’intensifie en Asie. Dans ce climat, les puissances étrangères, dont les États-Unis, l’URSS et la Chine, ont courtisé Sihanouk.

L’importance du Cambodge pour ces pays découlait des événements survenus au Vietnam voisin, où la tension avait commencé à monter entre un régime communiste au nord et un régime pro-occidental au sud. L’URSS soutenait les communistes vietnamiens, tandis que les États-Unis s’y opposaient, et la Chine voulait contenir le Vietnam pour des raisons de sécurité. Chacune des puissances étrangères espérait que le soutien cambodgien renforcerait sa position dans la région. Sihanouk a mené une politique de neutralité qui lui a valu une aide économique substantielle de la part des pays concurrents.

En 1965, cependant, Sihanouk rompt les relations diplomatiques avec les États-Unis. Dans le même temps, il autorisa les communistes nord-vietnamiens, qui menaient alors la guerre du Vietnam contre les États-Unis et les Sud-Vietnamiens dans le sud du pays, à installer des bases sur le sol cambodgien. Au fur et à mesure que la guerre s’intensifiait au Vietnam, l’opposition intérieure à Sihanouk, tant de la part d’éléments radicaux que conservateurs, augmentait.

L’organisation communiste cambodgienne, connue sous le nom de Parti des travailleurs du Kampuchéa (rebaptisé plus tard Parti communiste du Kampuchéa, ou PCK), était entrée dans la clandestinité après avoir échoué à obtenir des concessions lors des accords de Genève, mais elle a repris les armes. L’économie devenant instable, le Cambodge devient difficile à gouverner seul.

Ayant besoin d’une aide économique et militaire, Sihanouk renoue des relations diplomatiques avec les États-Unis. Peu après, en 1969, le président américain Richard Nixon autorise une campagne de bombardements contre le Cambodge dans le but d’y détruire les sanctuaires communistes vietnamiens.

6. La République khmère

République khmère

En mars 1970, le corps législatif du Cambodge, l’Assemblée nationale, a déposé Sihanouk alors qu’il se trouvait à l’étranger. Les forces conservatrices à l’origine du coup d’État étaient pro-occidentales et anti-vietnamiennes. Le général Lon Nol, premier ministre du pays, prend le pouvoir et envoie son armée mal équipée combattre les forces communistes nord-vietnamiennes campées dans les zones frontalières.

Lon Nol espérait que l’aide américaine lui permettrait de vaincre ses ennemis, mais le soutien américain était toujours axé sur les événements au Vietnam. En avril, les troupes américaines et sud-vietnamiennes envahissent le Cambodge, à la recherche des Nord-Vietnamiens, qui s’enfoncent plus profondément dans le Cambodge. Au cours de l’année suivante, les troupes nord-vietnamiennes ont détruit la capacité offensive de l’armée de Lon Nol.

En octobre 1970, Lon Nol inaugure la République khmère. Sihanouk, qui avait cherché asile en Chine, est condamné à mort malgré son absence. À cette époque, les dirigeants chinois et nord-vietnamiens avaient persuadé le prince d’établir un gouvernement en exil, allié au Nord-Vietnam et dominé par le CPK, que Sihanouk appelait les Khmers rouges.

En 1975, malgré des injections massives d’aide américaine, la République khmère s’effondre et les forces khmères rouges occupent Phnom Penh.

Les États-Unis ont continué à bombarder le Cambodge jusqu’à ce que le Congrès des États-Unis mette fin à cette campagne en 1973. À cette époque, les forces de Lon Nol combattent non seulement les Vietnamiens mais aussi les Khmers rouges. Le général a perdu le contrôle de la majeure partie de la campagne cambodgienne, qui avait été dévastée par les bombardements américains.

Les combats ont gravement endommagé l’infrastructure du pays et causé un grand nombre de victimes. Des centaines de milliers de réfugiés affluent dans les villes. En 1975, malgré l’aide massive des États-Unis, la République khmère s’effondre et les forces des Khmers rouges occupent Phnom Penh. Trois semaines plus tard, les forces nord-vietnamiennes remportent la victoire au Sud-Vietnam.

7. Le Kampuchéa démocratique

Le Kampuchéa démocratique

Pol Pot Pol Pot est le pseudonyme du commandant de la guérilla cambodgienne Saloth Sar, qui a organisé la guérilla communiste connue sous le nom de Khmers rouges. Les Khmers rouges ont chassé le général Lon Nol en 1975, instaurant un régime communiste brutal qui a régné jusqu’en 1979.

Immédiatement après avoir occupé les villes du Cambodge, les Khmers rouges ont ordonné à tous les citadins de se rendre à la campagne pour y effectuer des travaux agricoles. Cette mesure reflétait à la fois le mépris des Khmers rouges pour les citadins, qu’ils considéraient comme des ennemis, et leur vision utopique du Cambodge comme une nation de paysans actifs et productifs.

Le chef du régime, qui restait caché du public, était Saloth Sar, qui utilisait le pseudonyme de Pol Pot. Le gouvernement, qui s’appelait lui-même Kampuchéa démocratique (DK), prétendait rechercher une indépendance totale vis-à-vis des puissances étrangères mais acceptait l’aide économique et militaire de ses principaux alliés, la Chine et la Corée du Nord.

Carnage des Khmers rouges Les Khmers rouges, dirigés par Pol Pot, ont tué près de 1,7 million de personnes entre le milieu et la fin des années 1970. Sur cette photo, des ossements et des crânes humains remplissent un musée au Cambodge qui avait servi de prison et de centre de torture sous le règne de Pol Pot, Sygma.

Sans s’identifier comme communistes, les Khmers rouges ont rapidement introduit une série de programmes socialistes de grande envergure et souvent douloureux. Les personnes auxquelles on a donné le plus de pouvoir au sein du nouveau gouvernement sont les Cambodgiens ruraux largement analphabètes qui avaient combattu aux côtés des Khmers rouges pendant la guerre civile.

Les dirigeants du DK ont sévèrement restreint la liberté d’expression, de mouvement et d’association, et ont interdit toute pratique religieuse. Le régime contrôlait toutes les communications ainsi que l’accès à la nourriture et à l’information. Les anciens citadins, désormais appelés « nouvelles personnes », étaient particulièrement maltraités. Les Khmers rouges ont tué des intellectuels, des commerçants, des bureaucrates, des membres de groupes religieux et toute personne soupçonnée d’être en désaccord avec le parti. Des millions d’autres Cambodgiens ont été déplacés de force, privés de nourriture, torturés ou envoyés au travail forcé. 

Pendant qu’ils étaient au pouvoir, les Khmers rouges ont assassiné, fait travailler à mort ou tué par la faim près de 1,7 million de Cambodgiens.

Les Khmers rouges ont également attaqué les pays voisins pour tenter de récupérer les territoires perdus par le Cambodge plusieurs siècles auparavant. Après le début des combats avec le Vietnam (alors uni aux communistes) en 1977, l’idéologie du DK est devenue ouvertement raciste. Les minorités ethniques du Cambodge, notamment les Chinois et les Vietnamiens, ont été pourchassées et expulsées ou massacrées.

Les purges de membres du parti accusés de trahison se sont généralisées. Les habitants de l’est du Cambodge, soupçonnés de coopérer avec le Vietnam, ont gravement souffert, et des centaines de milliers d’entre eux ont été tués. Pendant qu’ils étaient au pouvoir, les Khmers rouges ont assassiné, fait travailler à mort ou tué par la faim près de 1,7 million de Cambodgiens, soit plus d’un cinquième de la population du pays.

8. Histoire du Cambodge : Développement récent

Histoire du Cambodge : Développement récent

En octobre 1991, les factions belligérantes du Cambodge, les Nations unies et un certain nombre de nations étrangères intéressées ont signé à Paris un accord destiné à mettre fin au conflit au Cambodge. Cet accord prévoyait un partage temporaire du pouvoir entre une Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge (APRONUC) et un Conseil national suprême (CNS) composé de délégués des différentes factions cambodgiennes. Le Prince Norodom Sihanouk, ancien roi et premier ministre du Cambodge, était le président du CNS.

Les accords de Paris et le protectorat de l’ONU ont sorti le Cambodge de son isolement et ont introduit une politique compétitive, en sommeil depuis le début des années 1950. L’APRONUC a parrainé des élections pour une assemblée nationale en mai 1993 et, pour la première fois dans l’histoire du Cambodge, une majorité d’électeurs a rejeté un régime armé et en place.

Un parti royaliste, connu sous son acronyme français FUNCINPEC, a remporté le plus grand nombre de sièges aux élections, suivi par le CPP, dirigé par Hun Sen. Peu enclin à abandonner le pouvoir, Hun Sen a menacé de bouleverser les résultats des élections. Dans le cadre d’un compromis, une coalition de trois partis a formé un gouvernement dirigé par deux premiers ministres ; le prince Norodom Ranariddh du FUNCINPEC, l’un des fils de Sihanouk, est devenu premier premier ministre, tandis que Hun Sen est devenu deuxième premier ministre.

En septembre 1993, le gouvernement ratifie une nouvelle constitution qui restaure la monarchie et établit le Royaume du Cambodge. Sihanouk est devenu roi pour la deuxième fois. Après les élections de 1993, aucun pays étranger n’a continué à reconnaître le DK comme le gouvernement légal du Cambodge. Le DK perd son siège à l’ONU ainsi que la plupart de ses sources d’aide internationale.

La relation irréaliste de partage du pouvoir entre Ranariddh et Hun Sen a fonctionné étonnamment bien pendant les trois années suivantes, mais les relations entre les parties n’ont jamais été harmonieuses. Le contrôle de l’armée et de la police par le CPP lui conférait un contrôle effectif du pays, et il dominait le gouvernement de coalition.

En juillet 1997, Hun Sen a organisé un violent coup d’État contre le FUNCINPEC et a remplacé le prince Ranariddh, qui se trouvait alors à l’étranger, par Ung Huot, une figure plus souple du FUNCINPEC. L’action de Hun Sen a choqué les nations étrangères et a retardé l’entrée du Cambodge dans l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE). À la fin de 1997, le Cambodge était la seule nation de la région à ne pas en être membre.

Malgré le coup d’État, les élections prévues pour juillet 1998 se sont déroulées comme prévu. Des centaines d’observateurs étrangers qui ont surveillé les élections ont affirmé que le vote était relativement libre et équitable ; cependant, le CPP a harcelé les candidats de l’opposition et les travailleurs du parti avant et après les élections, où des dizaines ont été emprisonnés et plusieurs ont été tués.

L’élection a donné au CPP une pluralité de voix, mais les résultats, en particulier dans les villes, où le vote ne pouvait être dicté par les autorités locales, ont indiqué que le parti ne bénéficiait pas d’un large soutien populaire. Le prince Ranariddh et un autre candidat de l’opposition, Sam Rainsy, se sont réfugiés à l’étranger et ont contesté le résultat de l’élection. En novembre, le PPC et le FUNCINPEC ont conclu un accord selon lequel Hun Sen est devenu le seul Premier ministre et Ranariddh le président de l’Assemblée nationale.

Les partis ont formé un gouvernement de coalition, se partageant le contrôle des différents ministères. Au début de 1999, la constitution a été modifiée pour créer un Sénat, comme le prévoyait l’accord de 1998. Ces signes de stabilisation de la situation politique du Cambodge ont encouragé l’ANASE à admettre le Cambodge en son sein peu de temps après.

Pol Pot est mort en 1998 et, début 1999, la plupart des troupes et des dirigeants khmers rouges restants se sont rendus. Les troupes rebelles ont été intégrées dans l’armée cambodgienne. En 1999, deux dirigeants khmers rouges ont été arrêtés et accusés de génocide pour leur participation aux atrocités.

Depuis les Accords de Paris de 1991, la croissance économique du Cambodge dépend de millions de dollars d’aide étrangère. L’intérêt des étrangers pour le Cambodge a toutefois diminué et le pays a reçu une aide économique de moins en moins importante. Cette évolution, ainsi que le manque persistant d’ouverture de la politique cambodgienne, a rendu les perspectives de démocratisation du Cambodge faibles, ainsi que ses chances de croissance économique durable.

Source : Internet

5/5 – (53 votes)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on print
Print
Share on email
Email
Share on skype
Skype

Envie de poser une question?

Veuillez nous poser votre question. Nous sommes très heureux de vous répondre toutes vos questions

Mots clefs sur google : histoire cambodge