Guide complet de Hanoï Vietnam

Hanoï Vietnam : Que faire, voir et visiter à Hanoi ? Vous trouvez des conseils, toutes les informations utiles pour réussir à voyager à Hanoi, la capitale du Vietnam.

hanoi

Contenu de l'article

Hanoi Vietnam

En 2010, Hanoi, capitale du Vietnam, a célébré a’anniversaire du millénaire de sa longue histoire. La destinée de cette ville est peu commune, fascinante étrange et troublante, une destinée discrète et tenace, faite de sagesse cofucianiste et bouddhiste, de lointaines influences chinoise et française, de combats féroces, de souffrances terribles et de renaissances inattendues.

Hanoi est restée authentiquement vietnamienne bien qu’une partie de son histoire lui ait été imposée de l’extérieur par la force, la ruse et la séduction: soit plus de 1 000 ans de civilisation chinoise et près d’un siècle de présence française.

Ces deux cultures ont apporté leur contribution au physique et au caractère de la ville, façonnant un visage et une personnalité uniques. Le voyageur le sent tout de suite en se promenant dans les rues du vieux Hanoi, investies par une animation intense.

Là réside le charme étrange et mystérieux de Hanoi. Nommée Thang Long, « la ville du dragon qui s’élève » 800 ans durant, elle devint définitivement Hanoi en 1831 « la ville en deçà du pleuve ». La capitale du Vietnam s’étend en effet sur la rive occidentale du fleuve Rouge, venu des montagnes chinoises du Yunnan.

Plutôt horizontale, souvent dominée par une mer de nuages, enveloppée en hiver dans une sorte de vapeur humide (une bruine très fine), c’est sans doute l’une des capitales les plus captivantes d’Asie du Sud-Est.

Histoire de la capitale de Hanoi

Plus de 1 000 ans d’influence chinoise

Histoire de la capitale de Hanoi

Histoire de la capitale de Hanoi

La ville est d’une implantation très ancienne. On a retrouvé beaucoup de vestiges de la période du bronze. La pointe du delta fut naturellement élue pour abriter les différentes capitales du Nord, en raison de sa position stratégique, carrefour des routes et du fleuve.

La première capitale s’éleva à Co Loa au IIIe s av.J.-C., à une quinzaine de kilomètres au nord de la ville actuelle. Puis, de 111 av.J.-C, à 938 (victoire de Ngo Quyen sur les Chinois à la bataille de Bach Dang), la ville est sous protectorat des dynasties chinoise.

En 607 de notre ère, le bourg des origines se nomme Songping, chef-lieu du protectorat d’Annam. En  767, une enceinte extérieure est bâtie. De 968 à 1010, à la suite de prise du pouvoir par Dinh Bo Linh, la capitale est momentanément transférée à Hoa Lu.

La ville du dragon prenant son essor

l’empereur Ly Thai To

L’empereur Ly Thai To

De 1010 à 1225, la dynastie des Ly est au pouvoir. En 1010, l’empereur Ly Thai To, le grand vainqueur des Chinois, déclare: « Nous voulons transférer la capitale à Dai La, entre le Ciel et Terre, là où le Dragon s’enroule et le Tigre s’assied, à la croisée du nord, du sud, de l’est et de l’ouest ». Suivant cette mythologie et les règles de la géomancie, il réinstalle sa capitale à Hanoi, qui porte désormais le nom de Thang Long, la <ville du dragon prenant son essor>.

Commence une période de croissance et d’expansion. En 1049, on construit la pagode au Pilier unique, en 1070 le temple de la Littérature, en 1076 le collège des Fils de la Nation. En 1086 est inaugurée l’Académie impériale, et en 1230 Thang Long est partagée en 61 quartiers. Les Mongols pillent la ville à deux reprises, en 1258 et en 1285.

De 1226 à 1400, la dynastie des Tran règne sur le pays. Les Tran se réclament de la brillante dynastie chinoise des Song du Sud dont le gouvernement est installé à Hangzhou, en Chine du Sud. En référence au lac de l’Ouest de cette cité, ils renomment le grand lac en lac de l’Ouest.

Une ville issue de la géomancie

Histoire Hanoi Tan Vien

Histoire Hanoi Tan Vien

Dès son origine, la ville fut édifiée suivant les règles de la géomancie établies par Gao Pian (gouverneur qui régna sur le protectorat de 865 à 868 apr.J.-C). La cité devait être en harmonie avec l’ordre cosmologique. Dans son Hoitoire de Hanoi, Philippe Papin précise: «  La présence de monts était indispensable, car ils permettaient d’établir une parfaite harmonie avec les lacs et les rivières ».

La rivière existait: c’était le fleuve Rouge. Les lacs également. Manquaient des monts! Qu’à cela ne tienne, on érigea des tertres artificiels de plusieurs dizaines de mètres de haut pour abriter les génies de la montagne (san lesquels les génies des eaux se seraient ennuyés).

Il lui fallait également un montagne sacrée et bénéfique: on désigna le mont Tan Vien, connu aujourd’hui comme le mont Ba Vi, à 50 km à l’ouest de Hanoi, près de Son Tay, et considéré comme une montagne « magique ».

Il y a des sites favorables et des sites défavorables, et il s’agit donc de bien les choisir avant de décider de l’emplacement des constructions civiles et militaires. Quoi qu’il en soit, il faut suivre des critères d’orientation astrologique ou ésotérique.

Tous les empereurs et rois, des Ly aux Nguyen, façonnèrent la ville selon ces principes ancestraux. Dans la cité royale s’élevait la cité interdite (dont il ne reste rien aujourd’hui). Plusieurs milliers de soldats gardaient la citadelle. Au XIIe s, ils portaient, tatoués sur le front, en idéogrammes, « Thien Tu Quan » (soldats de Sa Majesté, Fils du Ciel).

XVe s: l’âge d’or de Thang Long

Thang Long histoire Hanoi

Thang Long histoire Hanoi

Au XVe s, Thang Long s’organise comme une cité de mandarins et de lettrés. En 1471, la moité des fontionnaires du pays y réside. La première carte de la ville apparaît à cette époque: c’est un plan de la capitale avec 13 planches des provinces.

Un mur long de 3 km ceinture la ville où réside l’empereur. Selon Philippe Papin, « le XVe s est l’âge d’or de Thang Long… C’est à partir du XVIe s que l’on peut parler de cité interdite, cité impériale et cité civile, ces trois mondes cloisonnés qui, dans le monde sinisé, définissaient la capitale idéale ».

De 1430 à 1788, la ville continua de s’appeler Thang Long bien qu’officiellement elle portait le nom de Dong Kinh, déformé par les Européens en Tonkin, nom donné à tout le nord du pays plus tard, pendant la période coloniale. On construisit beaucoup jusqu’au XVIIe s: palais, pagodes, citadelles, digues pour contenir le fleuve Rouge.

XVIIe s: Hanoi attire des Européens

En 1627, le père Alexandre de Rhodes séjourne à Thang Long. Ce jésuite romanise la langue vietnamienne en la transcrivant en caractères européens pour enseigner l’Évangile aux Vietnamiens. De 1645 à 1700, les Hollandais possèdent à Thang Long un comptoir, et les Britanniques de 1683 à 1697. Les premiers récits de voyage écrits par des Européens datent d’alors: celui de Samuel Baron en 1685 et de William Dampier en 1688. Le XVIIIe s marque le déclin de la cité impériale.

1805-1831: ville de la prospérité croissante

Hanoi sous la dynastie Nguyen

Hanoi sous la dynastie Nguyen

Thang Long a déjà beaucoup perdu de son luste quand l’empereur Gia Long décide en 1806 de transférer la capitale à Hue. La ville redevient simple placeforte régionale et change de nom: <la ville de la prospérité croissante>. Gia Long fait construire une citadelle, du type Vauban, sur une hauteur de 5 m et 15 m d’épaisseur. En 1812, il fait édifier la tour du Drapeau (aujourd’hui unique vestige de l’époque). En 1820, l’empereur Minh Mang, furieux de voir que les Mandchous refusent de reconnaître Hue comme sa capitale, rase tout ce qui reste des palais et des temples de Thang Long.

En 1831, la ville prend définitivement le nom de Hanoi. En 1848, considérant que l’ancienne capitale brille encore d’un éclat trop insolent, l’empereur Tu Duc fait détruire tous les palais restants et transférer toutes leurs richesses à Hue.

Une ville française en Asie

Hanoi sous la colonisation française

Hanoi sous la colonisation française

En 1873, prise de Hanoi par Francis Garnier, puis reprise en 1882 par Henri Rivière. Après la conquête par l’armée coloniale française de la ville, celle-ci n’a plus rien à voir avec la légendaire capitale d’antan.

En 1884, la France établit un protectorat sur le Tonkin tandis que la Cochinchine est une colonie française. Comme il fallait quand même apporter une contribution aux destructions du passé, les Français achèvent la démolition de la citadelle de Gia Long.

La plus ancienne pagode de Hanoi est également rasée pour permettre la construction en 1887d’une cathédrale. Les Français tracent aussi, au sud et à l’est du lac Hoan Kiem, une nouvelle ville avec de larges avenues dessinées au cordeau, bordées de bâtiments administratifs haussmanniens et de villas cossues, alliant les styles Deauville, Arcachon ou Aix-les-Bains.

En 1902, Hanoi se fait capitale de l’Indochine française. Le pont Doumer est lancé sur le fleuve Rouge sous les auspices de l’ingénieur Gustave Eiffel. Les paillotes sont interdites dans la ville. En 1911, le théâtre municipal est inauguré. En 1921, 4 000 Européens et 100 000 Vietnamiens vivent à Hanoi.

Hanoi dans la guerre

Hanoi en 1945

Hanoi en 1945

De 1947 à 1954, la première guerre d’Indochine place Hanoi au coeur des événements sanglants entre l’armée française et les combattants du Vietminh dirigés par le général Giap. Pourtant, la ville est épargnée, car les affronntements se déroulent loin de là, dans les montagnes et les vallées du Nord-Vietnam.

Après la bataille de Dien Bien Phu (mai 1954) et les accords de Genève. Les troupes vietnamiennes du Vietminh entrent dans Hanoi « libérée » qui devient la capitale d’un nouveau pays indépendant: la République démocratique du Vietnam, obéissant à l’idéologie communiste.

Lors de la seconde guerre d’Indochine opposant le Nord-Vietnam communiste au Sud-Vietnam capitaliste et proaméricain, Hanoi est bombardée à plusieurs reprises par l’aviation US: en 1966, 1968, et surtout en 1972 où elle connaît la plus violente attaque de la guerre.

Pendant 12 jours, du 18 au 29 décembre 1972, près de 90 bombardiers de l’US Air Force pilonnèrent la ville de Hanoi. Ils firent 739 sorties, dont 729 atteignirent leurs cibles au-delà du 20e parallèle, larguant 15 000 t de bombes, jusqu’à ne laisser indemne, littéralement parlant, aucune cible militaire du Nord-Vietnam. Une partie de la population civile avait été évacuée à la campagne, les autres, se réfugièrent dans les nombreux abris souternaims de la ville.

Hanoi, Haiphong et d’autres villes peuvent être détruites, déclare de général Giap, mais le peuple vietnamien ne se laissera pas intimider. Les accords de Paris entre Kissinger et Le Duc Tho, signés en janvier 1973, mettent un terme aux bombardements américains au Nord-Vietnam. Sur le terrain, peu de monuments civils du centre-ville ont été touchés par les bombes. Les monuments historiques de Hanoi ont été miraculeusement épargnés.

Arrivée à l’aéroport de Hanoi

aéroport international de Noi Bai

Aéroport international de Noi Bai

L’aéroport international de Noi Bai, situé à 30 km au nord de Hanoi. Le nouveau terminal international a été ouvert fin 2014.

Argent

Distributeurs automatiques et bureaux de change dans le hall des <Arrivées>. Horaires d’ouverture et de fermeture en fonction des arrivées et départs. Les taux sont pratiquement les mêmes que dans les banques du centre-ville. Gardez votre reçu, il vous permettra, en fin de séjour, de reconvertir les dôngs qui vous resreront en dollars américains.

Bagages

Le contrôle douanier est plutôt souple. Conservez toutes les étiquettes. Ne décollez pas l’autocollant numéroté de vos bagages, car celui-ci souvent vérifié par la douane avant de sortir de l’aéroport.

Consigne située au niveau des "Arrivées". Ouvert dès 5h30 et jusqu’au dernier vol. Compter 15 000 Dg par bagage pour les trois premières heures, puis tarif dégressif.

Renseignements et services

Comptoir d’information touristiques: au niveau des « Arrivées ». Toujours 8h-21h. Le personnel parle l’anglais. Carte de Hanoi gratuite.

Également une poste et une pharmacie sommaire.

Vous pouvez acheter une carte SIM locale à l’un des stands de télécom situés au niveau des « Arrivées ». Avantageux, y compris pour appeler en Europe.

Pour gagner le centre-ville

Minibus Vietnam Airlines de l'aéroport à Hanoi

Minibus Vietnam Airlines de l'aéroport à Hanoi

Minibus: en sortant de l’aérogare. Il se rend juqu’au terminal Vietnam Airlines de la rue Quang Trung. Sans horaire fixe, il part lorsqu’il est complet. Le billet coûte 40 000 Dg. Ne payez que lorsque vous êtes installé dans le minibus. Pour rejoindre le centre, compter 1h de trajet.

Taxi: compter 380 000 Dg pour une voiture 4 places. Le prix est fixe avec la compagnie Taxi Airport (38-73-33-33), au compteur pour les autres. Dans tous les cas, il inclut le péage de la voie rapide. Et si le chauffeur veut vous conduire à l’hôtel avec lequel il est en affaires, résistez pour être déposé là où vous le souhaitez, fermement mais sans vous agaver.

Bus no 17: durée 1h30. Billet: 90 000 Dg. Se prend au bord d’un grand parking sur la gauche en sortant du Terminal International.

Comment quitter la capitale de Hanoi ?

Réserver son billet de bus ou de train via une agence de voyages permet d’économiser du temps contre une commission généralement modeste…

En train

Train Hanoi

Train Hanoi

Horaires des train sur. Vietnam-railway.com, vietnamrailway.com, seat61.com

Gare centrale: à l’extrémité de Tran Hung Dao. 39-42-36-97. Guichets ouvert 7h30-12h, 13h30-17h. Dans le hall des départs, on trouve un distributeur ATM et une consigne à bagages.

De Lao Cai (extrême nord) à Ho Chi Minh-Ville (extrême sud), le « Réunification train » parcourt la colonne vertébrale de ce long et étroit pays qu’est le Vietnam, via Hanoi, Nha Trang et Hue. Du nord au sud, les trains portent des numéros impairs SE1, SE3, SE5, SE7. Du sud au nord, des numéros pairs SE2, SE4, SE6, SE8.

Pour faire votre votre marché dans le cornéiien choix de catégories de confort, lisez bien la rubrique « Vietnam utile – Transports ».

Attention, pour les trains de nuit à destination de Lao Cai, l’accès à la gare se fait par l’arrière, par la rue Tran Quy Cap (surnommée aussi « gare B » par les chauffeurs de taxi).

De/vers Ho Chi Minh-Ville: 4 trains par jour, 6h15-23h. Le plus rapide est celui de 23h, le SE3 (environ 30h de trajet). Les autres express (SE1, SE3, SE7) mettent 32-35h. acheter le billet la veille, voire l’avant-veille, au guichet 3. Trajet: 910 000 – 1 760 000 Dg selon train et confort.

Cabine du train Hanoi

Cabine du train Hanoi

De/vers Hue: aussi intéressant que par la route. Mêmes trains que ceux pour Ho Chi Minh-Ville. Trajet: 12-14h (le plus rapide, le SE3, part à 23h, arrive à Hue à 10h45). Compter 440 000 – 920 000 Dg selon train et confort.

De/vers Nha Trang: mêmes trains que ceux pour Ho Chi Minh-Ville. Trajet: 22-29h (le plus rapide est le SE3). Compter 810 000 – 1 730 000 Dg selon train et confort.

De/vers Lao Cai: 6 trains par jour, à 6h10-21h50 (dont 3 de nuit). Trajet: 9-10h. compter 150 000 – 650 000 Dg. Certaines voitures des train SP1, SP3 et SP7 sont spécialement affrétées pour les touristes. Plus confortables, ils sont aussi plus chers. De Lao Cai, liaisons par minibus ou taxi vers Sapa.

De/vers Kunming: prendre un train pour Lao Cai, muni de son visa, passer la frontière à pied jusqu’à Hekou, la ville frontalière chinoise, et de là prendre un autre train pour Kunming (5 trains par jour). En 2015, cette ligne ferroviaire était était encore fermée pour travaux de rénovation du côté chinois. À vérifier à Hanoi.

De/vers Haiphong: 4 trains par jour, 6h-18h. Trois de ces trains marquent un arrêt à la gare ferroviaire de long Bien. Trajet: 2h30. Billet: 70 000 – 85 000 Dg.

En bus

Bus Ninh Binh Hanoi

Bus Ninh Binh Hanoi

Pour rejoindre les différentes gares routières réparties dans la ville on vous rappelle le site internet des transport urbains de Hanoi. tramoc.com.vn

Gare routière de Long Bien: assez centrale, elle dessert essentiellement les envions de Hanoi.

De/vers Bat Trang: bus noo 47. Départ ttes les 10 mn 5h-20h. Compter 40 mn de trajet et 7 000 Dg.

De/vers Co Loa et l’aéroport international de Noi Bai: bus noo 17. Départ ttes les 15 mn environ Compter 45 mn pour Co Loa, 1h pour l’aéroport; 7 000 Dg.

Gare routière du Sud – Giap Bat: 6, Giai Phong, à environ 7km au sud de Hanoi. 38-64-14-67. Appelée aussi gare Phia Nam. Pour s’y rendre, bus urbain no 8 depuis la gare routière de Long Bien; bus no 3 depuis la gare ferroviaire. On conseille la companie Hoang Long.

De/vers Ninh Binh et Hoa Lu: en minibus, départ ttes les heures 6h-22h. Compter environ 75 000 Dg et 2h de route.

De/vers Ho Chi Minh-Ville: environ 5 bus par jour. Compter environ 1 000 000 Dg la couchette. Pas moins de 36h de route.

De/vers Hue et Da Nang: 5 bus par jour, 14h-18h. Billets au guichet no 4. Durée: plus de 20h. Compter 300 000 – 400 000 Dg en siège ou couchette.

De/vers Dien Bien Phu: départ réguliers.

Gare routière Gia Lam: 132, Ngo Gia Kham. 38-27-15-29. Située à environ 5 km à l’est de Hanoi, en léger retrait de la route nationale en direction de Haiphong. Bus urbains depuis la gare routière de Long Bien nos 1, 10, 15, 17, numéro complémentaire le 54!; bus no 3 depuis la gare ferroviaire (via le musée d’Histoire). Très pauvre en infos, tout est écrit en vietnamien. C’est de ce termina! Que partent les bus vers la baie d’Along et le nord-est du Vietnam.

Bus Hoang Long

Bus Hoang Long

De/vers Haiphong: 1 départ toutes les 20 minutes environ 5h-21h. Compter 75 000 – 85 000 Dg. Durée: 1h45. Avec diverses compagnies, minibus de 12, 16 ou 25 places.

De/vers la baie d’Along: c’est écrit « Quang Ninh », le nom de la province où se trouvent les 2 villes principales de la baie d’Along, Bai Chay et Hon Gai. Plusieurs compagnies. Départ toutes les 30 mn 6h-15h. Environ 90 000 – 120 000 Dg. Durée: environ 3h. Insistez pour descendre à la gare routière de Bai Chay.

De/vers Long Son: plusieurs liaisons par jour, à partir de 5h30. Minibus de 16 places.

Gare routière Luong Yen: 1, Nguyen Khoai. 39-87-72-25. À 2 km au sud de l’Opéra, dans la partie sud de la ville. Bus longues distances modernes et confortables (clim et toilettes). On conseille la compagnie Hoang Long (infos également au 28A, Tran Nhat Duat. 39-28-28-28).

De/vers Bai Chay (baie l’Along): 10 bus par jour. 7h45-17h. Durée: environ 4h. Billet: 100 000 Dg. Ce sont des petits bus. Au risque de se répéter, insistez pour descendre à la gare routière de Bai Chay.

De/vers Cat Ba: demander un billet combiné qui inclut le bus Hanoi-Haiphong + bateau rapide Haiphong-Cat Ba. Durée: 3h. Tarif: 220 000 Dg. Il y a 4 bus par jour. fonctionnant avec ce billet combiné. Il existe aussi  un bus direct pour Haiphong où il faut prendre ensuite le bateau pour Cat Ba. 2 départs le mat.

De/vers Ho Chi Minh-Ville: 6 bus par jour, 7h-23h. Billet: environ 1 000 000 Dg. Durée: 30-32h. Escales à Hue et Da Nang.

Gare routière de My Dinh

Gare routière de My Dinh

Gare routière de My Dinh: 20, Pham Hung, My Dinh. 37-68-55-49. À une dizaine de km à l’ouest de Hanoi. Pas pratique. Bus urbain no 34 (passe juste au sud du lac Hoan Kiem et à l’opéra).

Départ pour les destinations au nord de Hanoi: lac Ba Be, Son La, Son Tay, Lao Cai et Dien Bien Phu.

De/pour Bac Ha: un bus de nuit. Départ à 21h. Arrivée à 6h du mat. Dans l’autre ses: 21h-6h. mêmes horaires.

Pour la province de Ha Giang: 1 bus de nuit vers 20h30.

En minibus

De/vers Bai Chay et Hon Gai: on conseille de passer par une agence. Rens auprès de Van Song (francophone) de l’hôtel Viet Anh à Bai Chay ou à l’agence Thesinhtourist. Compter 150 000 Dg. Une bonne potion, car le minibus vous prend en charge directement à votre hôtel (on tourne certes un peu pour charger les autres clients).

Autres minibus réguliers: dès 5h, env 1 minibus/h, face à l’hôtel Hilton-Opera. Le bus part quand il est plein. Compter 6-8 US$.

Des minibus non officiels (sans nom de compagnie inscrit sur les côtés) patrouillent dans les environs de l’hôtel mentionné ci-dessus. Seul hic: ils tournent parfois longtemps en ville pour faire le plein de passagers.

En avion

Vietnam Airlines Hanoi

Vietnam Airlines Hanoi

Aéroport international de Noi Bai: pour rejoindre l’aéroport et autres détails pratiques, voir « Arrivée à l’aéroport » en tête du chapitre Hanoi.

Vols intérieurs (avec Vietnam Airlines)

Le pays étant tout en longeur, l’avion peut s’avérer un bon moyen pour rejoindre certaines villes (bon réseau intérieur) plutôt qu’en fastidieux (mais plus typiques) train ou bus. Quelques destinations phares:

De/vers Ban Me Thuot: 2 vols par jour. Durée: 1h40

De/vers Dalat: 3 vols par jour. Durée: 1h40.

De/vers Da Nang: envrion 10 vols par jour. Durée: 1h15.

De/vers Bien Bien Phu: 3 vols par jour. Durée: 1h.

De/vers Ho Chi Minh-Ville: une dizaine de vols par jour. 8h30-21h55. Durée: 2h.

De/vers Hue: 5 vols par jour. Durée: 1h10.

De/vers Nha Trang: 3-4 vols par jour. Durée: 1h50.

De/vers Can Tho: 2 vols par jour. Durée: 2h10.

De/vers Phu Quoc: 5 vols par jour, tôt le mat.

De/vers Pleiku: 2 vols par jour. Durée: 2h20

De/vers Quy Nhon: 1 vol par jour. Durée: 1h40.

Certains vols domestiques sont opérés par VietJet Air. Vietjetair.com, ou Jetstar, filiale low-cost de Qantas. Jetstar.com. Bien moins cher qu’avec Vietnam Airlines.

Vols internationaux

Vietjet air Hanoi

Vietjet air Hanoi

Avec Vietnam Airlines, vols réguliers de Hanoi pour toutes les grandes capitales d’Asie. Également 4 vols par semaine directs desservant Paris.

Avec VietJet Air, 1 vol par jour. pour Bangkok.

Avec cebu Pacific (compagnie low-cost philippine): 2 vols par semaine pour Manille. Cebupacificair.com

Comment se déplacer dans Hanoi ?

En cyclo-pousse

cyclo-pousse

en cyclo-pousse

Le cyclo-pousse se fait de plus en plus rare à Hanoi, et c’est à présent une attraction pour les touristes, plus vraiment un moyenne, compter 35 000 Dg la course. Les habitants, bien sûr, paient beaucoup moins. Plus intéressant: négocier le cyclo-pousse à l’heure. Une règle d’or: vous mettre d’accord sur le prix de la course avant de partir.

Négociez toujours en dôngs (en dollars ou en euros c’est plus cher!). Inscrivez votre destination sur un bout de papier ou montrez d’adresse dans le guide, car il n’est pas évident qu’on comprenne votre accent. Pas de panique si le cyclo fait de curieux détours, il évite parfois les artères qui lui sont maintenant interdites.

À scooter ou à moto

Le moyen le plus rapide de se déplacer en ville à défaut d’être le plus sécurisant. À chaque coin de rue, on vous sollicitera pour vous conduire à scooter où vous voulez. Négociez ferme (compter entre 10 000 et 30 000 Dg selon la distance). Également des forfaits à l’heure ou à la journée. Ne payez qu’à l’arrivée si vous êtes bien à l’endroit où vous voulez être. Ayez l’appoint, ils n’ont pas toujours la monnaie.

À vélo

Un moyen comme un autre de visiter Hanoi, mais gare à la circulation. Munissez-vous d’un casque et si possible d’un masque antipoussière: certes, ça ne filtre guère la pollution, mais c’est déjà mieux que rien.

En taxi

taxi Group Hanoi

Taxi Group Hanoi

Soyez vigilant pour éviter de petites arnaques: chaque taxi a son compteur qui s’initialisera avec une somme de prise en charge (9 000 Dg pour les petits taxis et 12 000 Dg pour les grands). Ces prix doivent être affichés. Gardez ensuite un oeil sur la somme qui défile (14 000 Dg/km), certains compteurs pouvant être trafiqués. Si vous constatez que le compteur défile trop vite n’hésitez pas à arrêter le chauffeur et à prendre un autre taxi. Pensez à prendre la carte de visite ou à inscrire l’adresse du lieu où vous allez sur un papier et à vous munir de monnaie.

Si vous voulez vous rassurer, voici deux compagnies sérieuses: Taxi Mai Linh (38-61-61-61) et Taxi Dai Nam (38-84-66-66).

En bus

Plus de 40 lignes urbaines. On trouve des plans en kiosque, et même un plan interactif sur le site internet tramoc.com.vn. Le bus est conseillé pour les grandes distances en ville. Les bus circulent de 5h à 23h. Billet au prix fixe de 3 000 Dg pour les express. Attention à vos affaires, car il y a foule aux heures de pointe. Les horaires approximatifs sont affichés aux arrêts.

À pied

La solution la plus économique et la plus intéressante, idéale pour prendre le pouls de la ville et suivre le flux des habitants. La ville est facile, car plane, et le centre ancien reste relativement petit. Le plus ardu est tout de même de traverser les rues: pour les carrefours complexes, soit vous traversez en trois fois et risquez d’être coupé en deux, soit vous traversez en deux fois et risquez d’être coupé en trois!

En voiturette électrique

 voiturette électrique

Voiturette électrique

Arrêt: départ principal au bord du lac Hoan Kiem. Compter 15 000 Dg/pers.

Écologique, une série de voiturettes de 6-7 places avec des arrêts fixes pour découvrir, confortablement assis, le Hanoi histotique. On monte et on descend selon son bon plaisir, et c’est presque silencieux (ce qui n’est pas un luxe à Hanoi).

Où dormir à Hanoi ?

Où dormir à Hanoi 

Où dormir à Hanoi

Veillez à bien choisir votre chambre. Dans presque tous les hôtel, les plus claires et spacieuses se situent côté rue (elles sont très bruyantes), les plus calmes, mais moins lumineuses (voire aveugles), se situant à l’arrière.

Attention, certains taxis ne vous conduisent pas à l’adresse demandée, mais à un autre hôtel qui a « piqué » ou imité le nom d’un établissement côté dans le Routard. Bien vérifier le nom et l’adresse de l’hôtel que vous cherchez! Les falsificateurs font parfois payer plusieurs nuits d’avance, gardent abusivement les passeports, etc. Pas de parano, mais soyez vigilant.

Où manger à Hanoi ?

Soupe Hanoi

Soupe Hanoi

On peut en maints endroits se régaler de bonnes soupes vietnamiennes pour une poignée de dôngs, notamment sur les trottoirs. Et pour quelques dông de plus, on profite des bons petits plats de la cuisine vietnamienne. Attention, on mange tôt à Hanoi, beaucoup de restos ferment vers 21h.

Les restos servant de la viande de chien, spécialité tonkinoise, se trouvent dans la rue Nhat Tan et le long de la rue-digue Duong Thuy, au sud du lac de l’Ouest. Plus proche du centre, vous pouvez également tenter la rue O Quan Chuong. Compter environ 100 000 Dg le plat.

Considérée par les Vietnamiens comme une viande qui donne du mordant, elle est préparée sous forme de soupe, grillée, en ragoût ou en saucisses. Le repas est agrémenté d’un petit verre d’alcool de riz mélangé avec du sang ou de la bile (faut bien ça pour oublier la bestiole qu’on ingurgite).

Ce breuvage est consé tonifier. Le chien se consomme (traditionnellement, uniquement par les hommes) à certaines périodes de l’année, notamment à la fin du mois lunaire. Il paraît que cela donne de la chance pour le mois à venir.

Où boire un verre et sortir à Hanoi ?

bia hoi

Bia hoi

À Hanoi, quelques rues sont réputées pour leurs nombreux cafés ouverts tard le soir, sortes de « Quartier latin » de la ville

Proche du lac Hoan Kiem, la ruelle Ngo Bao Khanh concentre une série de bars à la mode, fréquentés par la jeunesse locale, les expatriés et les voyageurs.

En plein coeur du vieux Hanoi, la charmante petite rue Ta Hien regroupe des bia hoi corner traditionnels et quelques bars plus branchés, très fréquentés par les voyageurs de tous horizons.

La rue Trieu Viet Vuong, entre le lac Bay Mau, et le Pho Hue (boulevard), au sud de la ville moderne, aligne de nombreux cafés plus exclusivement fréquentés par des Vietnamien.

Spectacles traditionnels ou classiques à Hanoi

Les marionnettes sur l’eau de Thang Long

Les marionnettes sur l’eau de Thang Long

Les marionnettes sur l’eau de Thang Long

Les marionnettes sur l’eau de Thang Long se situe à 57B, Dinh Tien Hoang, au nord du lac Hoan Kiem. 38-25-54-50 ou 38-2494-94. thanglongwaterpuppet.org. Horaires changeant ts les mois; compter 6-7 séances par jour., 13h45-21h15. Billet 60 000 et 100 000 Dg selon emplacement (bonne visibilité de parttout).

Achat plusieurs jours à l’avance conseillé (les billets les moins chers s’obtiennent difficilement à l’avance pour les individuels: tenter en dernière minute). Durée: 1h. Possibilité d’acheter des marionnettes.

Cet art vieux de plusieurs siècles est issu du monde paysan. Intimement  attaché à l’eau et aux fêtes liées aux activités agricoles (le printemps, les semences, les récoltes, etc). C’est donc toute l’âme de la rizière vietnamienne qui s’exprime avec ses per sonnages, traditions, rituels, animaux familiers, dieux et génies divers.

L’eau, elle-même, est tout à la fois actrice à part entière et décor, sans compter qu’elle dissimule judicieusement tous les jeux de marionnettes maniées avec une adresse, une virtuosité époustouflante.

En préambule an spectacle, un petit concert avec présentation des instruments traditionnels. Superbe musique jouée par de remarquables artistes. Le spectacle lui-même est une seccession de petits sketches mettant en scènela vie quotidienne des paysans (chasse aux grenouilles ou au renard, fête de la Récolte, courses de chevaux ou de pirogues, visite du roi, légendes, jeux d’enfants, etc).

Ce spectacle original, typique de la culture vietnamienne, qui a déjà été présenté depuis 1995 dans une vingtaine de pays, enchantera, comme on dit, petits et grand…

Lotus Water Puppet Theater

Lotus Water Puppet Theater

Lotus Water Puppet Theater

Lotus Water Puppet Theater se situe à 16, Le Thai To. 39-38-11-73. Séances: 17h et 18h30. Billet: 60 000 – 100 000 Dg. Un autre théâtre de marionnettes qui a ouvert en 2014. Très élégant théatre installé dans un superbe bâtiment colonial rénové au bord du lac Hoan Kiem. L’autre partie du bâtiment est un immense terrasse, très fréquenté par les locaux aisés et de plus en plus par les touristes.

L’Opéra: au bout de Trang Tien. Ticketvn.com. Spectacle (musique classique, traditionnelle ou théâtre): 200 000 – 500 000 Dg. Passez devant, des affiches annoncent les spectacles. On joint l’agréable à l’agréable, en assistant ici à un spectacle, tout en découvrant l’intérieur de ce superbe bâtiment qui ne se visite par ailleurs pas.

Achats à Hanoi

Achats à Hanoi

Achats à Hanoi

Nombreux magasins chic et originaux autour de la rue Nha Tho, près de la cathédrale, sur Hang Gai, la fameuse rue de la soie, et sur Ma May.

Le soir des vendredi, samedi et dimanche, marché de nuit à partir de 17-18h sur Luong Van Can et Hang Dao, rendues piétonnes pour l’occasion; surtout des babioles. Attention aux pickpockets, ils pullulent et sont très doués!

Objets (art et artisanat) des minorités ethniques

54 Traditions Gallery: 30 Hang Bun. 37-15-01-94. Tlj 8h-18h. Sans doute la galerie la plus étonnante, la mieux fournie et la plus originale de Hanoi. Fondée par deux collectionneurs passionnés, Nguyen Thi Nhung (qui parle le français) et Mark Rapoport, un Américain installé au Vietnam depuis 2000. Dans cette maison de 5 étages, remplie de trésors de la cave jusqu’au grenier, on peut trouver son bonheur (et pas des copies), en demandant de l’aide à ces deux spécialistes sympathiques, compétents et communicatifs. Assez cher, mais la qualité est souvent digne d’un musée.

Vêtements femmes et hommes (soie et lin)

Un conseil pour les vêtements en soie, très prisés par les Français: apportez votre modèle, les Vietnamiens vous en feront d’excellentes copies, mais évitez toute modification et ne donnez pas de modèle extensible – la soie ne l’est pas -, sinon il faudra rentrer ke ventre et le popotin.

Les soies Duc Loi: 77 Hang Gai. 39-38-16-25. Tlj 9h-19h. Un magasin chic appartenant à deux soeurs. Possibilité de négocier les prix et de commander des vêtements sur mesure en 2 ou 3 jours. On peut y acheter des draps pour sac de couchage en soie, très légers et pratiques. Bon accueil francophone.

Achats de la soie à Hanoi

Achats de la soie à Hanoi

Ngoc Hien Silk: 55 Hang Gai. 38-24-77-24. Tlj 9h-19h. Ce magasin de vêtements en soie, un des plus beaux et des plus fournis de la rue, vend aussi des articles en lin de bonne qualité à des prix sages. Vêtements sur mesure en moins de 48h. On y parle un peu le français.

Song: 5, Nha Tho. Près de la cathédrale. Malgré des prix assez élevés, la qualité des robes et des vestes en lin est excellente. Selon des connaisseurs, la coupe des vêtements est inégalée à Hanoi.

On conseille aussi, dans la rue Hang Gai, le magasin Kenly Silk, au no 108. On y parle le français. Prix sages. Costumes en soie ou en lin pour les hommes.

Tableaux, photographies et affiches d’époque

Les boutiques près du lac Hoan Kiem se multiplient. Compter de 40 à 65 US$ pour une bonne copie d’un Botero, Dali, Van Gogh, ect. Mais attention, les oeuvres sont inégales. Certains ateliers vendent par correspondance et ont leur site web. Vous pouvez aussi envoyer la photocopie du tableau que vous désirez.

Nombreuses galeries de peitures de qualité dans la rue Hang Trong et rue Hang Bong.

Old propaganda: 17 Nha Chung. 39-28-79-43. Ouv lun-sam 9h-11h30, 13h30-18h. reproductions de vieilles affiches de propagande politique, sous forme de posters de formats divers. Très beau cadeau à ramener à votre secrétaire de cellule.

Ngoc Mai Gallery: 6, Hang Hanh. 38-28-99-79. La charmante propriétaire (qui vit à l’étage au-dessus) expose ses nombreuses toiles d’inspiration asiatique au rez-de-chaussée et les copies de maîtres européens dans son salon à l’étage.

Instruments de musique traditionnelle

Music Shop Thai Khue Dan Moi: 1A, Hang Manh. 38-28-94-69. Tlj 8h-19h. Petit magasin tenu par une famille avenante. Variés et parfois originaux, les instrument vietnent des meilleurs fournisseurs. Dans la même rue, plusieurs autres magasins régaleront mélomanes et collectionneurs d’instruments exotiques.

Que faire et voir à Hanoi ?

Le vieux centre historique (ou Vieux Hanoi)

Le lac Hoan Kiem

Le lac Hoan Kiem

Le lac Hoan Kiem

C’est le coeur du vieux Hanoi. Hoan Kiem veut dire « épée restituée ». Selon une légende du XVe s, un pauvre pêcheur du nom de Le Loi s’était vu confier par la tortue sacrée du lac une épée magique pour défendre le royaume contre les envahisseurs Ming.

Il souleva alors le peuple vietnamien, remportant de nombreuses victoires et, pendant une dizaine d’années, l’épée fut d’une efficacité exemplaire puisqu’elle sut contenir les Chinois. Cependant, un jour que le souverain se promenait sur les bords du lac, savourant ses succès militaires, la tortue vint récupérer l’épée magique, qu’elle ramena au fond.

Une façon, peut-être, de signifier que tout a une fin, qu’il faut savoir rendre ls choses et qu’il convennait de revnir, maintenant que tout danger était écarté, à une attitude plus modeste, moins triomphaliste… Curieusement, on repêcha un jour dans le lac une énorme carapace de tortue blessée.

De là à penser qu’elle le fut par l’épée…? Certains affirment d’ailleurs que l’on peut toujours voir une tortue dans le lac, mais il faut savoir être patient pour avoid la chance d’apercevoir cette Nessie hanoïenne…

Tout autour du lac, de beaux arbres: ce sont des flamboyants. C’est l’une des promenades préférées des jeunes amoureux, la nuit, lorsque les éclairages se reflètent dans le lac. Les lève-tôt pourront voir aussi, vers 5h ou 6h, la gymnastique des personnes âgées.

Au milieu, l’îlot de la Tortue avec un stûpa de forme carrée. En face de la porte, petit pagodon. C’est le dernier vestiges d’une des plus anciennes pagodes de Hanoi, rayée de la carte pour construire à la place un bâtiment administratif au XIXe s (auquel la grande poste succéda). À côté du lac, rue Le Thai To, intéressant spectacle de marionnettes.

Le temple Montagne de Jade (Den Ngoc Son)

Le temple Montagne de Jade (Den Ngoc Son)

Le temple Montagne de Jade (Den Ngoc Son)

Le temple Montagne de Jadeest ouvert tous les jours à 7h-18h l’été, 0 7h30-17h30 l’hiver. Entrée: 30 000 Dg.

Situé sur la rive nord du lac Hoan Kiem, c’est un adorable petit temple qu’on atteint par un romantique pont en bois tout rouge, nommé « pont du Soleil-Levant ».

L’édifice date du XVe s, mais il a subi des transformations jusqu’au XIXe s. On y célèbre Tran Hung Dao, grand vainqueur des Mongols au XIIIe s, le génie des lettres Van Xuong, et le précurseur de la médecine La To.

À l’entrée, la tour du Pinceau et le portique de l’Écritoire, hommage à la littérature. Dans un pavillon, sur la gauche, on peut voir une grande carapace bien conservée de tortue géante qui daterait du XVe s. Ce serait la tortue de la légende de l’épée. Reflétant l’âme sacrée de la patrie, l’épée miroite comme les ondes du rivage. Communiant avec ciel et terre, les lettres persistent avec l’âge des montagne…

Dans une salle à l’arrière de ce même pavillon, des autels dédiés au taoïsme et au confucianisme (pas au bouddhisme, car pas de bouddhas ici). Dans la salle de devant, statue du maître de littérature avec deux mandarins lettrés. Cheval de cérémonie sur roues et peint en rouge, qui accorde des bienfaits, selon le superstition, si on carresse tendrement sa crinière.

Le vieux quartier des 36 corporations

Le vieux quartier des 36 corporations

Le vieux quartier des 36 corporations

Le vieux quartier des 36 corporations se situe au nord du lac, entre le fleuve et la citadelle, s’étend le plus vieux quartier de Hanoi, secteur historique appelé aussi le quartier des 36 rues. Un projet vise à l’inscrire sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

Constitué à partir de XVe s, c’est un semble de rues à l’urbanisme touffu, constrastant avec les avenues au cordeau du reste de la ville. Chaque rue prit une spécialité professionnelle, représentant un seul métier ou corporation, souvent celle d’un village entier du delta.

On a souvent dit que le quartier ressemblait aux nervures d’une feuille dont la tige serait Hang Dao. Si certaines rues continuent de distribuer spécifiquement tel ou tel produit, d’autres s’ouvrent à d’autres artisanats.

D’abord parce que certains métiers disparaissent, inéluctablement, sous le coup du modernisme, mais surtout, l’ouverture économique a engendré un boom sans précédent de toutes sortes de petits commerces. Le quartier n’en reste pas moins extraordinairement vivant et attachant.

Le vieux quartier des 36 corporations

Le vieux quartier des 36 corporations

Intéressante également, l’architecture locale: demeures peu élevées (deux à trois étages maximum), façades très étroites (une règle imposait en effet 3 m de large maximum). Souvent ornementées (aujourd’hui noircies par l’humidité et parfois cachées par de vilaines enseignes en plastique).

C’est une architeture « en tube », avec des maisons dites « en compartiment » faciles à reconnaître. En façade, on trouve souvent une boutique ou un atelier prolongé de petites cours intérieures et de nombreux logements avec d’interminables couloirs (parfois sur plus de 100 mL. la densité humaine y est souvent incroyable.

La boutique de rez-de-chaussée sert aussi parfois de salon ou de pièce de réception et s’ouvre sans problème aux regards de la rue. Cette plongée dans l’intimité familiale se révèle plutôt amusante. Le soir, on y rentre les vélomoteur et les motos, et certains privilégiés possédant une façade exceptionnellement plus large y garent leur voiture, entre le meuble télé et le canapé!

Adresse utile: Ban Quan Ly Pho Co Ha Noi, bureau de gestion de l’ancien quartier de Hanoi, 38, Hang Dao. 39-28-56-05. Dans une vieille maison d’époque coloniale, restaurée avec l’aide de la Ville de Toulouse, et inaugurée en 2000. Voici quelques rues par corporations parmi les plus populaires.

Les noms de 36 rues du view quartier de Hanoi

Hang Dao: autrefois rue de la soie, aujourd’hui, c’est la rue où l’on vend des montres. Très vivante et très animée.

Cha Ca: la rue des poissons grillés. Où les boutiques de mode ont dorénavant pris quartier.

Hang Bac: autrefois rue des changeurs, et à présent c’est la rue des autels votifs et des bannières religieuses, également bien connue des routards pour ses minihôtels. Au no 51, une vieille maison rénovée dans la cadre du projet Hanoi 2010 (coopération des mairies de Hanoi et de Toulouse). Trois familles vietnamiennes y vivent dans un cadre ancien mais réhabilité, bon exemple de ce qui pourrait se faire à grande échelle dans la vieille ville (sans chasser les gens les plus pauvres de chez eux).

Hang Giay: la rue de la chaussure.

Rue Hang Bo dans le view quartier de Hanoi

Rue Hang Bo dans le view quartier de Hanoi

Hang Bo: la rue de la mercerie.

Hang Can: la rue du carton, de la ficelle, des balances.

Hang Mam: autrefois rue des mam (sauces), aujourd’hui c’est la rue des stèles funéraires.

Hang Manh: la rue des instruments de musique asiatiques et occidentaux.

Hang Ma: la rue des objets votifs en papier.

Thuoc Bac: la rue des médicaments, où s’effectuait aussi le travail de l’argent, puis elle devint la rue des artisans fabriquant les outils et les clous.

Lan Ong: la rue des herbes et des graines.

Hang Bun: la rue des vermicelles.

Hang Gai: la rue du chanvre. Aujourd’hui, la rue des boutiques des tissus en soie et en lin. C’est ici que les routards coquettes pourront se faire confectionner des vêtements sur mesure.

Hang Luoc: au nord de la vieille ville. Une des rues les plus fleuries pendant la fête du Tet. Au no 12, petite mosquée Al-Nour. Fréquentée à certaines occasions par les membres du corps diplomatique de pays de religion musulmane.

Hang Chieu: la rue des nattes. Au bout de celle-ci, la dernière vieille porte de la ville.

Quelques vénérables temples à découvrir au fil des ruelles, comme celui du Cheval Blanc, à l’angle de Hang Buom et Hang Giay. Beau toit aux tuiles patinées avec sa frise de dragons.

La vieille maison du no 87 de la rue Ma May

La vieille maison du no 87 de la rue Ma May

La vieille maison du no 87 de la rue Ma May

La vieille maison du no 87 de la rue Ma May est ouverte tous les jours à 8h-12h, 12h30-17h. entrée: 10 000 Dg; réduc.

Une vieille maison de caractère située dans l’ancienne rue du rotin. Construite au XIXe s, elle fut bahitée par plusieurs générations de commerçants. Au changement de régime en 1954, la maison fut partagée entre quatre familles exerçant diverses activités: un tailleur, un professeur d’arts martiaux, un épicier et un fonctionnaire. Devenue propriété de l’État, elle a été restaurée dans le cadre du projet Asia Urbs avec l’aide des mairies de Toulouse et de Bruxelles, puis classée par le comité populaire de Hanoi.

À l’intérieur, panneaux explicatifs en français sur le patrimoine de Hanoi. Deux petite cours au rez-de-chaussée et un autel des ancêtres au 1er étage. Artisanat à vendre. Cadre idéal pour se détendre autour d’un thé.

Une autre belle maison ancienne se trouve au 38, Hang Dao (siège du bureau de gestion du vieux quartier de Hanoi.

Le grand marché Dong Xuan

Le grand marché Dong Xuan

Le grand marché Dong Xuan

Le grand marché Dong Xuan est ouvert tous les jours jusque vers 18h, sf pdt les fêtes du Tet. Construit par les Français, il a brûlé en juillet 1994. Reconstruit avec la façade d’origine. À l’intérieur mêmedu marché couvert, on trouve tas de petites boutiques de vêtements et de chinoiseries sans grand intérêt.

Quand aux commerçants des différentes corporations, ils se sont installés dans les rues adjacentes lors de sa reconstruction: Hang Vai, Phung Hung et les petites rues autour. Vers le fond, quartiers des plantes, épices, poissons. Dire que le quartier autour et l’intérieur sont animés se révèle un euphémisme. N’hésitez pas à pénétrer dans les cours intérieures, qui recèlent parfois des havres de paix au charme inattendu. C’est le Hanoi éternel, immuable.

Le pont Long Bien

Le pont Long Bien

Le pont Long Bien

Le pont Long Bien se situe à deux pas, au nord-est du grand marché, l’une des cartes postales caractéristiques du paysage hanoïen. Accessible aux deux-roues, aux piétons et aux trains.

Pont de 1682 m construit par les Français en 1902 et inauguré par Paul Doumer, alors gouverneur général de l’Indochine. Unique pont permettant de traverser le fleuve Rouge jusqu’aux années 1980, il fut la cible des bombardements américains dès 1967. Pas moins de 175 attaques en un an. Puis à nouveau en 1971.

Il y perdit plusieurs de ses piliers at beaucoup se solidité, ce qui nécessita, en 1983, la construction du pont Chuong Duong en parallèle. Un des descendants de Paul Doumer a proposé au gouvernement vietnamien de restaurer le pont Long Bien, à condition qu’il soit rebaptisé du nom de son ancêtre prestigieux. Mais le gouvernement a refusé son offre.

Depuis la pittoresque gare de Long Bien, vous pouvez découvrir le pont à pied, cela n’est pas interdit. Comptez une bonne heure. La meilleure: 17h. très belle vue sur le fleuve Rouge et Hanoi.

À l’est et au sud du lac Hoan Kiem, l’ancien quartier colonial français

L’opéra de Hanoi

L’opéra de Hanoi

L’opéra de Hanoi

L’opéra se situe au bout de Trang Tien. Construit en 1911 et largement inspité du palais Garnier. Le 2 mars 1946, il a accueilli le Ier congrès du Vietminh. Avec près de 600 places, c’est aujourd’hui le plus important théâtre de Hanoi.

Rénové pour le Sommet de la francophonie d’octobre 1997 (maîtrise d’oeuvre vietnamien, éclairage français; quant aux 8 millions de carrés des mosaïques, ils sont italiens!). En juin 2006, grande première, le groupe de rock français Indochine y a donné deux concerts historiques en compagnie de l’orchestre symphonique de Hanoi!

La place de l’Opéra et son environnement immédiat constituent un bon aperçu des mutations en cours à Hanoi. Sur la droite se dresse le nouveau bâtiment du luxueux hôtel Hilton, s’intégrant plutôt bien dans le paysage.

Sur la place, des magasins de mode et de haute couture ouvrent leurs portes, témoins de l’engouement des Vietnamiens pour ce qui vient de l’extérieur (et de leur pouvoir d’achat qui augmente).

L’hôtel Metropole Hanoi

L’hôtel Metropole Hanoi

L’hôtel Metropole Hanoi

L’hôtel Metropole Hanoi se situe à 15, Ngo Quyen. L’un des fleurons des hôtel de Hanoi, construit par les Français en 1901. Il a vu défiler un nombre épatant de personnalités de la politique, du journalisme, de la littérature, du cinéma.

Geneviève de Galard, héroïne de Dien Bien Phu, l’évoque dans son livre Une femme à Dien Bien Phu: Hanoi, c’était la détente du guerrier… Nous allions prendre un verre aux bars bien connus du Métropole ou du Splendide…

On y croisait la clientèle animée et cosmopolitw des nombreux journalistes et écrivains d’Europe ou d’Amérique pour couvrir l’Indochine: Jean Lartéguy, Jules Roy, Graham Greene, Jacques Chancel…

Devant l’hôtel, les futurs mariés viennent se faire photographier en costume crème et bore à fanfreluches de tulle sur fond de vieilles trantions, exposées juste devant l’entrée. L’intérieur abrite 265 chambres réparties autour d’un grand patio avec une belle piscine, bordée par un très agréable bar (pour prendre un verre au calme).

Le musée d’Histoire

Le musée d’Histoire

Le musée d’Histoire

Le musée d’Histoire se situe à 1, Trang Tien. 38-24-13-84. Baotanglichsu.vn. Il est ouvert tous les jours sauf 1er lun du mois 8h-12h, 13h-17h. Billet combiné avec le musée de la Révolution: 40 000 Dg; réduc. Installé dans le superbe et ancien bâtiment colonial de l’École française d’Extrême-Orient.

Rez-de-chaussée: collection d’objets votifs précieux et de bijoux. Les matières les plus nobles y font leur star, de l’or au jade et de l’agate à  l’argent. Ne pas manquer cette magnifique épingle à cheveux en or, en forme de phénix tenant une lanterne dans sa gueule. Une salle latérale présente des restes de l’époque préhistorique, beaux mais bien plus rustiques (plus silex que saphir…)

Grande salle centrale: couvre la période entre la haute Antiquité et la dynastie Tran. Une dizaine de tambours de Dong Son de tailles diverses, le plus gros étant celui de Ngoc Lu. À côté, une jarre funéraire datant de 2000-2500 av.J.-C. plus loin, des fers de lance, des poignards, des lances en bronze de la culture Dong Son.

Ne manquez pas non plus cette petite maquette en terre cuite représentant une ferme fortifiée d’époque Han. Elle a été retrouvée dans une tombe Han à Nghi Ve, province de Bac Ninh, qui contenait moult objets rituels, des ustensiles, des miroirs en bronze. Eh oui, l’influence chinoise sur le Vietnam a duré près d’un millénaire.

Le musée d’Histoire

Le musée d’Histoire

Au 1er étage (rotonde): belle collection de sculptures cham des VIIe-Xe s. En pierre, elles représentent un lion, des divinités, mais aussi des éléphants et une tête de Shiva très finement ciselée. Dans la galerie, deux jolies statues de bouddha en bois brut et des bijoux de belle facture.

Au 1er étage (galerie centrale): petite salle exposant des candélabres métalliquest et des lampes à huile décorées de motifs représentant le dragon et le phénix, deux animaux légendaires et mythiques sacrés dans le bouddhisme et dans la culture vietnamienne (avec la tortue et la licorne).

Justement, face à l’entrée de la grande salle, vous ne pouez pas rater cette stèle immense portée par une tortue qui ne l’est pas moins. Tous les objets présentés ensuite sont d’une belle diversité et d’un intérêt remarquable.

Fines céramiques (deux superbes tigres du XVIIIe s), travail du bois (autels ciselés, paravents, massive armoire ouvragée incrustée de nacre…), tissus nobles (robes de mandarins en soie brodée, bottines noires revêtues de feuilles d’or et tuniques de cérémonie), peinture sur soie, collection d’encensoirs et de cloches en bronze, plats finement peints des XIXe-XXe s, monnaies des XVe-XVIIIe s, suivies de près par des piastres de l’époque coloniale. Que du très beau!

Le musée de la Révolution

Le musée de la Révolution

Le musée de la Révolution

Le musée de la Révolution se situe à 216, Tran Quang Khai et 25, Tong Dan. 38-25-41-51. Il est ouvert sauf lundi à 8h-12h, 13h-17h. Billet combiné avec le musée d’Histoire: 40 000 Dg. Explications en vietnamien, en anglais et en français.

Panorama historique complet de la révolution vietnamienne. Visite indispensable pour comprendre comment ce peuple a pu résister et vaincre deux puissances occidentales (la France et les États-Unis).

La visite commence au 1er étage par la salle «  Riche, beau et brave Vietnam ». Courte introduction à l’histoire. Fresque de la célèbre bataille « des pieux dans l’eau ». Impossible de décrire le contenu de plusieurs dizaines de salles, mais celles 1er étage sont les plus intéressantes, car elles retracent l’histoire du mouvement révolutionnaire communiste depuis les origines jusqu’aux années 1950-1960. En voici quelques points forts.

Au 1er étage: histoire du mouvement anticolonualiste français, photos saisissantes de bagne, de prisonsiers avec leur carcan.

Salle 3 (fondation du Parti communiste vietnamiem): précieux documents et journaux sur l’entrée en politique de Ho Chi Minh, tracts, témoignages sur les luttes, les grèves, la création du PC en 1930 et celle du Vietminh. Photo de la maison du 9, impasse Compoint  à Paris, où Ho Chi Minh habita de 1921 à 1923. Sa carte de visite en français est exposée portant son tire de l’époque et sa fine écriture.

Le musée de la Révolution

Le musée de la Révolution

Salle 4: le mouvement révolutionnaire 1930-1931.

Salle5 (mouvement démocratique 1936-1939): abrite des entraves en bois utilisées par les Français à l’époque coloniale.

Salle 6: le retour au pays de l’oncle Ho en 1941. Sa modeste valise en osier a été conservée.

Salle 7 (mouvement Vietminh 1941-1945): on y voit le pistolet et la boussole du jeune général Giap dans le maquis. Photos de la famine de Hanoi en 1945. Mise en place du double pouvoir Vietminh dans les zones libérées, Dien Bien Phu, solidarité des travailleurs en France…

Salle 9: intéressante trompette utilisée par un pasteur protestant vietnamien lors de l’insurrection de Son Tay en août 1945.

Ce musée est aussi l’occasion de voir, de toucher même, salle 14, une vraie guillotine (une autre est conservée à la prison-musée de Hoa Lo), photos étonnantes des fabriques artisanales de bombes dans la jungle, les premiers billets de banque émis pendant la guerre contre les Français.

Au rez-de-chaussée: la guerre américaine, la naissance des premiers groupes armés, l’offensive du Tet en 1968, la mort de Ho Chi Minh, les bombardements au Nord, la victoire de 1975, la réunification, la reconstruction du pays. Photos, objets, armes prises lors de la chute de Saigon en arril 1975, et notamment la veste militaire du général Cao Ky.

Le musée des Femmes vietnamiennes

Le musée des Femmes vietnamiennes

Le musée des Femmes vietnamiennes

Le musée des Femmes vietnamiennes se situe à 36, Ly Thuong Kiet. 38-25-99-36. Womenmuseum.org.vn. Il est ouvert sauf lundi à  8h-17h. entrée: 30 000 Dg. Un musée émouvant qui vous démontrera, si besoin était, que la guerre n’est pas exclusivement une affaire d’hommes. Les commentaires sont sous-titrés en français, c’est rare.

Toute une vision de la guerre à travers la vie des mères, épouses et filles de soldats, sans oublier les soldates, qui elles-mêmes ont combattu l’ennemi aussi courageusement que les hommes. Nombreuses photos, objets et témoignages troublants qui mettent en valeur leur travail au service de la Révolution. Transport des armes, des vivres, construction des routes, éducation des enfants dans des souterrains, voire carrément… le combat pur et dur. On en ressort ému.

La prison de Hoa Lo

La prison de Hoa Lo

La prison de Hoa Lo

 La prison de Hoa Lo se situe à côté des Hanoi Towers; entrée par la rue Hoa Lo. 38-24-23-17. Il est ouvert sauf lundi à 8h-17h. Entrée: 30 000 Dg. Feuillet en anglais et en français. Explications en vietnamien et en anglais.

La prison de Hoa Lo est aujourd’hui un musée, occupant une partie seulement des bâtiments d’origine. L’aile ouest a cédé la place aux Hanoi Towers, un ensemble moderne de bureaux, qui domine fièrement la prison-musée, symbole qu’une page de l’histoire a été tournée.

Construite par les Français en 1896, en plein coeur de Hanoi, cette centrale pénitentiaire a servi pendantl’époque coloniale de lieu de réclusion pour les prisonniers et rebelles vietnamiens, puis, après 1954, elle fut la geôle des pilotes américains capturés.

Visite très intéressante. Grande salle avec des mannequins représentant les prisonniers vietnamiens de l’époque coloniale, dont les jambes sont entravées. Après la visite du cachot, une cour intérieure abrite un amandier que les prisonniers affectionnaient particulièrement (ils mangeaient les amandes, et taillaient des ins truments de musique dans le bois de l’arbre). Dans cette même cour, restes d’un souterrain en béton par où s’échappèrent des prisonniers, dont Do Muoi, qui devint par la suite secrétaire général du Parti communiste vietnamien.

Après la cellule des femmes, une salle consacrée aux « crimes des colonialistes » abritant une guillotine et d’affreux instruments de torture. La salle la plus visitée par les touristes étrangers est la salles des pilotes américains capturés en enfermés à Hoa Lo.

Cette sinistre prison avait été surnommée ironiquement Hanoi Hilton. Parmi les plus célèbres pilotes incarcérés: Everett Alvarez, Douglas Peterson, et John McCain, le sénateur républicain battu aux élections présidentielles américaines de 2008. De McCain, on peut voir dans une vitrine la combinaison de pilote et le parachute.

La présence de prisonnier américains dans le centre de Hanoi évita probablement l’extension des bombardements sur la vill. Selon les photos et les explications de la propagande, ces prisonnier étaient bien traités, soignés, pouvaient recevoir des colis de leurs familles, faire du sport, assister à la messe… La vérité était sans doute bien différente.

Au 2e étage, salles dédiées aux prisonniers vietnamiens et patriotes membres du Parti communiste.

À l’ouest du lac Hoan Kiem

La cathédrale Saint-Joseph

La cathédrale Saint-Joseph

La cathédrale Saint-Joseph

La cathédrale Saint-Joseph a l’accès par le flance gauche, à l’arrière. Il est ouvert sauf lundi à 5h-12h, 14h-19h30. Messe en français à 11h le dimanche. Bâtisse de style néogothique, réalisée en 1886 par un sous-Abadie (celui du Sacré-Coeur!).

Elle planta son clocher dans le coeur d’un des plus vénérables pagodes de la ville, démolie pour lui laisser la place… Les autorités coloniales de l’époque voulaient recopier ici l’urbanisme à la Haussmann de Paris. De grandes avenues furent tracées, entraînant la disparition de nombreux bâtiments, dont certains de valeur architecturale reconnue.

Pour se consoler et oublier sa façade aux longues coulées noires d’humidité (des larmes tardives?), ne pas manquer l’autel rouge et or. On conseille aussi de faire le tour de la cathédrale par la gauche (en aller-retour), tranquille à souhait.

Plus à l’ouest et au nord-ouest du lac Hoan Kiem

Le temple de la Littérature

Le temple de la Littérature

Le temple de la Littérature

Le temple de la Littérature se situe en face au musée des Beaux-Arts, mais l’entrée est à l’opposé. Il est ouvert sauf lundi à  8h-17h. Entrée: 30 000 Dg; réduc. Plaquette descriptive en français.

C’est le seul temple de Hanoi de cette époque à nous parvenir sans trop de modifications. Les Français l’avaient surnommé la « pagode des corbeaux » à cause du grand nombre de volatiles qui y nichaient. C’est aussi l’un des plus grand

Un peu d’histoire du temple de la littérature

Bâti en 1070 sous le règne de Ly Thanh Tong et consacré au culte de Confucius (Khong Tu en vietnamien), le temple accueillit dès le début l’école «  des Fils du Ciel », rebaptisée en 1253 Collège national.

Cette première université du Vietnam recevait les princes et enfants des mandarins. On y enseignait pensée et morale confucéenne à partir des quatre livres classiques (la Grande Étude, le Juste et Invariable Milieu, etc) et des cinq livres canoniques (le Livre de Poésie, le Livre d’Histoire, celui des Mutations, des Rituels, etc).

Dès le XVe s, le collège se démocratisa en acceptant les meilleurs élèves des provinces ayant réussi les quatre concours , même s’ils étaient d’origine populaire. Il n’y eut qu’un seul cas particulier: au XVIIIe s, la princesse Ngoc Han fut admise sans concours d’entrée! Il y avait jusqu’à 300 élèves en internat. Le collège fut transféré en 1802 à Hue.

Construit quasiment sur le même plan que le temple de Confucius à Kiu-Feou Hien, sa ville natale. Il comprend cinq vastes cours, longue succession de portes et de portiques

Les deux premières cours du temple de la littérature

Les deux premières cours du temple de la littérature

Les deux premières cours du temple de la littérature

Après avoid franchi les quatre hauts piliers et le monumental portique d’entrée, on traverse deux premières cours. Dans chacune d’elles, deux petites portes latérales encadrent la porte centrale plus importante. Elles portent des nom littéraires: la porte de l’Accomplissement de la Vertu, la porte de la Réalisation du Talent, la porte de la Magnificence des Lettres de la Cristallisation des Lettres. On parvient au pavillon de la Pléiade (Khue Van Cac), édifice carré avec emblèmes du soleil sur les quatre côtés (dédié à la constellation Khue, symbole de la vie littéraire). Les candidats y récitaient des poèmes.

La troisième cour du temple de la littérature

En son centre, le puits de la Clarté Céleste. Sur les côté, 82 stèles gravées de caractères NOM (transcription en caractères chinois du vietnamien) et portées par des tortues en pierre. Ces stèles exposent les noms gravés des lauréats des concours mandarinaux qui se déroulèrent sous la dynastie Le. Elles étaient édifiées pour donner l’exemple et encourager les étudiants autant que pour honorer les lettrés. En tout, près de 1307 docteurs. La plus ancienne date de 1442 et la plus récente de 1779. Dans les colonnes, l’année du concours, le nom du roi, commenté par ses vertus, la liste du jury, le nombre de candidats, la liste des lauréats avec bios et âges, et dans la dernière, l’année d’édification de la stèle, les noms du mandarin rédacteur de texte, du correcteur, des graveurs et autres artisans. Ces concours permettaient de recruter les hauts fonctionnaires.

La quatrième cour du temple de la littérature

On traverse ensuite le portique des Bons Résultats pour accéder à la quatrième cour (ornée de superbes bonsaïs) et au temple principal (accès peu visible par les côtés). Ce temple principal (appelé aussi maison des Cérémonies) est flanqué sur les côtés de deux autres pavillon autrefois réservés au culte des 72 disciples de Confucius et de Chu Van An, <le génie des professeurs vietnamiens> (ce sont aujourd’hui… des boutiques).

La cinquième cour du temple de la littérature

La cinquième cour du temple de la littérature

La cinquième cour du temple de la littérature

Enfin, la dernière cour correspond à la cinquième partie du temple de la Littérature. Incendiée en 1946, elle abritait le collège proprement dit. Elle a été rénovée. Au rez-de-chaussée, maquettes du temple autrefois et de nos jours. On aperçoit l’oncle Ho visitant les stèles. À l’étage, statues des trois rois fondateurs du temple présentées dans des autels bien décorés. Une boutique vend la reproduction du stylo à bille… de Confucius!

Des musiciens traditionnels proposent un concert sur différents instruments anciens dès qu’un groupe se présente. Moyennant quelques dôngs, ils jouent aussi pour vous tout seul. Ventes après le concert de CD introuvables ailleurs.

Le musée des Beaux-Arts

Le musée des Beaux-Arts

Le musée des Beaux-Arts

Le musée des Beaux-Arts se situe à 66, Nguyen Thai Hoc. 38-23-30-84. Il est ouvert tous les jours sauf lundi 8h30-16h. Entrée: 30 000 Dg. Plan de visite fourni, en français.

Aménagé dans un bel édifice de style colonial vietnamien, l’ancien internat Jeanne-d’Arc, lycée alors tenu par les soeurs, très prisé par les jeunes filles européennes d’Indochine. Il présente des collections de peinture, sculptures, art populaire et ethnographie.

Les tableaux sont regroupés par techniques: estampes, peinture sur soie, laque, ect. Un véritable condensé de l’histoire du pays au travers de ses artistes et de ses différentes guerres (constante source d’inspiration locale).

Rez-de-chaussée: section dédié à l’art de la préhistoire. Dans la première salle, objets vieux de 2 000 à 5 000 ans: on voit le dessus du tambour de bronze de Ngoc Lu, qui daterait de 600 av.J.-C. Dans les salles suivantes, nombreuses représentation de Bouddha et de moines en bois peint ainsi que des peintures d’influence chinoise. Également des sculptures des XIIeet XIIIe s de la dynastie Ly, et des XIIIe et XIVe s de la dynastie Tran, et de très belles statuettes Champa du VIIIe au XIIe s.

1er étage: consacré aux arts du début du XXe s et aux peintures sur laque. Deux périodes s’y confrontent pacifiquement: de 1930 à 1945 (époque coloniale) et de 1946 à 1954 (luttes anticoloniales). Beaux fusains et laques gravés représentant l’oncle Ho, scènes de la vie paysanne, ect.

2e étage: section consacrée à la peinture sur soie, à l’huile ou sur papier, essentiellement contemporaine, ainsi qu’aux nombreuses sculptures d’inspiration socialiste révolutionnaire, pompeuses mais moins grandiloquentes et figées que leurs cousines soviétiques.

Bâtiment annexe: le 1er étage est dédié aux arts folkloriques du Vietnam. Peintures et sculptures composées de statues et de marionnettes et objets de la vie quotidienne. Ensemble très haut en couleur.

Le musée d’Histoire militaire du Vietnam

Le musée d’Histoire militaire du Vietnam

Le musée d’Histoire militaire du Vietnam

Le musée d’Histoire militaire du Vietnam  se situe à 28A, Dien Bien Phu. 38-23-42-64. Il est ouvert tous les jours sauf  lundi et vendredi  à 8h-16h30. Entrée: 40 000 Dg.

Ce musée recoupe celui de la Révolution, du fait de l’imbrication inévitable, du fait de l’imbrication inévitable entre armée et révolution (mais nombreux documents et photos inédits). Dans l’ordre chronnologique, le Parti communiste fut créé en premier, puis l’armée (clandestine au départ), et enfin l’État indépendant du Vietnam.

À l’entrée, dans la cour intérieure, une grosse carcasse de bombardier américain B52 abattu par les Vietnamiens, des chars vietnamiens, des canons, une collection d’obus de l’armée américaine, un gros hélicoptère américain pour le transport de troupes (possibilité d’entrer dans la carlingue). Voir aussi le chasseur MIG de fabrication soviétique (avion utilisé par l’armée communiste durant la guerre). Beaucoup de salles à visiter, coici les sections principales:

Section S2: l’histoire de la défense du Vietnam à travers les âges, des origines jusqu’à aujourd’hui. Présentation des héros militaires du passé (Tran Hung Dao, Pham Ngu Lao, Le Loi, Quang Trung) qui affrontèrent les Chinois et les Mongols. À l’étage, nombreux documents contre la colonisation française. Création de l’armée du Peuple. Grande maquette de la cuvette de Dien Bien Phu. Ne manquez pas le film d’archives en français de 10 mn. Les erreurs militaires françaises sont évoquées avec un patriotisme échevelé.

Section S3: salles consacrées à la guerre contre le Sud-Vietnam et les Américains, puis la pério de 1969 à 1975. Documents, photos, armes, objets relatifs à la guerre. Séquence sur Nguyen Van Troi qui tenta d’assassiner Mac Namara, secrétaire d’État américain chargé de la Défense. Documents sur les tactiques de combat, les mouvements et les manifestations de solidarité inter nationale avec l’armée du Nord-Vietnam et Ho Chi Minh. On peut aussi voir le char T54 qui défonça les grilles du palais présidentiel du Sud-Vietnam, à Saigon le 30 avril 1975.

Section S4: on oublie trop souvent la 3e guerre que durent affronter les Vietnamiens: la tentative d’invasion de Khmers rouges combodgiens en 1979. La contreoffensive vietnamienne permit d’abattre le régime sanguinaire du Pol Pot. Aucun pays européen n’avait réagi à ce génocide.

La citadelle de Thang Long

 

La citadelle de Thang Long

La citadelle de Thang Long

La citadelle de Thang Long se situe à 19c, Hoang Dieu. 37-33-54-27. Il est ouvert tous les jours sauf  lundi  à 8h-11h, 14h-17h. Entrée: 30 000 Dg

Un peu d’histoire  de La citadelle de Thang Long

Classée depuis 2010 au Patrimoine culturel de l’Unesco, cette citadelle est le berceau de Hanoi. C’est ici que l’empereur Ly Thai To installa sa cour, lorsqu’en 1010 il choisit d’y déplacer sa capitale, désormais nomée Thang Long.

Elle restera l’épicentre de la vie politique jusqu’au déménagement de la capitale impériale à Hue, en 1806 (Thang Long fut alors rebaptisée Tran Bac Thanh, avant de devenir définitivement Hanoi en 1831). Pour vous donner une idée de son importance, sachez qu’elle couvrait environ 50 ha.

Site principal de La citadelle de Thang Long

Par-delà une vaste première cour où sont exposés de superbes bonsaïs se dresse la porte principale (Doan Mon) de l’ancienne Cité interdite. C’est l’un des rares vestigesen core debout de cette époque. Les Français ont pratiquement tout rasé à la fin du XIXe s pour installer leur casernes qui occupent toujours l’espace au nord de Doan Mon.

l’état-major vietnamien y prit aussi ses quartiers. On visite d’ailleurs, dans les sous-sols, l’intéressant bunker (encore tout équipé) qui servait de poste de commandement à l’armée du nord. Au rez-de-chaussée du même bâtiment, riche petit musée présentant des objets exhumés lors des fouilles: urnes, grotesques en terre cuite, tuiles vernissées en forme de dragon…

En poussant plus loin, un bâtiment de l’époque coloniale apris la place du palais Kinh Thien, qui occupait le centre de la Cité interdite. On ne voit plus de ce palais que les timides restes d’un escalier.

Second site de La citadelle de Thang Long

Vastes mais vagues restes de fondations. Certes, on en a extrait de très anciens objets (exposés sur place), dont certains remontent au VIIe s av.J.-C. La visite intéressera surtout le lecteur le lecteur ayant des gènes d’archéologue…

Mausolée de Ho Chi Minh

Mausolée de Ho Chi Minh

Mausolée de Ho Chi Minh

Le mausolée de Ho Chi Minh se situe à la place de Ba Dinh. Entrée pour la visite au niveau de 17, Ngoc Ha (à une bonne centaine de mètres). Il est ouvert tous les jours sauf  lundi et vendredi à 7h30-10h30; venir très tôt. En principe, fermé octobre-novembre (traitement du corps par des embaumeurs). GRATUIT (consigne payante).

C’est sur cette grande esplanade que fut proclamée l’indépendance du pays, le 2 septembre 1945. C’est donc là que, selon la logique du Parti, devait reposer le père fondateur du Vietnam indépendant, et ce malgré son voeu.

Un certain cérémonial accompagne la visite: on laisse sac, appareil photo et téléphone portable au vestiaire avant d’accéder au mausolée. Dès l’esplanade, on est encadré tout du long par des soldats de la garde d’honneur.

Dans le saint des saints, tenue correcte exigée, bras le long du corps (pas de mains dans les poches), couvre-chef ôté, pas de commentaire ni bavardage, etc. Ouf! Ils ne vont pas jusqu’à vous faire marcher au pas cadencé! La dépouille mortelle de l’oncle Ho repose, en tenue sombre, les bras le long du corps, dans ub cercueil de cristal violemment éclairé.

Le palais présidentiel

Le palais présidentiel se situe dans le parc Bach Thao, attenant au mausolée. Il est ouver tous les jours sauf lundi et vendredi après-midi à 7h30-11h, 14h-16h. Entrée: 40 000 Dg. Le billet donne accès à l’ensemble du site, maisle palais presidentiel ne se visite pas.

Le palais présidentiel (ancien palais du gouverneur général de l’Indochine)

C’est la grosse bâtisse de style néo-Renaissance française, avec une élégante grille de fer forgé. La couleur jaune moutarde d’origine a été conservée. C’est là que l’oncle Ho réunissait le conseil du gouvernement et recevait les visiteurs. Il refusa toujours d’y habiter.

La maison de Ho Chi Minh

La maison de Ho Chi Minh

La maison de Ho Chi Minh

La maison de Ho Chi Minh se situe dans le jardin botanique; accès depuis le palais du gouverneur. Au bord d’un étang, d’abord la première demeure en pierre au mur jaune et au toit de tuiles, où l’oncle Ho résida de 1954 à 1958.

Dans un pavillon donnant sur la cour intérieure, un garage abrite deux voitures, dont une 404 Peugeot, ayant servi de voitures officielles à l’oncle Ho, premier président de la Republique socialiste du Vietnam. Puis, de 1958 à sa mort (1969), il travailla dans la très belle maison en bois de teck à côté de sa demeure de l’autre côté de l’étang. Il en avait imaginé l’architecture et l’ordonnancement.

Il préférait habiter dans une demeure moins sophistiquée et plus conforme à ses goûts sobres et ascétiques (un franciscain ayant lu Marx, disait de lui Jean Lacouture). Il choisit donc une maison bâtie sur pilotis, au milieu des beaux arbres centenaires.

Elle allie le fonctionnel et la simplicité, à l’image de l’oncle Ho, combattant d’une cause nationale qui n’aimait pas le superflu. Sa maison comprend deux pièces, son bureau et une chambre à coucher, dont les fenêtres ouvrent sur un petit étang.

Style sobre et élégant, témoignant du détachement du grand révolutionnaire de tout luxe ostentatoire (on est loin du train de vie d’un Tito en son temps, par exemple!). Des escalier en fer à l’arrière conduisent aux abris anti-bombardements,

Le musée Ho Chi Minh

Le musée Ho Chi Minh

Le musée Ho Chi Minh

Le musée Ho Chi Minh se situe à deux pas du mausolée. 38-45-54-35.  8h-16h30. Entrée: 40 000 Dg. Un édifice à l’architecture bétonnée et au décorum intérieur prétentieux. L’oncle Ho aurait certainement sourcillé de la barbiche face à une telle pompe à la limite du mauvais goût!

Nos lecteurs admirateurs du grand homme, ceux effectuant une thèse sur sa vie ou la période coloniale, ceux recherchant le témoignage ou de document unique y trouveront nombre d’éléments fort intéressants et souvent originaux.

Au 2e étage, au-delà d’un premier hommage grandiloquent, vous découvrirez une reconstitution de sa maison natale. Intéressante section sur la période française de la lutte anticoloniale. Notez cet édifiant document: un rapport de police sur un tract distribué à Marseille en 1920.

Détails inédits sur le congrès de Tours, nombreux extraits du journal l’Humanité de l’époque, ainsi que du Paria (journal anticolonialiste dans lequel écrivait Ho Chi Minh). Lettre insolite où il raconte avoid eu les doigts et le nez gelés à l’enterrement de Lénine, etc. En conclusion, intérêt du musée très lié au degré de motivation et de recherche du visiteur!

La pagode du Pilier unique

La pagode du Pilier unique

La pagode du Pilier unique

 La pagode du Pilier unique  se situe entre le musée et le mausolée. GRATUIT. Adorable pagodon au milieu d’un bassin où fleurissent les lotus en été. Une légende rapporte qu’il fut édifié, au XIe s, par le roi Ly Thai To pour remercier et célébrer la déesse Quan Am.

N’ayant pas d’héritier mâle, il vit en rêve la déesse assise sur un lotus et lui tendant un petit garçon. Il épousa alors une belle paysanne rencontrée dans son jardin et eut l’héritier désiré. Le pagodon, construit sur un pilier, devait, dans l’esprit de l’architecte, évoquer un lotus.

Le pilier en bois (détruit par les Français en 1954) a été remplacé par un autre en béton. Cependant, avec la petite pagode voisine et le jardin, l’ensemble se révèle bien charmant. C’est d’ailleurs l’emblème de la ville. Au milieu de tous ces symboles du pouvoir communiste, ce temple illustre le fait qu’au Vietnam le lotus fait décidément bon ménage avec la faucille et le marteau…

Le temple Quan Thanh

Le temple Quan Thanh se situe à l’intersection de Thanh Nien et de Hung Vuong. Il est ouvert tous les jours à 8h-17h. Entrée: 10 000 Dg. L’un de nos temples taoïstes préférés. Il date du XIIe s et est dédié à Tran Vo, le génie gardien du Nord.

Remarquable statue du génie en bronze noir de 1667, pesant 4 t. Sur le côté à droite, petit autel honorant l’artiste qui a réalisé la statue. Devant l’autel est exposée la copie des bottes du génie. Atmosphère paisible, murs patinnés, odeurs d’encens en font une visite pleine d’enchantement. Grande dévotion les jours de fête. Sur le côté, boutique de souvenirs où l’on trouve de jolies toiles.

Le lac de l’Ouest

Le lac de l’Ouest

Le lac de l’Ouest

Le lac de l’Ouest se situe au nord-ouest de la ville, c’est le plus grand du Vietnam (500 ha, près de 12 km de circonférence). Ancien lit du fleuve Rouge on l’appelle aussi « lac des amoureux », car, dans sa partie basse, c’est l’un des lieux de promenade romantique favoris des Hanoïens.

Les innombrables blancs publics qui de bordent (de quoi donner le tournis à Brassens), sont inssuffisants pour accuellir le roucoulement d’une population comptant 50% de jeunes de moins de 25 ans! Études à l’appui, c’est du sérieur.

Alors les jeunes couples se bécotent tout autour du lac, le soir, assis sur une moto! Dommage qu’il n’y ait pas de cygne à pédales: ce serait encore plus romantique! Le lac est particulièrement animé au moment des fêtes religieuses, car on y trouve les deux plus séduisantes pagodes de Hanoi.

De l’autre côté, séparé par une digue, le petit lac de la Soie blanche (Ho Truc Bach). Ce nom provient du palais où étaient recluses les odalisque en disgrâce. Elles passaient leur temps à tisser de la fort belle soie blanche. C’est dans ce lac qu’on captura en 1967 le premier pilote américain dont l’avion avait été abattu dans Hanoi (on peut voir sa statue).

La pagode Tran Quoc

La pagode Tran Quoc

La pagode Tran Quoc

La pagode Tran Quoc est ouverte tous les jours à 7h-11h, 13h30-18h. GRATUIT. Attention à votre tenue vestimentaire.

Située sur une petite presqu’île, c’est la plus ancienne pagode de la capitale, l’une des plus typiques du Nord-Vietnam. Elle fut bâtie au VIe s sous le règne de Ly Nam De, puis reconstruite à l’emplacement actuel au XVIIe s et rénovée en 1815.

Appelée pagode « Défense de la Patrie », elle est l’objet d’une énorme vénération populaire. Particulièrement attachante au soleil couchant. Dans la première cour à gauche, des tombes de bonzes en forme de petites tours encerclent une grande tour en brique récente, symbolisant les étapes de la vie de Bouddha (comptant un nombre impair d’étages, comme toujours).

Sur le côté, une stèle en chinois de 1639 raconte l’histoire de la pagode. Au milieu de la cour, reconstitution d’une montagne symbolique avec bonsaïs. Galerie consacrée aux grands bonzes et aux trois mères (mère céleste, mère terrestre, mère des mères).

En ressortant de la cour et en suivant le mur de clôture, on accède à la salle principale, soutenue par des piliers en bois de fer, durs comme du ciment. Disposition traditionnelle avec les bouddhas étagés derrière l’autel. De part et d’autre, les statues du Bien et du Mal (visage rouge pour celle du Mal). Remarquez aussi les photos des défunts de familles sans héritier mâle qui donc plus d’autel familial pour vénérer les ancêtres. Les photos sont confiées aux moines de la pagode qui sont chargés de conserver leur souvenir.

Plus loin du centre-ville de Hanoi

Le musée d’Ethnographie du Vietnam

Le musée d’Ethnographie du Vietnam

Le musée d’Ethnographie du Vietnam

Le musée d’Ethnographie du Vietnam se situe à la rue de Nguyen Van Huyen, au district de Cau Giay. 38-36-03-52 ou 37-56-21-93. Y aller à moto ou en taxi, car il est éloigné du centre-ville, à 6 km à l’ouest du centre. Sinon, minibus no14 depuis Dinh Tien Hoang sur la rive nord du lac Hoan Kiem; descendre au 60, Hoang Quoc Viet, puis marcher 10 mn sur Nguyen Van Huyen. Il est ouverte tous les jours sauf lundi 8h30-17h30. Compter min 2-3h pour tout voir attentivement. Entrée: 40 000 Dg; guide francophone sur résa: 30 000 Dg. Explications en français.

Inauguré en 1997, ce musée est le fruit d’une coopération franco-vietnamienne (technique et financière). Une vraie réussite. Le grand hall circulaire est censé symboliser l’unité des populations représentées. Une grande ambition quand on sait que le Vietnam compte 54 ethnies réparties entre plaines, hauts plateaux et montagnes! Au total, 5 familles linguistiques différentes.

Quelque 2 500 objets usuels de ces peuples, costumes, instruments de musique, peintures rituelles, côtoient des vitrines thématiques sur le tissage, la poterie et autres activités artisanales locales. Des rites et cérémonies ont été filmés avec la collaboration des ethies concernées. Les visiteurs étrangers se mêlent aux petits citadins vietnamiens qui ouvrent de grands yeux en découvrant le monde rural.

Le bâtiment consacré à l’Asie du Sud-Est offre une vision plus large, du nord-est de l’Inde au sud de la Chine, de peuples issus d’un socle commun et à partir duquel se sont développées des identités locales propres. Les différentes sections permettent une lecture transversale des apportset influences régionales. Sans oublier l’ouverture vers le monde arabe et l’Occident. Cette richesse d’échanges est ici très bien mise en valeur.

Exposition en plein air et reconstitutions de villages typiques sur le terrain de 3 ha qui entoure le musée, à partir de maisons originales, très longues ou très hautes pour certaines. Choisissez bien, car il faut se déchausser pour visiter chacune d’entre elles.

Le musée d’Ethnographie du Vietnam

Le musée d’Ethnographie du Vietnam

On ne peut pas louper l’incroyable maison commune des Bahnar avec son toit pointu qui s’élève à 19 m. impressionnante, elle devait représenter la puissance de la communauté. En face, la maison E De qui s’allonge sur 42m (toutes les générations vivaient ensemble harmonieusement). Plus loin, le tombeau Jorai, orné de statuettes masculines en érection alors que les femmes sont enceintes. Une visite essentielle et passionnante pour mieux appréhender la richesse du Vietnam.

Dans le parc, on peut assister gratuitement à un traditionnel spectacle de marionnettes sur l’eau. Jardin de plantes médicinales.

Petite boutique-librairie dans le pavillon à droite de l’entrée vendant des livres, des études et des documents sur les minorités et les religions, en anglais et en français.

Restaurant Baguette et Chocolat: dans le parc du musée. 39-23-15-00. Env 120 000 Dg le repas. Sert des sandwichs, des quiches lorraines et des plats traditionnels vietnamiens. Terrasse ombragée.

Dans les environs de Hanoi

Les villages de métier

Les villages de métier

Les villages de métier

La région autour de Hanoi (dans un rayon d’une cinquantaine de kilomètres) a la particularité de compter encore aujourd’hui environ 600 villages dits « villages de métier ». Désormais souvent absorbés par la conurbation hanoïenne, ils formaient originellement une sorte d’industrie artisanale à la campagne.

Ils s’éparpillent dans la plaine basse et humide, mais à l’abri des inondations, dans des zones un peu surélevées. Chacun d’entre eux possède sa spécialité professionnelle. Des artisans y vivent en famile, travaillant dans des ateliers attenants à leurs habitations (parfois atelier et maison occupent le même toit voire la même picèce).

Ils réalisent et vendent leurs produits sur place comme des grossistes, mais, le plus souvent, et ce depuis des ciècles, ils les écoulent à Hanoi dans le quartier des 36 corporations. Traditionnellement, chaque village de métier était en relation avec une rue du vieux quartier de Hanoi, dont les échoppes se faisaient en quelque sorte « vitrine en ville » des corporations villageoises. Une spécificité qui existe encore plus ou moins de nos jours.

Impossible de citer toutes les spécialités artisanales de ces villages de métier. On trouve de l’artisanat d’art destiné aux rites (laque, soieries, broderies, menuiserie d’art, objets incrustés de nacre, bijouterie et produits en cuivre et en bronze martelés) ou bien des produits de consommation courante (textile, alimentaire, papier, vannerie, chapeaux coniques).

On y fabrique des objets en bois, en rotin, en bambou, des éventails, des stores, des cages à oiseaux, des objets ou des outils métalliques…À Dong Ho, les objets votifs. À Van Phuc, la soie. À Duong O, le papier de riz. À Bat Trang, des céramiques et des objets en porcelaine. Le village de Dong Ky est spécialisé dans la nacre (qui sert à l’incrustation des meubles). À Phung Cong, on élève des bonsaïs. À Phu Lang, beaucoup plus au sud (une centaine de kilomètres de Hanoi), on fabrique des urnes funéraires et des poteries. Il y a aussi des villages connus pour le recyclage (métal, papier).

Ces villages de métier, trésors vivants de la tradition populaire et artisanale, sont totalement interdépendants pour des raisons humaines et économiques, selon un système de réseau que les géographes désignent par le terme « cluster ».

Le village de Van Phuc

Le village de Van Phuc

Le village de Van Phuc

Le village de Van Phuc se situe à environ 15 km au sud-ouest de Hanoi. Bus no 1 depuis la gare routière de Long Bien et la gare ferroviaire (arrêt « Ben Xe Yen Nghia »; puis derniers 300 m à pied, par la rue Chu Van An). Il est ouvert tous les jours à 9h-20h.

C’est historiquement le village de la soie. On y trouve donc tout naturellement des boutiques proposant cette voluptueuse matière, ainsi que quelques ateliers résistant encore au modernisme (par exemple l’atelier Mao Silk, situé à droite juste après la porte monumentale du village).

Les étoffes proposées sont sensiblement moins chères qu’en centre-ville. Évidemment, les cars de tourisme ne manquent pas de faire escale ici… c’est donc un lieu assez mercantile.

Le village de Bat Trang

Le village de Bat Trang se situe à 15 km au sud-est de Hanoi. Bus no 47 depuis la gare routière de Long Bien; départ toutes les 10 minutes 5h-20h; 40 mn de trajet pour 6 000 Dg. Si vous prenez un taxi, négociez le prix avt. Bourgade de 6 000 habitants, qui vit essentiellement de la poterie et de la faïence; tradition perpétuée depuis le XIVe s, selon des techniques artisanales très anciennes. Petit marché touristique à 50 m du terminal des bus. Sinon, partez en exploration « lèche-vitrines » des innombrables boutiques dans la rue principale. L’un des céramistes les plus créatifs s’appelle Nguyen Xuan Nguyen, et le plus extravagant est Le Minh Ngoc.

Le village de Dong Ky

Le village de Dong Ky

Le village de Dong Ky

Le village de Dong Ky se situe à 15 km au nord-ouest de Hanoi, était le « village des pétards » jusqu’en 1995, date à laquelle le gouvernement les a interdits.

Cette production a donc aujourd’hui cédé la place à celle de magnifique meubles traditionnels ( lits, armoires, tables et chaises) incrustés de nacre. Vous pouvez passer commande et vous les faire livrer à l’étranger.

Le village de Le Mat

Le village de Le Mat se situe à 7 km au nord-est du centre de Hanoi, est un village de « serpents ». Partout au Vietnam, depuis des générations, les villageois attrapent des serpents et, par conséquent, sont des experts en matière de venins, toniques et potions de toutes sortes.

Aujourd’hui, ils élèvent des retiples pour les vendre aux restaurants haut de gamme de Hanoi, ou aux préparateurs de médecines traditionnelles. On peut acherter sur place de la chair fraîche et de l’élixir de serpent. Moyennant environ 15 $ USD, vous pourrez déguster un repas à base de couleuvre à collier, préparée de différentes manières ( le cobra est plus cher).

Le festival de Le Mat, haut en couleur, qui a lieu le 23e jour du 3e mois lunaire, présente, entre autres animations, des « danses de serpents »

Au nord et au nord-ouest de Hanoi

Le Citadelle de Co Loa

Le Citadelle de Co Loa

Le Citadelle de Co Loa

Le Citadelle de Co Loa se situe à environ 15 km au nord-est. Bus no 17 depuis la gare routière de Long Bien (puis 1,5 km à pied entre la grandroute et le village) ou no 46 depuis la gare routière de My Dinh (le bus arrive en lisière du village); trajet 7 000 Dg.

Un peu d’histoire du citadelle de Co Loa

Pas proprement dit un <village de métier>, Co Loa fut dès 258 av.J.-C. la première <capitale> du royaume d’Au Lac. Une dynastie fondée par An Duong. En 208 av.J.-C., ce petit royaume est annexé par les appétits du grand voisin chinois, avant de reprendre son indépendance en 206 av.J.-C., sous le nom de Nam Viet (royaume des Viet du sud). Nouvelle période d’indépendance avant que le royaume ne soit annexé de nouveau par l’Empire du Milieu en 111 av.J.-C. Bref, pour un Vietnamien, Co Loa c’est un peu plus importante que les vestiges peu spectaculaires.

Les remparts: nos lecteurs au regard acéré d’archéologue distingueront les restes de trois enceintes en terre battue de forme irrégulière. Ces murailles à priori enroulées en colimaçon, d’une hauteur variant de 4 à 12 m, mesuraient jusqu’à 30 m d’épaisseur. Sur la plus grande, restes de trois dont la plus haute tait 6 m. La plus petite enceinte, de forme rectangulaire, pourrait avoid délimité la ville royale (dont il ne subsiste ancun vestige).

Le temple du roi An Duong

 Le temple du roi An Duong se situe en face à un petit lac, il fut bâti en 938 sur les fondation de l’entique temple du roi An Duong. Superbe statue de bronze du XVIe s de ce suzerain dans la salle du fond. Une arbalète, dans la salle centrale, témoigne de la légende liée à cette fin de règne.

Le temple du roi Ngo Quyen

 Le temple du roi Ngo Quyen se situe à 300 m au nord d’un bassin où trône la statue d’un arbalétrier, il commémore ce monarque héros à qui les Vietnamiens doivent leur indépendance sur la Chine en 938.

C’est ce roi qui choisit de rémiplanter la capitale du royaume à Co Loa. À gauche du bâtiment principal, un petit tempel (Den My Chau) renferme dans la salle du fond une statue en pierre dédié à la princesse: un corps, une coiffe… il manque juste la tête (enchâssée dans un reliquaire de l’avant-dernière chambre).

À l’ouest et au sud-ouest de la capitale de Hanoi

Pagode du Maître (Chua Thay)

Pagode du Maître

Pagode du Maître

La pagode du Maître se situe à Sai Son, à environ 30 km à l’ouest de Hanoi. Entrée: 10 000 Dg. Pour cette balade, autant passer par une agence locale car peu de transports réguliers s’y rendent.

Prévoir une bonne journée avec la visite du village de Duong Lam et de la pagode Tay Phuong.

Très joli village au milieu d’une vaste plaine rizicole. Dans cette campagne basse et humide, le site n’a pas été choisi pour rien par les hommes.

À l’ombre d’un piton calcaire, sorte de mât de cocagne, Sai Son blottit ses maisons, sagement assises autour d’un charmant petit lac. Les pieds dans l’eau, un antique théâtre de marionnettes et un ravissant pagodon avec son pont couvert, ajoutent au charme et confèrent un cachet remarquable à ce paysage préservé que l’on dirait sorti d’une estampe ancienne. Ce superbe site fut d’ailleurs l’un des lieux de tournage du fameux film Indochine de Régis Wargnier.

La gagode du Maître occupe le pied de la colline. Fondée au XIIe s, elle est dédiée au moine Tu Dao Hanh, créateur de marionnettes sur l’eau, et au Bouddha Sakyamuni. Selon les canons de l’architecture religieuse, elle compte trois degrés signifiant le passé (niveau bas), le présent (niveau intermédiaire) et le futur (niveau haut). Le tombeau du moine occupe la chambre haute: on peut y voir deux phénix en bois scupté transportant les lettres du roi. Au milieu, l’autel du bonze. À droite, le trône du roi. Derrière, la dépouille du bonze dominée par le Sakyamuni. Le corps en est exhumé chaque année le 5 mars.

Un petit chemin en escaliers gravit la colline. Presque au sommet, une grotte où le moine faisait ascèse cache en son sein une collection de statues en bois de jaquier peintes dans la couleur du cuivre. Du sommet du mont, très belle vue sur la plaine.

Le flanc sud abrite une grotte où Ho Chi Minh, alors résistant clandestin au colonialisme, se cacha en février-mars 1947.

La pagode Tay Phuong

La pagode Tay Phuong

La pagode Tay Phuong

La pagode Tay Phuong se situe à environ 45 km à l’ouest de Hanoi. Entrée: 10 000 Dg. Traversée d’une ravissante campagne. Une digue-route, desservant des villages bibliques et surplombant d’immen ses rizières mène à cette pittoresque pagode perchée sur une colline.

On y accède par un escalier en latérite rouge (hardi, petit, 292 marchés!). Pèlerinage très populaire aux périodes de fêtes, notamment lors du Tet. Construite au VIIIe s, modifiée de nombreuses fois et composée de trois salles de culte. Toits remarquables.

L’ancien village  de Duong Lam

L’ancien village  de Duong Lam

L’ancien village  de Duong Lam

L’ancien village de Duong Lam se situe à 45 km à l’ouest de Hanoi. Entrée: 20 000Dg. La commune de Duong Lam regroupe plusieus villages ou hameaux: Mong Phu, Cam Thinh, Dong Sang, Doai Giap, Cam Lam, Phu Khang, Ha Tan, Hung Tinh et Van Mieu. Cet ensemble est reconnu par le gouvernement comme « vestige culturel national ». Les agences en organisent souvent le tour à bicyclette.

Dans l’ancien village Duong Lam: ne pas rater la pagode Mia (pagode des Cannes à Sucre). Datant du XVIIe s, elle se compose d’une haute tour ajourée et de trois longues pagodes adjacentes, très xombres. Sa renommée tient à ses nombreuses statues polychromes, d’énormes statues de mandarins chinois comme de petits bouddhas et des moines célèbres. Notez le contraste entre les vénérables piliers, bruts, et la finesse des chapiteaux sculptés.

Le village de Mong Phu

Le village de Mong Phu

Le village de Mong Phu

Il se repère de loin à la silhouette de son clocher planté dans un environnement de rizière. L’accès se fait par une grande porte du XVIIe s en latérite, à l’ombre d’un banian. 400 familles vivent ici, certaines depuis 12 générations! Autrefois, on y pratiquait l’élevage des vers à soie et le tissage des étoffes.

Les habitants sont désormais riziculteurs. Selon un dicton, « le coeur des gens de Mong Phu est  pur comme de la glace ». Rien de froid ni de glacial pourtant dans ce décor rustique et intact, resté authentique dans sa simplicité et sa beauté.

Les ruelles couvertes de dalles sont bordées de haut murs en latérite cachant des maison parfois vieilles de 400 ans. Les toitures recourbées portent des tuiles disposées en « écailles de poissonù. Chaque maison possède son propre puits.

Véritable remontée dans le temps. La maison communale patinée par les siècles, au bord d’une place, est le centre de la vie sociale. Elle abrite un autel et une sorte de cloche en bois (en forme de poisson) suspendue à la charpente d’un pavillon latéral.

Au sud de la capitale de Hanoi

La pagode des Parfums

La pagode des Parfums

La pagode des Parfums

La pagode des Parfums est située à 60 km au sud de Hanoi. Bus de Hanoi à Hadong, puis vers Chua Huong. Compter 1 jour pour la visite. Billet: environ 40 000 Dg. Barque: 50 000 Dg/pers (pour un bateau mutualisé par 6 pers). Télécabines 120 000 Dg l’A/R.

À Huong Son, on embarque pour une splendide sur la rivière Yen. Premier arrêt à la pagode de la Présentation, ultime étape pour se purifier avant d’entrer dans la terre de Bouddha. Puis encore 1h de barque, on passe sous le pont de la Fête, autrefois en bois.

Superbe paysage karstique au milieu des rizières et des gros rochers calcaires. Au bout, la montagne de l’Empreinte parfumée (Huong Tich). Compter 2h de montée balisée de sanctuaires répondant aux poétiques noms de « Pagode qui mène au ciel » (Thien Chua), « pagode des Fées », très jolie, avec la déesse Qan Yin, « pagode du Purgatoire » (Chua Giai Oan), « pagode de l’Empreinte parfumée » (Chua Huong Tich), aménagée dans une large grotte creusée dans un pain de sucre avec de grands escaliers pour accès.

Le long du chemin de montéel, les boutiques d’articles religieux et de souvenir empêchent de voir la forêt (finalement mieux vaut prendre la télécabine).

Visite surtout intéressante au moment des grands pèlerinages de février-mars-avril, où la foule fait montre d’une extrême ferveur. Beaucoup de paysans y vont pour garantir le succès des récoltes, et les femmes ne pouvant pas voir d’enfant vietnnent frotter la  tête d’un bouddha. Présence également d’un grand nombre de marchands du temple.

Au retour, en bas de la dernière pagode, petits restos. Attention à ne pas rester bloqué là-bas. Les barques repartent vers 15-16h.

À l’est de la capitale de Hanoi

La pagode But Thap

La pagode But Thap

La pagode But Thap

La pagode But Thap se situe à environ 40 km de Hanoi, à l’est. Entrée: 20 000 Dg. On a un faible pour cette « pagode de la Tour du Pinceau ». Ensemble monastique d’une grande homogénéité architecturale et proposant de nombreuses richesses.

Ses trois édifices principaux sont entourés d’une enceinte. Le célèbre moine Chuyet Chuyet professait dans les galeries latérales au XVIIe s. Le plus fascinant se révèle être la balustrade entourant le second édifice, ainsi que le pont de pierre le reliant au troisième bâtiment.

Très rare dans l’architecture monastique au Tonkin! Ce petit pont en dos d’âne est illustré de scènes de chasse. Sculptures délicates, biches gracieuses, oiseaux, animaux fantastiques. Réalisé en 1647, il traduit une nette influence chinoise.

Le dernier bâtiment, du XVIIe s aussi, renferme la «  salle du Mont des Neuf Degrés », qui abrite une tour du lotus comptant… neuf niveaux… le compte est bon. La statuaire de temple est également remarquable avec sa déesse aux mille bras dont chaque main se termine par un oeil, ainsi qu’un superbe ensembe de statues polychromes des XVIIe et XVIIIe s.

Nous espèrons que les informations de notre article sont utiles pour la préparation de votre voyage à Hanoi Vietnam. Si vous avez des questions ou des conseils utiles, n'hésitez pas à laisser des messages ci-dessous. Nous serons heureux d'avoir de vos nouvelles.

Destinations du Nord du Vietnam

Mots-clefs de recherche pour retrouver cet article sur google: hanoi, hanoï, hanoi vietnam, hanoï vietnam, vietnam hanoi, visiter hanoi, que faire a hanoi, que faire a hanoi blog, que faire absolument a hanoi, que faire et voir a hanoi, que faire autour hanoi, que faire à hanoi, chose a faire a hanoi, quoi faire a hanoi vietnam, que faire vers hanoi, visiter Hanoi, que voir a Hanoi, histoire hanoi, transport hanoi, marionnettes sur l’eau de thang long, achats à hanoi, lac hoan kiem, temple ngoc son, vieux quartier des 36 corporations,marché dong xuan, pont long bien, opéra de hanoi, musée d’histoire, musée de la révolution, musée des femmes vietnamiennes, prison de hoa lo, temple de la littérature, musée des beaux-arts, musée d’histoire militaire du vietnam, citadelle de thang long, mausolée de ho chi minh, pagode du pilier unique, musée d’ethnographie du vietnam, villages de métier, pagode du maître, pagode des Parfums, pagode but thap...

Hanoi Vietnam
5 (100%) 10 votes

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *