Guide complet de Tay Ninh Vietnam

Tay Ninh Vietnam : Voulez-vous visiter le temple Cao Dai ? Que faire à Tay Ninh ? Vous trouvez des conseils sur les endroits où sortir... dans notre guide complet.

Tay Ninh

À 96 km au nord-ouest de Ho Chi Minh-Ville, par la route no 22, la ville de Tay Ninh est en quelque sorte le Saint-Siège de la religion Cao Dai, une religion nouvelle inventée par un fonctionnaire cochinchinois dans les années 1920, comme tentative de synthèse entre les grandes philosophies religieuses d’Occident et d’Extrême-Orient.

Cet extraordinaire assemblage de spiritualités et de doctrines si différentes est parfaitement illustré par la cathédrale-temple, située à 4 km à l’est de la ville. Devant ce sommet de l’art kitsch, on ne sait s’il s’agit d’une pagode qui veut ressembler à une église, ou bien d’une église qui se prend pour une pagode.

Là « le Christ et Bouddha contemplent du plafond de la cathédrale une fantasia orientale à la Walt Disney, dragons et serpents en technicolor », écrit Graham Greene dans Un Américain bien tranquille (il était si fasciné par cette sacte syncrétique qu’il avait songé un moment à se convertir!). Voilà l’un des endroits les plus étranges, les plus baroques, les plus insolites du Vietnam. Le mot Cao Dai signifie littéralement « palais suprême ». Il sésigne Dieu.

Le berceau de la région Cao Dai

Le berceau de la région Cao Dai

Le berceau de la région Cao Dai

La religion Cao Dai (ou caodaïsme) a installé son siège à Tay Ninh en mars 1927. Aujourd’hui, une vingtaine de dignitaires de la secte continuent d’habiter autour du temple principal, dans une sorte de vaste monastère entouré de murs et abritant de nombreux bâtiments (maisons, cellules), des jardins, ainsi que des vestiges d’ateliers agricoles et industriels (scierie, briqueterie).

Une rizière de 15 ha, toujours exploitée par les fidèles (laïcs), à l’extérieur de l’enceinte, assure le ravitaillement en riz de communauté. Par ailleurs, aujourd’hui considérablement appauvri, le Cao Dai survit grâce aux grand réfectoire où les moines prennent leurs repas, entourés d’une centaine de personnes habitant hors de l’enceinte et qui travaillent bénévolement dans la journée au service du Cao Dai.

Une secte « militaro-religieuse »

Fondateur du caodaisme

Fondateur du caodaïsme

Le caodaïsme est né du choc idéologique de la rencontre entre l’Occident et l’Orient, en pleine période coloniale, dans le contexte de crise morale, spirituelle et économique des années 1920. Son fondateur, Ngo Van Chieu, n’était ni un bonze, ni un prêtre, mais un petit fonctionnaire de l’administration de Cochinchine, prodondément mystique. Né dans une famille modeste le 28 février 1878 à Binh Tay (ancien Cholon), au sud du Vietnam, il obtint une bourse, fit des études, devint fonctionnaire et délégué administratif de l’île de Phu Quoc en 1919.

Ngo était bouddhiste et pratiquait le culte des ancêtres, comme tous Vietnamiens. En dehors de son travail, il avait un hobby auquel il s’adonnait avec ferveur durant ses loisirs: le spiritisme. En compagnie d’un groupe de fonctionnaires de l’administration des Douanes, des Finances et des Chemins de fer, il faisait tourner les tables, essayant d’entrer en communication avec les esprits.

Caodaisme du Vietnam

Caodaïsme du Vietnam

Un jour de 1921, il entra en communication avec un esprit nommé Cao Dai, qui lui apparut sous la forme d’un oeil humain grand ouvert: l’oeil de Dieu. Après cette révélation, Ngo, qui avait 43 ans, reçut une autre illumination, 24 décembre 1925, pendant la nuit de Noël. Cette fois, l’esprit fut plus péremptoire et lui ordonna de créer une nouvelle religion en son nom. Ce qu’il fit sans attendre.

Le 7 octobre 1926, le caodaïsme fut déclaré officiellement à Saigon. Les premières missions de prosélytes furent si efficaces qu’au bout de 2 mois la nouvelle religion comptait plus de 2 000 adeptes. Il y en aurait aujourd’hui moins de 2 millions (chiffre difficile à vérifier), essentiellement dans le delta du Mékong, dans le sud du Vietnam, mais aussi dans le centre.

Caodisme vietnamien

Caodïsme vietnamien

La nouvelle religion eut une importance considérable sur le plan spirituel, mais aussi politique, et même militaire. Grâce à son organisation, sa discipline stricte et sa richesse, le Cao Dai parvint à former une armée privée de 25 000 hommes, au service des Japonais durant le Seconde Guerre mondiale.

Bref, des collabos purs et durs! Cette secte « militaro-religieuse » roula ensuite pour les Français, contre le Vietminh, avant de se ranger du côté de l’armée du Sud-Vietnam et des Américains pendant la guerre du Vietnam. Les caodaïstes refusèrent d’apporter leur soutien aux maquisards vietcong. Stratégie fatale! Après le chute de Saigon en 1975 et l’arrivée des communistes au pouvoir, la secte fut « frappée à la tête » et « coupée à la racine »: ses terres et près de 400 temples et lieux de culte furent confisqués, quatre responsables furent exécutés en 1979.

Le Facteur Cheval des religions

Religion du caodisme

Religion du caodïsme

Le caodaïsme semble né d’une exigence morale: unir toutes les philosophies ancestrales de l’Orient et de l’Occident pour créer une sorte de religion universelle, sans distinction de races ou de continents. Son principe de base, c’est qu’il n’existe qu’un seul Dieu, Être Suprême et Créateur de l’univers, commun à toutes les religions et croyances de la planète. « Si tous les hommes sur terre avaient conscience de cela, le monde aurait vécu dans la paix, dans la justice et dans l’amour ».

C’est un syncrétisme qui prend ce qu’il y a de meilleur dans toutes les religion: bouddhisme, confucianisme, taoïsme, christianisme et islam. Ainsi les croyants vénèrent-ils le Bouddha Sakyamuni, Confucius, Lao-tseu, Jésus-Christ et Mahomet. Sans oublier l’héritage spirituel propre au Vietnam, c’est-à-dire le culte des esprits, des saints et des génies.

Caodaiste vietnamien

caodaïstes vietnamiens

Les caodaïstes vénèrent également des personnages illustres aves lesquels les médium de la nouvelle religion sont entrés en communication au cours de séances spirites. On trouve ainsi Victor Hugo (que l’on voit en tenue d’académicien sur la fresque à l’entrée du temple), Jeanne d’Arc, Descartes, Pasteur, et même Shakespeare et Lénine (ce qui n’a pas empêché la secte de s’armer contre les communistes du Nord).

L’histoire de l’humanité se divise en trois grandes périodes marquées, selon les adeptes, par trois révélation divines. La première révélation fut celle de Dieu à Lao-tseu. La deuxième révélation s’est faite plus tard à travers les grands messagers, Bouddha, Moïse, Jésus-Christ, Mahomet. Mais les caodaïstes considèrent que leurs messages ont été détournés de leur idéal de départ par la faute des humains.

La religion Cao Dai se présente comme une « troisième alliance entre Dieu et l’homme ». Il s’agit pour eux de l’unique et dernière révélation qui, si tout va bien (mais tout ne va pas si bien que ça), ne devrait pas être dévoyée puisque le message divin passe directement de Dieu aux disciples par le biais de la communication avec les esprits.

Cao Dai Vietnam

Cao Dai Vietnam

Les médiums de la secte ont la charge de recevoir les messages des esprits en utilisant des stylos ou des pinceaux de calligraphie chinoise.

Le clergé caodaïste est organisé sur le modèle de l’Église catholique. Au sommet de la hiérarchie, un pape donne les directives, organise, contrôle, assure la continuité du mouvement. Les dignitaires sont agenouillés au premier rang, près de l’autel, pendant les cérémonies au temple caodaïste. Ils portent des tuniques de couleurs différentes: le rouge pour les dignitaires de la branche confucianiste, le bleu pour le taoïsme et le jaune pour le bouddhisme.

Leur calendrier religieux du temple Cao Dai

calendrier religieux du temple Cao Dai

calendrier religieux du temple Cao Dai

Les caodaïstes ont deux grandes fêtes religieuses: la fête de Dieu le Père (Cao Dai) le 9 janvier, et de la Mère (la « Dame » bouddhique) le 15 août. Mais Noël, Pâques, et l’anniversaire de la naissance de Bouddha sont aussi fêtés en grande pompe, preuve encore une fois du syncrétisme entre l’Orient et l’Occident.

Comment arriver et quitter Tay Ninh ?

Tay Ninh se visite dans la journée au départ de Ho Chi Minh-Ville (Saigon). Beaucoup de visiteurs passent par une agence ou louent une voiture avec chauffeur (pas cher) pour visiter les tunnels de Cu Chi le matin (dès l’ouverture) et assister à la grand-messe caodaïste à 12h; puis ils rentrent en fin d’après-midi à Ho Chi Minh-Ville.

En bus

Bus Tay Ninh

Bus Tay Ninh

Le plus simple est de passer par une agence du "quartier routard" de Ho Chi Minh-Ville.

Sinon bus no 13 de la gare terrestre à côté du marché Ben Thanh jusqu’à Cu Chi, puis bus no 702 jusqu’au temple Cao Dai (compter env 50 000 Dg pour 4h de trajet).

Il exis un bus no 14, il va jusqu’à la gare terrestre d’An Suong, puis minibus jusqu’à centre de Tay Ninh, et enfin les 4 derniers kilomètrs en taxi ou à moto-taxi pour arriver à ce lieu de culte (compter 55 000 Dg pour 4h de trajet).

Que faire et voir à Tay Ninh ?

La cathédrale-temple Cao Dai

Temple Cao Dai

Temple Cao Dai

Sur la route de Saigon, 4 km avt le centre de Tay Ninh, sur la gauche; si vous ne trouvez pas, demandez et on vous pointera la direction. Entrée par la rue latérale. Voici l’un des édifices religieux les plus extravagants, les plus baroques, les plus originaux de toute d’Asie du Sud-Est.

Une merveille de l’art kitsch construite entre 1933 et 1955, fruit d’un métissage religieux unique entre l’art chrétien d’Europe et l’art bouddhique d’Extrême-Orient. L’ensemble mesure près de 107 m de long et relève à la fois de l’église (par sa forme et sa façade) et de la pagode (la décoration intérieure).

Cérémonies et rites du temple Cao Dai

Cérémonies et rites du temple Cao Dai

Cérémonies et rites du temple Cao Dai

Le temple caodaïste célèbre des offices, comme ts les autres temples d’ailleurs, à heures fixes. Il y a 4 messes quotidiennes: à 6h, 12h, 18h et minuit. Cérémonie d’environ 35 mn. Tenue discrète requise. Les photos du temple sont autorisées sans flash, mais pas celles des fidèles (du moins sans permission de leur part). Enlevez vos chaussures à l’entrée.

Le rituel immuable n’a pas varié d’un iota depuis les origines. Les femmes entrent par la gauche, les hommes par la droite. Des musiciens installés dans la tribune au-dessus du porche d’entrée accompagnent les prières des fidèles. Au milieu du temple, tournés vers le maître-autel surmonté du grand globe, se tiennent des dignitaires en rouge à côté de femmes vêtues de blanc.

Cérémonies et rites du temple Cao Dai

Cérémonies et rites du temple Cao Dai

Ensuite viennent d’autres dignitaires vêtus de rouge, bleu t blanc. Et enfin la masse bien alignée des fidèles. Des disciples avec un brassard marqué des lettres BT assurent la sécurité. Les visiteurs sont admis à assister aux messes daocaïstes, mais ils doivent monter sur un balcon surplombant la grande nef. Il n’y a aucun discours, pas de sermon ni de commentaire théologique.

Les offrandes agréées sont les fleurs, les fruits, le thé, l’alcool, l’eau et l’encens, mais jamais de riz gluant ni de papiers votifs. On quitte la cérémonie quand on veut. Les prières, très proches du bouddhisme, sont des invocations qui commencent par « Nam Mô… ». Elles rendent hommage à Cao Dai, Ly Thai Bach, le premier prophète, aux représentants des trois religions orientales (bouddhisme, confucianisme et taoïsme), ainsi qu’aux esprits, aux saints et aux génies.

Le proche d’entrée du temple Cao Dai

Le proche d’entrée du temple Cao Dai

Le proche d’entrée du temple Cao Dai

Le proche d’entrée du temple Cao Dai est orienté à l’ouest (vers Jérusalem), comme dans les églises chrétiennes. Sur le mur, une grande fresque peinte représente les "trois missionnaires divins envoyés comme guides spirituels de l’humanité pour réaliser la troisième Alliance". Victor Hugo, en tenue d’académicien, écrit avec une plume la devise « Dieu et Humanité » et « Amour et Justice », accompagné du révolutionnaire et homme d’État chinois Sun Yat Sen qui tient un encrier. À leurs côtés se tient un troisième « saint » du Cao Dai, le poète vietnamien Nguyen Binh Khiem.

L’intérieur du temple Cao Dai

L’intérieur du temple Cao Dai

L’intérieur du temple Cao Dai

les vitraux portent tous le symbole du Cao Dai, un triangle enfermant l’oeil divin. Sous la coupole de l’autel, une énorme sphère bleue portant l’oeil divin symbolise l’idéal de la religion universelle. Il y a huit personnages sculptés audessus de la coupole: ce sont Bouddha, Confucius, Lao-tseu, Jésus-Christ, ainsi que Ly Thai Bach, Khuong Tu Nha, la déesse Quan Am et le génie Quan Cong.

Adossées Pham Cong Tac, disciple du fondateur Ngo Van Chieu, et qui devint plus tard le deuxième pape du caodaïsme. Il a d’ailleurs largement contribué à la milita risation de la secte et à son alliance avec les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Curieusement, sa statue donne l’impression d’un personnage ayant vécu il y a 1 000 ans. C’était hier ou presque…

Des dragons se lovent en spirale autour des colonnes qui soutiennent la nef qui s’étend sur neuf sections, chiffre des neuf étapes pour accéder au paradis.

Dans les environs de tay Ninh

Le mont Ba Den

Le mont Ba Den

Le mont Ba Den

Le mont Ba Den se situe à la frontière du Vietnam et du Cambodge, à 11 km au nord-est de Tay Ninh. Le mont « de la Dame Noire », cette petite montagne sacrée, domine de ses 986 m un paysage plat et vert de rizières, tel un chapeau conique renversé. C’est depuis longtemps un lieu de pèlerinage très fréquenté par la population locale, et autrefois par les Cham et les Khmers.

Isolé dans une belle campagne, il fut souvent bombardé lors de la guerre car il était le point d’aboutissement le plus méridional de la piste Ho Chi Minh qui ravitaillait en armes, matériel et hommes la guérilla vietcong. Les Américains y avaient installé un site d’atterrissage pour hélicos et, de là, ils pouvaient surveiller la plaine aux alentours.

Même si, à l’époque, la montagne a perdu sa végétation sous l’effet des défoliants, le mont Ba Den a gardé un peu de sa sauvagerie naturelle, contrairement au mont Sam près de Chau Doc (voir à cette ville). Ce qui en fait tout son charme et son intérêt.

Deux grandes fêtes s’y déroulent tous les ans: la Fête printanière, du 15e au 18e jour du 1er mois lunaire, et la fête de l’Esprit vital, qui dure du 5e au 6e jour du 5e mois lunaire.

Nous espèrons que les informations de notre article sont utiles pour la préparation de votre voyage à Tay Ninh Vietnam. Si vous avez des questions ou des conseils utiles, n'hésitez pas à laisser des messages ci-dessous. Nous serons heureux d'avoir de vos nouvelles.

Mots-clefs sur google: tay ninh, tay ninh vietnam, temple cao dai, que faire à tay ninh, mont ba den...

Tay Ninh Vietnam et temple Cao Dai
5 (100%) 5 votes

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *