Agence de voyage Vietnam

Langue parlée au Vietnam

Langue parlée au Vietnam – Tout savoir sur 5 langues vietnamiennes

Les langues du Vietnam vous permettront de découvrir la riche tradition du pays de manière authentique. Bien que le vietnamien soit la seule langue officielle et nationale du pays, 110 dialectes et langues officiellement reconnus sont parlés au Vietnam, ce qui maintient la grande diversité linguistique du pays. Les langues minoritaires comprennent le Tay, le Muong, le Cham, le Khmer, le Nung et le Hmong et les langues étrangères comme le chinois et le français sont également largement comprises.

Langue parlée au Vietnam

Quelle est la langue nationale du Vietnam ?

Quelle est la langue nationale du Vietnam

Parlé par 75 millions de personnes comme langue maternelle, le vietnamien est la langue nationale et officielle du Vietnam. Elle appartient à la famille austro-asiatique et utilise l’écriture Chu nom. La langue est divisée en trois dialectes : le nord (parlé à Hanoi et dans ses environs), le centre (Hue) et le sud (Ho Chi Minh Ville). Elle emprunte beaucoup au chinois et à l’anglais et s’écrit en alphabet latin avec des diacritiques supplémentaires pour signifier les tons et les inflexions. Voici quelques-unes des expressions et mots courants qui peuvent être utiles :

Bonjour = Xin Chao (Sin chow)

Comment allez-vous ? = Ban Khoe Khong (Ban Kwe Khom)

Merci = Cam on (kahm uhn)

Désolé = Xin Loi (Sin Loy)

Pas de problème = Khong co gi (Khong koh zi)

Au revoir = Tam Biet (Tarm Byeet)

Non, merci ! = Khong ! Cam On (Khom, kahm uhn)

Pouvez-vous parler anglais ? = Ban noi tieng anh duoc khong ? (Banh noi thien an durkh khom)

Quel âge avez-vous ? = Ban bao nhieu tuoi (Ban ban nyew twoi)

J’ai __ ans = Toi ___ tuoi (toy ___ doyy)

Quel est ton nom ? = Ten ban la gi ?  (Ten bang la zi)

Mon nom est ___ = Ten toi la ___ (tên tôi là___)

Où se trouve la station de taxis ? = Taxis o dau ? (Taxis urh dauh ?)

Où se trouve le distributeur de billets ? = May rut tien ATM o dau ? (May root tien ATM urn dole)

Le Tay, une langue minoritaire parlée dans le nord-est du Vietnam

Le Tay est une langue parlée par 1,7 million de Vietnamiens et appartient à la famille des langues thaïes. Cette langue est parlée dans le monde entier, notamment dans certaines régions du Laos, du Cambodge, de l’Inde, du Myanmar et de la Chine.

Le Tay, une langue minoritaire parlée dans le nord-est du Vietnam

Dans le nord-est du Vietnam, le groupe ethnique Tay est principalement composé d’agriculteurs qui cultivent le riz et fabriquent des objets artisanaux. L’alphabétisation dans leur propre langue est assez faible parmi eux, environ 5 % ou moins. Le Tay est divisé en plusieurs dialectes régionaux qui varient légèrement les uns des autres ; au Vietnam, cela forme un continuum jusqu’à la Chine.

Le cham, une langue historique de la royauté vietnamienne

La langue cham était une langue parlée au Vietnam dans le royaume du Champa, au centre du Vietnam, qui existait vers le IIe siècle de notre ère. Elle appartient à la branche malayo-polynésienne de la famille austronésienne et est remarquable pour être la plus ancienne langue austronésienne attestée.

Le cham, une langue historique de la royauté vietnamienne

Elle est parlée par environ 79 000 personnes au Vietnam et 204 000 au Cambodge et est également utilisée dans de petites poches en Thaïlande et en Malaisie. La langue est divisée en deux dialectes principaux : le cham occidental et le cham oriental. Alors que le cham occidental est répandu au Cambodge et dans les provinces vietnamiennes voisines de An Giang et Tay Ninh, le cham oriental est parlé dans le sud-ouest du Vietnam.

Le khmer, langue officielle du Cambodge, voisin du Vietnam

Le khmer, langue officielle du Cambodge, voisin du Vietnam

Le khmer, langue officielle du Cambodge, est également parlé dans certaines régions du Vietnam, où plus d’un million de personnes de la communauté khmère krom le connaissent. Il s’agit d’un membre de la famille des langues austroasiatiques, qui a émergé de l’empire khmer au IXe siècle de notre ère. Khmer Krom se traduit par « khmer inférieur ou méridional », car le territoire vietnamien (delta du Mékong et Saigon) dans lequel il est parlé était autrefois l’extrémité sud de l’empire.

Le Muong, une langue parlée au Vietnam dans la montagne

Le Muong, une langue parlée au Vietnam dans la montagne

Le muong est une langue austroasiatique parlée par l’ethnie muong du Vietnam. Elle est concentrée dans les foyers tribaux des régions montagneuses de Hoa Binh et Thanh Hoa, et est très similaire au vietnamien, ne différant peut-être que par une influence chinoise beaucoup moins importante. Le muong a les six tons du vietnamien mais utilise un alphabet modifié avec plus de consonnes que ce dernier. La langue possède également une riche littérature, comme l’épopée Te t’c te ‘ác (Donner naissance à la terre et à l’eau).

Autres langues vietnamiennes que vous devez connaître

Le Nung – Langue parlée au Vietnam

Le Nung – Langue parlée au Vietnam

Le nung est une langue tai-kadai parlée dans le nord du Vietnam, notamment dans les provinces de Cao Bang et de Lang Son. Elle est utilisée par 969 000 personnes, principalement par le groupe ethnique éponyme.  À l’instar d’autres langues minoritaires, le nung possède également un certain nombre de variétés, dont la plus populaire est le nuang phan slinh. Le groupe ethnique vit de l’agriculture, de l’artisanat, de la menuiserie et de la forge. Le taux d’alphabétisation au sein de ce groupe est également faible, environ 5 %.

L’Hmong – Langue parlée dans la montagne du Nord

La langue Hmong fait partie de la famille des langues Hmong-Mien, parlée dans le sud de la Chine, au Laos et en Thaïlande, ainsi que dans certaines régions du nord du Vietnam. Elle pourrait appartenir à la catégorie plus large des langues sino-tibétaines, mais cette affirmation est contestée. Le Hmong a été regroupé en variétés laotiennes (Hmong Daw, Mong Njua), Miao sinisé (Hmong Shua) et vietnamiennes (Hmong Do, Hmong Don).  Bien que les différents dialectes soient mutuellement intelligibles, ils diffèrent largement dans leur prononciation et dans l’étendue de l’influence chinoise.

C’est tout pour une introduction aux langues du Vietnam, et il ne s’agit que de 5 des quelque 100 langues parlées au Vietnam. Les langues sont étroitement liées à l’histoire d’un lieu, et la lecture de quelques-unes des langues les plus populaires peut donner un aperçu fascinant de la diversité vietnamienne. Après tout, des vacances, c’est avant tout élargir ses horizons et s’immerger dans la culture locale, afin de revenir avec de beaux souvenirs.

Alphabet vietnamien – Comment l’écrire et le prononcer correctement ?

L’alphabet vietnamien est un système de caractères, de lettres et d’accents ou diacritiques que les apprenants doivent mémoriser pour pouvoir lire et écrire couramment le vietnamien.

Alphabet vietnamien

Maîtriser les règles de prononciation de l’alphabet est une étape extrêmement importante pour mieux comprendre le vietnamien. Contrairement au français, les lettres de l’alphabet vietnamien n’ont qu’une seule façon de se lire, ce n’est qu’en ajoutant des diacritiques qu’elles produisent un autre son. Ici, nous allons en apprendre davantage sur l’alphabet vietnamien.

1. Structure de l’alphabet vietnamien standard

Selon les normes du ministère de l’éducation, l’alphabet vietnamien compte actuellement 29 lettres et 5 diacritiques. Ce n’est pas un grand nombre de lettres à mémoriser pour chaque étudiant la première fois qu’il s’expose au vietnamien.

Les lettres de l’alphabet vietnamien ont deux formes d’écriture, l’une normale/minuscule et l’autre majuscule/suppercase.

  • Les lettres majuscules sont également appelées grandes lettres majuscules.
  • Les lettres minuscules sont également appelées petites lettres.

Résumé des noms et de la prononciation des lettres vietnamiennes.

Structure de l'alphabet vietnamien

Structure de l'alphabet vietnamien

Structure de l'alphabet vietnamien

Structure de l'alphabet vietnamien

En plus des lettres traditionnelles incluses dans l’alphabet vietnamien actuel, le ministère de l’éducation étudie également les suggestions de nombreuses personnes concernant l’ajout de quatre lettres de l’alphabet français au tableau de l’alphabet vietnamien, à savoir f, w, j, z.

Cette question fait l’objet d’un débat et il n’y a actuellement aucun consensus. Les quatre lettres mentionnées ci-dessus sont apparues dans des livres et des journaux, mais pas dans des lettres vietnamiennes.

Vous pouvez voir ces lettres dans des mots dérivés d’autres langues, comme le « Z » dans le mot Showbiz, ou le « F » dans le mot Cafe, etc.

Comme pour l’apprentissage de le français, pour être en mesure de bien apprendre l’alphabet, vous devez comprendre les règles des voyelles, des consonnes et comment placer correctement les marques de sons en vietnamien.

2. Les voyelles dans l’alphabet vietnamien

Les voyelles dans l'alphabet vietnamien

Dans le dernier alphabet vietnamien, il y a 12 voyelles simples : a, ă, â, e, ê, i, y, o, õ, u, ư. Il existe également trois diphtongues avec de nombreuses orthographes spécifiques, comme ua – uô, ia – yê – iê, ưa – ươ.

Voici quelques caractéristiques importantes que les apprenants doivent noter sur la façon de lire les voyelles vietnamiennes ci-dessus comme suit :

  • a et ă sont deux voyelles. Elles ont presque la même lecture à partir de la base de la position de la langue à l’ouverture de la bouche, la prononciation de la bouche.
  • Deux voyelles ơ et â sont presque similaires, mais que le son ơ est un peu plus long que le son â.
  • Pour les voyelles, les voyelles accentuées sont : ư, ơ, ô, â, ă nécessitent une attention particulière. Pour les étrangers, ces sons doivent être étudiés sérieusement car ils ne figurent pas dans l’alphabet et sont particulièrement difficiles à retenir.
  • A l’écrit, toutes les voyelles simples apparaissent seules dans les syllabes et ne se répètent pas dans la même position les unes près des autres. Pour l’anglais, les lettres peuvent apparaître plusieurs fois, même debout ensemble, comme o dans look, e dans see, etc. Le vietnamien pur sang n’existe pas cette règle, mais les écritures vietnamiennes modernes peuvent emprunter et créer certains mots, comme Xoong signifie pot, quần soóc signifie short….
  • Les deux sons « ă » et « à » ne sont pas seuls dans l’écriture vietnamienne.
  • Lorsque l’on enseigne la prononciation aux élèves, on se base sur l’ouverture de la bouche et la position de la langue pour enseigner la prononciation, ce qui peut aider les élèves à comprendre facilement comment lire, et prononcer.

3. Consonnes dans l’alphabet vietnamien

Consonnes dans l'alphabet vietnamien

Dans l’alphabet vietnamien, la plupart des consonnes sont enregistrées avec une seule lettre : b, r, t, s, v (dans Võ Thuật – Arts Martiaux),x… De plus, il y a neuf consonnes écrites avec deux lettres. Des formes composées spécifiques telles que :

Ph : se trouve dans des mots comme – phim (film), pho (soupe).

Th : se trouve dans des mots comme – thong thả (loisirs), thức ăn (nourriture).

Tr : dans des mots comme – tre (bambou), trâu (buffle).

Gi : dans des mots comme – gia sư (tuteur), giá (prix ou pousse de pois),

Ch : dans des mots comme – cha (père), chú (oncle).

Nh : dans des mots comme – nhẹ nhàng (doux), nhạc cụ – signifiant instrument vietnamien.

Ng : dans des mots comme – ngày (jour), ngầy (mince).

Kh : dans des mots comme – không khí (air), khó (difficile).

Gh : dans des mots comme – ghế (chaise), ghi chép (un dossier).

Typiquement, dans l’alphabet vietnamien, il y a une consonne qui est combinée avec 3 lettres : c’est Ngh – utilisé dans les mots nghề nghiệp (carrière), nghiêng (incliné).

En outre, trois consonnes ont la même prononciation lorsqu’elles se trouvent dans des lettres différentes. Il s’agit de la consonne /k/ qui est enregistrée avec :

K lorsqu’elle se trouve devant i/y, iê, ê, e (ex : kí/ký, kiên cường …) ;

Q devant une demi-voyelle u (ex : qua, quoc, que…)

C devant les autres voyelles (par exemple cá, cơm, cốc…).

La consonne /g/ est enregistrée avec :

Gh lorsqu’elle se trouve devant les voyelles i, iê, ê, e (VD : ghi, ghiền, ghê,…)

G devant les autres voyelles (ex : gỗ -ưood, ga – station, …)

La consonne /ng/ est enregistrée avec :

Ngh lorsqu’elle est placée devant les voyelles i, iê, ê, e (ex : nghi thức- cérémonie, nghe – écouter,).

Ng devant les autres voyelles (ex : ngư -poisson, ngã -chute, ngón tay -doigt…)

4. Les diacritiques ou accents dans l’alphabet vietnamien

Actuellement, dans l’écriture vietnamienne, il y a 5 diacritiques : dấu sắc – point aigu (‘), dấu huyền – accent grave (`), dấu – hỏi – point d’interrogation (ˀ), dấu ngã – tilde (~), dấu nặng – sous point (.).

Règles de placement des diacritiques en vietnamien :

  • S’il y a une voyelle dans le mot, mettez l’accent juste dans la voyelle (Exemple : ú, ngũ, ngã, bà…).
  • S’il y a deux voyelles dans un mot, mettez le diacritique dans la première voyelle (Exemple : của cải – propriété, ngày – jour).
  • Notez que pour certains mots comme « quả » (fruit) ou « già », le diacritique doit être placé dans la première voyelle. (fruit) ou « già » (vieux) alors « qu » et « gi » sont la voyelle diphtongue résultante, qui se combine avec une voyelle « a ». Il faut donc mettre le diacritique sur « a ».
  • S’il y a trois voyelles, le diacritique sera sur la deuxième voyelle (par exemple, khuỷu tay – coude).
  • Si un mot a une voyelle « ê » et « ơ », le diacritique est prioritaire sur celle-ci (par exemple : « tiếu » – plaisir, thuở – âge).

5. Comment enseigner l’alphabet vietnamien aux étrangers ?

L’apprentissage de l’alphabet vietnamien est très simple lorsqu’on utilise les lettres latines pour enseigner aux étudiants anglais. Les apprenants peuvent étudier et lire directement sur les lettres de la langue vietnamienne.

Pour les étudiants chinois, laotiens, thaïlandais, coréens, japonais, il est recommandé d’utiliser les hiéroglyphes pour guider l’apprentissage de la lecture et de l’écriture du vietnamien. Cela signifie utiliser une photo nommée qui comprend la lettre à enseigner.

Bien sûr, l’apprentissage initial est souvent assez difficile pour les étrangers en ce qui concerne la prononciation et le processus d’écriture. Il n’y a pas que les étrangers, si les Vietnamiens ne s’entraînent pas durement à l’écriture, ils ne peuvent pas non plus se souvenir des lettres de l’alphabet vietnamien. Il faut donc pratiquer la lecture et s’entraîner à l’écriture pour connaître facilement la langue vietnamienne.

La prochaine étape après l’apprentissage de l’alphabet vietnamien

Si vous voulez vous plonger dans le vietnamien, après avoir appris l’alphabet couramment, vous devez passer aux étapes de la lecture des mots et de la compréhension écrite.

Première étape : Lire mot à mot

La lecture de mots est l’étape qui consiste à assembler les lettres de l’alphabet pour créer un mot. Comme nous l’avons mentionné plus haut, les lettres vietnamiennes n’ont qu’une seule prononciation, peu importe où elles se trouvent dans un mot, seul un signe d’accentuation donnera à la lettre un son différent, en fait une lettre différente ou un mot différent.

C’est l’étape pour laquelle vous avez besoin d’un professeur pour vous guider au début. Il est intéressant pour vous d’apprendre les noms des aliments vietnamiens. On estime que de 32 à 40 heures, un étudiant de 18 ans ou plus peut saisir les règles de la lecture en vietnamien.

Deuxième étape : Développer la capacité à lire et à comprendre chaque phrase

Pour développer la capacité de compréhension de la lecture, vous devez d’abord être capable de lire les mots à haute voix phrase par phrase, l’accent étant mis sur la lecture claire des sons vietnamiens, la lecture à la bonne vitesse pour pouvoir comprendre le contenu du texte, et savoir faire des pauses au bon endroit.

Pour les textes artistiques, vous apprendrez à lire de manière expressive dans les passages émotionnels. Ces exigences de base doivent être maîtrisées étape par étape.

Lorsque vous apprenez à lire des textes artistiques en vietnamien, vous devriez choisir la poésie hexagonale pour vous entraîner à la lecture. Car il s’agit d’un poème rimé facile à lire, facile à apprendre à casser le rythme.

Cette étape peut également prendre 50 à 70 heures (environ 3 à 5 mois), en fonction de la capacité des apprenants.

Troisième étape : Lire et comprendre le passage du poème ou du texte artistique

Il s’agit d’une étape avancée dans l’apprentissage du vietnamien. Vous devrez lire et comprendre le contenu de chaque paragraphe ou poème.

Étant donné que les textes artistiques requièrent une pensée abstraite dans le style vietnamien, les apprenants doivent apprendre et penser de différentes manières pour les comprendre.

Cette étape nécessite des professeurs de langue vietnamiens qui ont une bonne compréhension des textes artistiques et de la manière de les communiquer d’une manière simple et facile à comprendre pour les apprenants vietnamiens.

Cette étape nécessite un temps assez long, environ 5-7 mois d’apprentissage, soit environ 80-110 heures. Mais, si vous voulez chanter certaines chansons de la musique vietnamienne, vous avez besoin de plus de temps pour étudier.

Comment est-il Le système d’écriture vietnamien ?

écriture vietnamien

Le vietnamien moderne s’écrit avec l’alphabet latin, appelé quoc ngu (quốc ngữ) en vietnamien. Le quoc ngu est composé de 29 lettres. Ce sont :

Les 26 lettres de l’alphabet anglais moins f, j, w et z. ̣ (Ces lettres se retrouvent toutefois dans les mots d’emprunt étrangers).

Sept lettres modifiées à l’aide de diacritiques : đ, ă, â, ê, ô, ơ, et ư.

Ces lettres modifiées sont toutes considérées comme des lettres distinctes de l’alphabet. Les dictionnaires vietnamiens suivent l’ordre a – ă – â – b – c – d – đ – e – ê – … etc, où les lettres supplémentaires suivent la lettre sur laquelle elles sont basées. L’ordre après o est : o – ô – ơ.

Les combinaisons gh, gi, kh, ng, nh, th et tr ont aussi traditionnellement été considérées comme des lettres distinctes avec leur propre section dans le dictionnaire, mais cela est moins courant de nos jours.

En outre, des diacritiques sont utilisés pour indiquer les tons du vietnamien. Les marques de tonalité sont : a (sans marque), à, á, ả, ã et ạ. Lorsque les lettres sont combinées avec les marques de tonalité, certains diacritiques complexes peuvent en résulter, tels que : ắ, ở, ẫ, et ể.

Voici un exemple de vietnamien dans quoc ngu, une histoire plutôt peu excitante sur l’augmentation du tourisme au Laos en 2004. Il y a beaucoup de mots dans ce passage qui sont dérivés du chinois, mais parce qu’ils ne sont pas écrits en caractères chinois, leur origine n’est pas immédiatement apparente. Notez que le Laos a son propre nom en vietnamien, comme de nombreux pays d’Europe et d’autres voisins asiatiques, mais contrairement aux noms de la plupart des autres pays qui sont simplement écrits en français.

1. L’écriture Vietnam : Quoc ngu

Historique de Quoc ngu

Si l’on considère que le Vietnam est une nation indépendante depuis un millier d’années, le quoc ngu a une histoire étonnamment brève. Le système a été développé par des missionnaires jésuites portugais au 17ème siècle. Le plus ancien dictionnaire utilisant le quoc ngu est le Dictionarium Annamiticum Lusitanum et Latinum, publié par Alexandre de Rhodes en 1651. Rhodes, qui était français, s’est largement appuyé sur des dictionnaires portugais antérieurs pour compiler son ouvrage.

Quoc ngu

Le Quoc ngu a été largement négligé jusqu’au XIXe siècle, où il a été repris par le gouvernement colonial français comme moyen de briser l’emprise de la culture chinoise et d’encourager les modes de pensée occidentaux. Malgré son origine coloniale, la simplicité et la facilité d’utilisation du quoc ngu ont entraîné sa diffusion progressive, surtout après que les réformateurs vietnamiens s’en sont emparés au XXe siècle pour se libérer de la tradition chinoise et répandre l’alphabétisation de masse. Ce n’est qu’au XXe siècle qu’il a finalement été choisi comme écriture officielle du Vietnam.

Caractéristiques de quoc ngu

1. Les diacritiques sont utilisés pour représenter des distinctions sonores non couvertes par l’alphabet romain ou latin. Ce n’est pas inhabituel. Bien qu’il soit utilisé dans le monde entier, l’alphabet romain est en fait insuffisant pour représenter même les langues européennes. Quelques diacritiques en vietnamien 

La lettre đ (qui n’est pas à proprement parler un diacritique) représente un son « d » ingressif, ce qui signifie que le souffle n’est pas explosé vers l’extérieur, il est retenu vers l’intérieur, pour ainsi dire. (Le son /b/ vietnamien est également ingressif, ce qui lui donne une impression auditive particulière assez différente du /b/ anglais).

ơ, et ư sont les versions non arrondies de o et u respectivement. Ces sons vocaliques non arrondis ne se retrouvent pas dans la plupart des langues européennes.

Pour les voyelles courtes, ă représente le a court tandis que â représente le ơ court.

Les lettres e et ê représentent la distinction entre [ɛ] et [e] dans les symboles IPA (voyelles non arrondies avant mi-ouvertes et mi-fermées respectivement). De même, o et ô représentent la différence entre [ɔ] et [o] (voyelles arrondies arrière mi-ouvertes et mi-fermées respectivement). Le résultat est une distinction nette et régulière, meilleure que celle de certaines langues européennes.

Les langues européennes ne possédant pas de tons, des diacritiques ont été introduits pour les représenter (a, à, á, ả, ã, ạ).

Bien qu’ils aident à obtenir une orthographe régulière et prévisible, les diacritiques sont lourds à écrire et posent des problèmes sur les ordinateurs et les navigateurs. Les jeux de caractères internationaux en lettres romaines (tels que l’ASCII) ne sont pas en mesure de prendre en compte toutes les formes vietnamiennes, de sorte que des codages spéciaux ont dû être conçus. Récemment, Unicode est devenu le codage standard.

2. Le quoc ngu a un héritage occidental très évident, qui se manifeste de plusieurs manières.

La filiation portugaise se manifeste dans des graphies telles que nh (initialement prononcé /ny/ comme en portugais).

Cet héritage est moins bénin dans d’autres cas. Par exemple, le son /k/ est représenté par les lettres c, q, et k, selon l’environnement. La lettre c est utilisée devant a et o, et k devant les voyelles e, ê, et i. Cette pratique remonte au portugais, qui, comme l’anglais, prononce c comme /k/ devant ‘a’ et ‘o’ mais /s/ devant ‘i’, et ‘e’. Le portugais est également suivi dans la combinaison qu. Ces complications auraient pu être évitées en utilisant k dans toutes ces positions.

Une autre bizarrerie est observée dans des mots comme khỏe et khuy. Les lettres o et u se prononcent légèrement différemment sous l’influence de la voyelle suivante. Cette différence de sonorité a été captée par les Européens apprenant le vietnamien et se reflète dans le quoc ngu. Pour un locuteur natif vietnamien, cependant, la différence est insignifiante — imperceptible même — et ne devrait pas vraiment apparaître dans l’orthographe.

3. En dépit de ses défauts, le système créé par les missionnaires était remarquablement adapté à la langue vietnamienne. Sa capacité à établir des ponts entre les dialectes est particulièrement utile. Le système d’écriture montre non seulement les distinctions de son que l’on trouve dans le dialecte standard de Hanoi, mais aussi celles des autres dialectes. Deux lettres différentes peuvent être prononcées de manière identique à Hanoi mais différemment dans d’autres dialectes.

4. Une caractéristique très remarquable du quoc ngu est sa nature monosyllabique. Chaque syllabe est écrite comme s’il s’agissait d’un mot distinct, avec un espace avant et après. Il s’agit d’un retour en arrière par rapport à l’utilisation des caractères chinois en vietnamien (voir ci-dessous). En partie à cause de cela, les locuteurs vietnamiens ont tendance à croire que leur langue est entièrement composée de mots monosyllabiques.

Il est vrai que le monosyllabe est une entité importante en vietnamien. Chaque syllabe a tendance à avoir sa propre signification et donc une forte identité, et est fortement ressentie comme une unité indépendante par les locuteurs vietnamiens. Cependant, le monosyllabe vietnamien n’est pas automatiquement un « mot » – ou du moins, pas un mot tel que nous le définirions en anglais. Souvent, deux syllabes s’associent pour former un seul mot, qui peut être identifié par la façon dont il fonctionne grammaticalement dans une phrase. Par exemple, prenez la phrase suivante :

Mấy giờ máy bay sẽ hạ cánh ở sân bay Tokyo ?

À quelle heure l’avion arrive-t-il à l’aéroport de Tokyo ?

Il est clair que máy bay ne signifie pas simplement  » la machine vole  » ; c’est un mot unique qui signifie  » machine volante  » ou  » avion  » et qui fonctionne comme sujet de la phrase. Hạ cánh ne signifie pas ‘aile qui descend’ (ce qui est le sens littéral des deux monosyllabes) ; c’est un mot unique qui signifie ‘atterrir’ et qui fonctionne comme le verbe de la phrase.

Máy bay est un ‘mot composé’ constitué de deux éléments natifs du Vietnam. De même, hạ cánh est un mot composé constitué de formes sino-vietnamiennes qui ont pour origine ultime le chinois.

Le vietnamien possède également des mots polysyllabiques natifs, comme bồ nông  » pélican « , qui ne peuvent être décomposés en rien de significatif. Plus récemment, le vietnamien a emprunté des mots polysyllabiques à des langues étrangères comme le français, par exemple va-li ou vali (« valise »).

À une époque antérieure, de nombreux mots composés étaient pourvus d’un trait d’union, mais cette pratique a été abandonnée.

Le quoc ngu n’était pas le premier système d’écriture utilisé pour représenter la langue vietnamienne. Avant l’apparition du quoc ngu, deux écritures existaient et étaient utilisées. La première était les caractères chinois, connus sous le nom de chu nho en vietnamien. La seconde était une adaptation autochtone des caractères chinois, connue sous le nom de chu nom.

2. L’écriture Vietnam : CHU NHO (chữ Nho)

Pendant une grande partie de l’histoire du Vietnam, la langue écrite officielle était le chinois classique, utilisant, bien sûr, des caractères chinois. Le chinois s’est imposé comme le support culturel dominant au cours du millénaire (111 avant J.-C. – 938 après J.-C.) où le Vietnam était sous la domination directe de la Chine. Même après l’indépendance du Vietnam, le chinois classique a continué à être utilisé par les lettrés. En fait, les caractères ont été utilisés officiellement jusqu’au 20e siècle. Ce n’est que l’abolition des examens officiels de style chinois en 1918, à la suite de l’abolition des examens par la Chine elle-même, qui a finalement sonné leur glas.

CHU NHO

À l’époque où il était la langue officielle, le chinois a exercé une influence considérable sur la langue et la littérature vietnamiennes. Aujourd’hui encore, une grande partie du vocabulaire moderne est d’origine chinoise.

Comme dans le cas du japonais, les prononciations chinoises originales ont été modifiées pour s’adapter aux habitudes locales. Dans de nombreux cas, la prononciation des mots chinois semble plus proche des dialectes du sud de la Chine. On trouve souvent des similitudes avec le cantonais, la langue de la province voisine de Guangdong, plutôt qu’avec le mandarin. Pour prendre un exemple au hasard, le mot 高級  » supérieur, haut de gamme  » se dit gāojí en mandarin et gou3 kap7 en cantonais. En vietnamien, l’équivalent est cao cấp. (Il est intéressant de se demander si ces similitudes sont dues à un contact plus étroit avec le Guangdong qu’avec les principaux dialectes de la Chine du Nord, ou si le vietnamien conserve simplement des caractéristiques plus anciennes de la prononciation chinoise, comme le font le coréen et le japonais).

L’histoire de l’écriture vietnamienne ne s’arrête pas au chinois classique. Malgré le prestige écrasant de l’écriture chinoise, les Vietnamiens ont réussi à développer un système pour écrire leur propre langue.

3. L’écriture Vietnam : CHU NOM (chữ Nôm)

Le chu nom était un système développé pour écrire le vietnamien. La date réelle n’est pas convenue mais le chu nom existait déjà au milieu du 13ème siècle.

CHU NOM

Le chu nom n’était pas un système d’écriture complètement nouveau. Il se composait de caractères chinois orthodoxes complétés par un ensemble de nouveaux caractères spécifiquement créés pour écrire les mots vietnamiens. Modelés sur les caractères chinois, ces caractères utilisaient bon nombre des mêmes principes dans leur construction — par exemple, la pratique consistant à combiner un élément de sens et un élément sonore pour créer un nouveau caractère. Les nouveaux caractères étaient considérablement plus difficiles à manier et plus complexes que les originaux. Ils étaient pratiquement incompréhensibles pour les Chinois eux-mêmes et n’ont jamais été acceptés comme faisant partie de la grande famille des caractères chinois, contrairement aux caractères créés par les Japonais.

L’écriture vietnamienne a dû faire face à la fois à des mots indigènes et à un vocabulaire importé de Chine. En outre, en raison du contact étroit et constant avec les Chinois, certains mots chinois ont été empruntés plus d’une fois, ce qui a donné lieu à des couches de vocabulaire chinois plus ou moins naturalisées. Les mots les plus fortement naturalisés étaient acceptés comme des mots vietnamiens, faisant partie intégrante de la langue vietnamienne au même titre que le vocabulaire vietnamien d’origine. Les mots moins naturalisés conservaient un aspect rigide et livresque.

Les principales méthodes de représentation du vietnamien en chu nom sont présentées ci-dessous. (Notez que le système du chu nom n’a jamais été complètement standardisé. Il y avait d’innombrables cas où plusieurs caractères différents étaient utilisés pour écrire le même mot, ainsi que des cas où le même caractère était utilisé pour écrire différents mots).

4. L’écriture Vietnam : Traitement des mots étrangers

Étant donné qu’il s’agit d’une langue écrite en alphabet romain, il est aujourd’hui assez facile pour les Vietnamiens d’adopter purement et simplement des mots étrangers (anglais, français, etc.). Il n’est pas nécessaire de transformer les mots en katakana comme en japonais, ou d’essayer de trouver des caractères à la consonance appropriée, comme en chinois.

Néanmoins, le vietnamien a une longue tradition de transformation des mots étrangers en une forme vietnamienne acceptable. Cela se voit dans les mots naturalisés comme :

Frein : phanh

Film :  phim

café « café » : cà phê

carotte ‘carotte’ : cà rốt

Et il existe aussi des cas où des mots étrangers sont entrés par le chinois. Le mot câu lạc bộ est la prononciation vietnamienne du mot chinois 俱樂部 (mandarin : jùlùbù), qui est le mot anglais  » club  » !

Pour les emprunts plus modernes, on observe des tendances contradictoires. Par exemple, il est possible de trouver le mot d’emprunt  » guitare  » écrit ghi ta, ghi-ta, ghita ou guitar. Le mot d’emprunt ‘vidéo’ peut être écrit vi-đe-ô, vi-đi-ô, ou video.

Il est raisonnable de penser que cette tendance à utiliser directement l’orthographe étrangère va se poursuivre.

Source : Internet

5/5 – (45 votes)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on print
Print
Share on email
Email
Share on skype
Skype

Envie de poser une question?

Veuillez nous poser votre question. Nous sommes très heureux de vous répondre toutes vos questions

Van Pham
Van Pham

Je m’appelle Van Pham. Quand j’étudiais le français à l’université des langues étrangères de Hanoi, j’ai rêvé de travailler dans le secteur touristique et d’avoir l’occasion de visiter tous les magnifiques sites vietnamiens. Pour que davantages de voyageurs francophones découvrent mieux mon beau pays, je me suis joint à Atypik Vietnam. Je voudrais partager mes expériences de voyage intéressantes avec vous. J'espère que mes connaissances pourront vous aider de bien préparer votre voyage au Vietnam.

Les mots cléfs sur google :ecriture Vietnam, langue parlée au Vietnam, alphabet vietnamien